Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 10:35

Une escroquerie : l’Union européenne, facteur de paix

 

 

Par La Voix de la Russie | Un mythe se porte bien : s’il n’y a pas eu de guerre majeure après 1945 en Europe, on le devrait à l’Union européenne. Cette légende a été sacralisée par l’octroi du prix Nobel de la Paix à l’Union européenne en 2012.

Or, chacun peut le vérifier : dans les compétences de l’Union européenne, il n’y a aucune compétence militaire ou de maintien de la paix. La paix en 1945 a été réalisée par un accord entre les deux principales puissances victorieuses de l’Allemagne nazie, les Etats-Unis et l’Union soviétique. C’est l’équilibre de la terreur produite par les stocks d’armes nucléaires américains et soviétiques qui a permis le maintien de la paix.

D’ailleurs, les pays demeurés en dehors de l’Union européenne comme la Suisse ou la Norvège n’ont pas été, qu’on le sache, facteurs de guerre.

La preuve que l’équilibre des forces militaires entre les Etats-Unis et l’URSS a été le facteur de paix déterminant en Europe a été faite lorsque l’URSS s’est effondrée. L’OTAN n’ayant plus de partenaire de même force face à elle en a profité pour entrer en guerre en Bosnie puis au Kossovo. L’UE n’a joué aucun rôle réel pour prévenir ces guerres.

Les réels héros de la paix en Europe ne sont pas les négociateurs européens Jean Monnet ou Robert Schuman mais les chefs de la résistance militaire contre le nazisme les généraux De Gaulle, Eisenhower, Montgomery ou Joukov. On voudrait effacer la mémoire de ces grands militaires au profit des « pères de l’Union européenne » que furent Robert Schuman et Jean Monnet.

Tout le monde ou presque a oublié que Robert Schuman, réformé de l’armée pour raison médicale, hostile à toute résistance (déclaration du 12 juin 1940) a voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain (dont il fut secrétaire d’Etat), comme parlementaire le 10 juillet 1940 et qu’il fut frappé d’une peine d’indignité nationale à la Libération.

Quant à Jean Monnet, négociant en cognac par héritage sans avoir eu le baccalauréat, réformé lui aussi, ennemi de De Gaulle (il écrit au conseiller de Roosevelt Harry Hopkins : « de Gaulle est un ennemi du peuple français et de la construction européenne (..) il doit être détruit »), il est un agent d’influence américain. Il a par ailleurs créé une banque américaine à San Francisco après s’être enrichit dans le commerce de l’alcool pendant la prohibition. Après la guerre il fait créer la « haute autorité du charbon et de l’acier » sur le modèle des agences fédérales américaines et dont il sera le président.

Un condamné à la Libération et un banquier américain enrichi sous la prohibition, comme patriotes français, on pouvait faire mieux !

S’il avait fallu faire confiance à ces deux pères de l’Europe qui n’ont jamais pris les armes contre les armées nazies, pour faire de la résistance, on aurait été fort déçus. Il aurait fallu pour Monnet attendre fin 1942 : jusque-là, Les Etats-Unis de 1939 à fin 1942 (3ans) ont soutenu Vichy et ont maintenu un ambassadeur l’amiral Leahy. Pour eux, De Gaulle n’était pas juridiquement fréquentable.

Encore une fois, les pères de la Paix en Europe ont été concrètement les généralissimes qui ont vaincu Hitler et donc les armées nationales mues par le patriotisme. Les deux Etats qui ont vaincu Hitler, même si la France libre et le Royaume uni ont joué leur rôle, ne sont pas des Etats de la petite Europe : ce sont les USA et l’URSS. Ce n’est aucunement les institutions technocratiques européennes créées bien après la guerre qui ont maintenu la paix depuis lors en Europe. Le révisionnisme historique qu’on veut nous imposer en déclarant l’Union européenne prix Nobel de la Paix est inadmissible : c’est une escroquerie politique que tous les démocrates honnêtes se doivent de dénoncer.

 

 

 


 

ALERTE ! SOS Libye: Où sont-ils donc passés les assassins du peuple libyen ?

 

 

Voitures brûlées devant l'aéroport de Tripoli, hier

Voitures brûlées devant l’aéroport de Tripoli, hier

Ils nous avaient vendu les bombardements en Libye comme étant la solution à tous les maux du monde. Malgré le vol de ses ressources, rien n’y fait. Pire, dans ces pays qui ont sauvagement bombardé la Libye, jusqu’à mettre à mort le frère Guide Mouammar Kadhafi, il n’y a point de croissance. Ils ont tout fait à ce pays, hélas, avec le soutien de ses propres enfants, des traîtres… 

La Libye disparaît des écrans radars de la presse occidentale

Barack Obama, Nicolas Sarkozy et les autres, où êtes-vous aujourd’hui ? La Libye est étranglée et, surprise du chef et battements de tambour, les nouvelles autorités envisagent de faire appel  à une… force internationale pour rétablir la sécurité dans un contexte désastreux. En effet, la flambée de violence à Tripoli, qui a vu des dizaines de roquettes détruire une partie de la flotte aérienne à l’aéroport international, hier,  fait craindre le pire.

«Le gouvernement se penche sur la possibilité de faire appel à des forces internationales sur le terrain pour rétablir la sécurité et aider le gouvernement à imposer son autorité," a déclaré un porte-parole du régime, Ahmed Lamine.

Les thuriféraires de la guerre sont en fuite

En effet, depuis dimanche dernier, de violents affrontements, meurtriers surtout, ont conduit à la fermeture du principal aéroport international de Tripoli. Lundi, rebelote, les mêmes groupes s’affrontaient. Le bilan est catastrophique et on compte plusieurs morts.

Selon le régime des traîtres, au moins sept personnes ont été tuées et environ 90 pour cent des avions stationnés à l’aéroport ont été détruits ou rendus inutilisables. La tour de contrôle a été endommagée à l’aide de plusieurs roquettes Grad.

Démocratie ?

Ne comptez surtout pas sur Fatou Bensouda, procureur de la CPI, pour aller enquêter après l’assassinat du Guide libyen Mouammar Kadhafi. Ne comptez pas qu’elle ouvre une enquête contre tous ces meurtriers qui ont permis de mettre à sac ce pays. Une bande de criminels en liberté.

Voilà le modèle de démocratie qu’ils vendent à gauche et à droite sans résultats probants. Ils veulent le vendre en Syrie et, procèdent toujours de la même manière, à coup de mensonge. Mais bien sûr, la presse mainstream, complice de ces meurtriers, ne trouvera rien à redire. Dans leur vocabulaire, sont interdits certains vocables. Et pour cause, ils ne se trompent jamais et c’est toujours la faute aux autres…

 

Voir l'image sur Twitter

 

 

 


 

 

Manif pro-palestinienne: non, aucune synagogue n’a été attaquée à Paris !

 

Voir l'image sur Twitter

 

A l’heure du journalisme citoyen, il est de plus en plus difficile de mentir. Bref, ceux qui mentent outrageusement, grossièrement, plus que des arracheurs de dents, se décrédibilisent tous seuls. Du sommet de l’Etat en passant par certains citoyens, la condamnation a été unanime après la supposée attaque dont a été victime la synagogue de la rue de la Roquette. Après vérification, il n’en est rien. Ambiance. 

Le 13 juillet dernier, la manifestation pro-palestinienne se faisait sans heurt et bonne enfant lorsque certains militants de la LDJ ont tenté de créer des troubles. Il est temps que les voix qui portent dans la communauté juive française essaient de recadrer cette horde de barbares qui bénéficient d’une impunité abyssale avant que ça ne dégénère. Les images que vous allez voir sont choquantes. Elles démentent formellement la version "officielle" véhiculée par les médias et les politiques d’une attaque des synagogues.

De voir ces barbares dégrader un bar pour transformer ses chaises et ses tables en armes, de les projeter sur des pacifistes et ensuite lorsque ces derniers exaspérés chargent, de voir comment les CRS les laissent passer est terrible. Hélas, dans une société où les informations passent à flux tendu, il ne faut même pas espérer voir ces gens s’excuser de leur mensonge. Ils savaient ce qui s’était réellement passé. Honteux !

 

 

 

  il est grand temps d’interdire ces milices sionistes sur le territoire français comme c’est le cas au états unis et même en Israël avant que cela dégénère au détriment des français , hélas ce ne sera pas le cas avec des marionettes comme hollande , valls et consort qui prennent leur ordres au criff , nous devons donc chasser ces groupes de notre pays et punir leurs complices hollande ,valls ,bhl , hidalgo and co si nous souhaitons que nos enfants vivent en paix sur notre territoire ( nous sommes à la croisée des chemins ,prenons le bon sinon nous connaitrons l’horreur !!!!!!!)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 02:01

israel spécialisé depuis sa création dans le mensonge la manipulation et les opérations sous faux drapeau  , vole les terres palestinienne et poursuit son GENOCIDE du peuple palestinien dans le ghetto de gaza et en cisjordannie occupée sous les yeux complices de ce qui se nomment injustement communauté internationnal , un nouveau crime contre l'humanité des fascistes israeliens, quand seront jugés ces criminels de guerre???????


Le bain de sang .....

 

 

 

IRIB-Les bombardements et attaques de roquettes israéliens
contre les quartiers appauvris densément peuplés de Gaza ont coûté la vie à au moins 27 Palestiniens dans la nuit de mardi et fait bien plus de 130 blessés, dont beaucoup gravement.

 L’armée israélienne s’est vantée d’avoir lancé plus de 273 frappes aériennes mardi. Ces attaques perpétrées par des avions de combat F-16, des hélicoptères Apache et des drones, ont transformé les maisons en tas de gravats et ont fait s’élever des flammes et de la fumée dans le ciel de Gaza où près de deux millions de Palestiniens sont confinés dans ce qui est, en fait, la plus grande prison en plein air du monde.

 La pire de ces attaques a été perpétrée contre une maison dans ville de Khan Yunis, au Sud de Gaza, où un missile lancé par un avion de combat F-16 a touché le bâtiment au moment où les résidents cherchaient à s’enfuir. Parmi les sept personnes tuées dans l’attaque, il y avait deux jeunes garçons de 13 et 14 ans. Un enfant de huit ans qui avait été touché par des éclats d’obus est mort un peu plus tard à l’hôpital. Au moins 25 personnes de plus ont été blessées dans cette attaque aérienne.

 

JPEG - 21.6 ko

 

D’autres frappes ont pris la forme de « meurtres ciblés. » Des individus membres du Parti Hamas au pouvoir ont été assassinés par des frappes de missiles sur leur domicile ou leur voiture, ou ont été annihilés tandis qu’ils marchaient dans la rue.

 

Des responsables médicaux de Gaza avertissent que ces attaques incessantes vont très rapidement engendrer une catastrophe humanitaire. Du fait du blocus israélo-égyptien du territoire, les hôpitaux ne disposent pas de grandes quantités de médicaments et fournitures de base et ils manquent cruellement d’autres produits. Les pénuries de combustibles laissent fréquemment Gaza sans électricité, ce qui met en danger la vie des patients reliés à des machines tels des couveuses et des machines à dialyse.

 

« Avant, nous avions une crise dans un domaine précis, pas des crises à tous les niveaux comme aujourd’hui, » a dit à Al Jazeera le Dr Ayman al-Sahbani, chef du service des urgences de l’hôpital Al-Shifa, le plus grand établissement médical de Gaza.

 

Le gouvernement du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a autorisé l’Armée de défense d’Israël (ADI) à mobiliser jusqu’à 40 000 réservistes en préparation d’une possible attaque terrestre. Des soldats, des chars de combat et des véhicules blindés de transport de troupes ont déjà été mobilisés le long de la frontière d’Israël avec Gaza. Alors que le commandement de l’ADI n’a mobilisé que 1 500 réservistes lundi, le lieutenant général Benny Gantz, chef d’Etat major, a indiqué qu’une mobilisation bien plus importante débuterait pour remplacer les soldats occupant la Cisjordanie qui ont été redéployés à la frontière de Gaza.

 

Des responsables israéliens ont clairement laissé entendre que le bain de sang de la nuit de lundi et de mardi n’était qu’un début. Une source proche de Netanyahu a dit mardi à la radio de l’armée israélienne que le premier ministre rencontrait le haut commandement militaire cet après-midi-là afin d’organiser « un élargissement significatif » de l’offensive israélienne, où l’ordre serait donné à l’ADI de « ne pas y aller de main morte. »

 

Dans une déclaration vidéo diffusée à la télévision israélienne mardi soir, Netanyahu a déclaré qu’il avait « ordonné une expansion significative » de l’attaque militaire contre Gaza, ce que l’ADI a appelé en anglais « Opération Protective Edge » (Bordure protectrice.) Ceci est une traduction délibérément erronée de l’hébreu qui est Tzuk Eytan, ou « Roche solide. » Le régime israélien pense clairement qu’une traduction précise de l’expression en hébreu suggèrerait trop clairement la brutalité de l’agression militaire qu’il est en train de perpétrer.

 

La propagande israélienne, consciencieusement reprise par les médias occidentaux, décrit l’acharnement sur Gaza comme une action « défensive » de la part de Tel Aviv en réponse aux attaques de roquette lancées depuis Gaza contre Israël. Mais à partir de la nuit de mardi, ces attaques n’avaient coûté la vie à aucun Israélien, ni n’avaient gravement blessé personne. On passe aussi sous silence le fait que ces attaques de roquette elles-mêmes avaient été lancées en réponse aux bombardements, assassinats et arrestations systématiques de politiciens et militants palestiniens par Israël.

 

C’est une opinion largement répandue en Israël qu’une forme d’invasion terrestre est quasiment inévitable. La dernière attaque importante contre Gaza en novembre 2012 s’était achevée, grâce à un cessez-le-feu négocié par l’Egypte, après le meurtre de quelque 150 Palestiniens, sans qu’il y ait eu invasion. Le régime de l’homme fort de l’armée égyptienne Abdel Fattah el Sisi, soutenu par les Etats-Unis, n’a pas manifesté le moindre désir de jouer un rôle similaire cette fois.

 

Lors de la dernière invasion terrestre de 2008-2009, connue sous le nom d’Opération plomb durci, l’armée israélienne avait tué plus de 1 400 Palestiniens, dont près de la moitié étaient des civils sans armes. En tout, 13 Israéliens étaient morts durant la même opération, tous soldats hormis trois d’entre eux.

 

De telles attaques sanglantes sont tellement habituelles que, comme le faisait remarquer mardi le New York Times, les responsables de la sécurité israélienne parlent des tueries à Gaza en utilisant des termes comme « tondre l’herbe. »

 

Comme toujours, l’agression israélienne est fortement motivée par la politique intérieure. A la veille de l’offensive, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a dissous l’alliance de son parti Yisrael Beiteinu avec le Bloc Likoud de Netanyahu, tout en acceptant de rester dans le gouvernement de coalition. Cette manoeuvre permet à Lieberman de critiquer Netanyahu par la droite, en exigeant une politique encore plus sanguinaire contre les Palestiniens, en vue de défier le Likoud à la prochaine élection. Ce défi par la droite pousse clairement Netanyahu à étendre la tuerie à Gaza.

 

Mais l’offensive actuelle a été politiquement préparée durant tout le mois précédent, à commencer par l’enlèvement et le meurtre, le 12 juin, de trois adolescents israéliens qui ont été enlevés alors qu’ils faisaient du stop depuis une colonie sioniste illégale de la Cisjordanie occupée.

 

Le gouvernement Netanyahu a lancé une campagne de propagande d’envergure en utilisant le hashtag #BringBackOurBoys, en accusant sans la moindre preuve le Hamas pour l’enlèvement. Sous prétexte de rechercher les jeunes gens, le régime israélien a lancé la répression dans la Cisjordanie occupée, arrêtant plus de 560 Palestiniens, dont des responsables en vue liés au Hamas. 200 d’entre eux au moins sont toujours emprisonnés sans chef d’accusation.

 

Après la découverte des corps des trois jeunes gens le 30 juin, les autorités ont rendu public l’enregistrement d’un appel téléphonique fait par l’un d’eux à la police et qui se termine par le bruit de coups de feu. Les responsables de la sécurité ont reconnu que dès le début ils étaient parvenus à la conclusion que les trois jeunes gens avaient été tués immédiatement après leur enlèvement. Mais ils l’ont dissimulé au public, en imposant une consigne de silence aux médias israéliens et ont même menti aux familles.

 

Le gouvernement Netanyahu était déterminé à exploiter pleinement l’incident pour réaliser une série d’objectifs politiques. Il a cherché à utiliser la répression en Cisjordanie, en y impliquant les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) qui est censée gouverner le territoire, comme un moyen de saborder le pacte de réconciliation auquel l’AP était parvenue avec le Hamas. Cet accord a conduit à un nouveau gouvernement d’union qui est tacitement reconnu internationalement, mais qui est amèrement rejeté par Israël.

 

Il a aussi utilisé l’enlèvement pour détourner les critiques internationales à l’égard de Tel Aviv accusé d’avoir sabordé la dernière série en date de plusieurs décennies de « pourparlers de paix » par la reprise de l’expansion des colonies sionistes en Cisjordanie et de n’avoir pas poursuivi sa promesse de relâcher des prisonniers politiques palestiniens.

Et enfin cet épisode a été utilisé pour fomenter le nationalisme sioniste de droite et des sentiments anti-Palestiniens virulents au sein de la population d’Israël. Netanyahu lui-même a qualifié les Palestiniens d’ « animaux humains » et a parlé de « vengeance. »

 

Dans un article révélant les manipulations de l’enlèvement par le régime israélien, Max Blumenthal, auteur de Goliath: Vie et Haine dans le grand Israël, écrit de Netanyahu et de l’appareil militaire et du renseignement: « Par le biais d’un mélange toxique de propagande, de subterfuges et d’incitations, ils ont embrasé une situation précaire, en manipulant les Israéliens pour faire qu’ils soutiennent leur programme jusqu’à rendre inévitable un cauchemar totalement évitable. »

 

Ce cauchemar a pris la forme d’une populace sioniste droitière défilant dans les rues de Jérusalem en scandant « Mort aux Arabes » et en attaquant les Palestiniens. Cela a conduit au meurtre de Mohammed Abu Khdeir, 16 ans, qui a été brûlé vif mercredi dernier par un gang de sionistes d’extrême-droite.

 

Et maintenant ce cauchemar est infligé à Gaza. Comme lors des offensives précédentes, cette toute dernière agression israélienne bénéficie du soutien sans réserve de Washington. John Earnest, porte-parole d’Obama a dit lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche mardi, «Nous condamnons avec force le lancement incessant de roquettes sur Israël… En même temps, nous apprécions l’appel lancé par le premier ministre Netanyahu à agir de façon responsable. »

israel-gaza-shoes

 

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jen Psaki a déclaré qu’Israël « envoyait un message fort » avec ses meurtres à Gaza et a affirmé à plusieurs reprises que le régime sioniste était « en droit de se défendre. » Lorsqu’un journaliste lui a demandé si elle pensait que les Palestiniens de Gaza étaient en droit de se défendre, elle a répondu, « Je ne vois pas où vous voulez en venir. »

 

Bill Van Auken

 

 

 


 

Israël cache ses morts ....

 

 

 

 

IRIB- Selon les informations qui n'ont pas été conformées encore, 8 Israéliens
auraient été tués, sous les missiles tirés par les groupes de la résistance palestinienne. « Des sources particulières liées à la résistance palestinienne ont annoncé qu'un chauffeur palestinien d'ambulance dans les territoires occupés avait fait du retrait des cadavres des 8 Israéliens sous les décombres d'une maison détruite par les missiles de la résistance » a rapporté le site d'information Palestine al-Youm. « La résistance a infligé jusqu'à présent d'importants dégâts et pertes à l'ennemi sioniste, mais ce régime les dissimule par crainte de la montée du moral de la résistance et de l'intensification du climat de l'intimidation et de la panique chez les sionistes » a-t-il ajouté. Dans le même temps, le quotidien israélien, Maariv a diffusé une information sous le titre de « banque des données », et a publié les photos de plusieurs dirigeants et activistes du Hamas se trouvant sur la liste de l'armée israélienne pour être éliminés. « Depuis le début des raids aériens, l'objectif du régime israélien est d'éliminer ces dirigeants, en particulier, Ismaël Haniyeh.

 


 

Gaza: un drone israélien abattu par un missile sam 7!!

 

 

 

IRIB-les brigades de Qassam ont abattu un drone de reconnaissance
israélien sur les côtes de Gaza. selon Al nashra, l'appareil  a été abattu par un missile Sam " " le monde devra le savoir , les palestiniens en sont à leur troisième intifada après les crimes commis par Israël contre Qods et la Cisjordanie. ce ne sont pas les brigades de Qassam qui ont débuté la guerre . c'est Israël qui a déclenché son agression, lit on dans un communiqué jeudi . les brigades de Qassam affirme être prêt pour une longue guerre.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 09:04

Israël/Hezbollah : la dernière manche ?!

 

 

IRIB-La justification  que s’est trouvée Israël  pour expliquer les frappes...
de ses chasseurs bombardiers ce lundi contre « neuf cibles militaires syriennes au Golan », ne passe effectivement pas  : Tel-Aviv  affirme avoir été pris pour cible  dans sa partie golanie de quelques roquettes  tirées depuis le territoire syrien, roquettes qui auraient provoqué la mort d’un colon de 15 ans et dans la foulée les supposées bombardements  des bases militaires syriennes au Golan ! « Les bombes ont directement frappé les  bases militaires ».  Aucun analyste un tant soit peu au fait du langage propagandiste des sionistes  ne pourrait croire à de telle sornettes  s’il suit  le mouvement de  panique générale qui s’est emparé de tout Israël,  dans le sillage de « l’incident sécuritaire » précité . Mais quelle est la version la plus plausible de cet « incident » ?  La version qu’on croirait volontiers serait la suivante : une bombe collée sous  ou déposée à l’intérieur d’un véhicule de patrouille sioniste aurait explosé  tuant un soldat israélien et  blessant un autre. Pour un appareil sécuritaire israélien sans cesse sur la dent depuis 2013 , soit depuis  l’explosion de  la première «  border-bombe » au Golan  occupé, il s’agit là d’un tournant : les auteurs de ces attaques ont avancé d’un pas , puisqu’ils ont réussi non pas à faire exploser une bombe au passage mais à l’intérieur d’un véhicule sioniste : est-ce un prélude aux  attentats à la voiture piégée à survenir près des bases militaires ou des positions des soldats sionistes au Golan, attentats  identiques à ceux que les alliés takfiris d’Israël projette de commettre ces jours -ci  à Zahiya de sud , dans l’espoir d’y provoquer un 11 septembre anti hezbollahi ? en effet  au Liban , tout les organes sécuritaires sont sur qui vive à l’heure qu’il -est : le projet déjoué d’attaques terroristes dit  « affaire de l’hôtel Napoléon »  apporte sans cesse son lot de révélation   : des terroristes takfiris, cheval de bataille anti Résistance sur lequel ont parié les Etats Unis et Israël  pour faire imploser tous les Etats-nations du Moyen Orient , auraient  creusé des tunnels depuis les camps palestiniens du sud  Liban jusqu’aux hôpitaux de Zahiya du sud.  Leur objectif ?  Faire sauter ces hôpitaux tout en assassinat le chef du parlement, Nabih Berry et le chef de la sécurité intérieur le général Ebrahim, bref un vrai coup d’état comme sait si bien programmer le duo CIA-Mossad . Mais ceci ne constituait que le volet libanais du vaste projet  : selon des sources de renseignement bien informées, le plan était aussi doté d’un volet palestinien avec en toile de fond le rasage total de Gaza et de la Cisjordanie , pour y trouver  ces trois jeunes israéliens prétendument kidnappés - un Gaza et une Cisjordanie qu’Israël s’apprête à annexer-, et d’un volet irakien  qui s’est cristallisé de façon effective  par la chute de Mossoul… !! Placé dans cette perspective, l’attaque à la voiture piégée du dimanche contre une patrouille sioniste au Golan prend donc une toute autre signification qui se chiffre comme suit  :  dans la guerre totale et ouverte que l’Empire mène depuis 2011  contre l’axe de Résistance , Israël  est le maillon faible …. Si l’Empire décide de faire de Zahiya un Mossoul bis, le Golan sioniste voire les colonies du nord d’Israël seront un remake d’Al Anbar . .. quant à Al Anbar, à Ninive , à Salaheddin , il est hors de question que la Résistance les laisse tomber  puisque c’est l’avenir de tous les peuples du Moyen Orient qui s’y jouent ..


Irak : Daesh, épée us contre les urnes...

IRIB-Du haut de sa tribune de président de 'l'unique superpuissance du monde",
Obama a exigé jeudi que le premier ministre Malikim démocratiquement réélu, démissionne, s'il veut que l'Etat irakien ne tombe pas comme un château de carte dans l'escarcelle des cannibales de Daesh ! Cette extraordinaire facilité avec laquelle le super président menace un Etat souverain a fait d'ailleurs rappeler à plus d'un analyste une autre peuso crise pas si lointaine, celle de l'Ukraine . Au bout de trois petits mois de protestations-spectacles, les néonazis ( avatar chrétien de Daesh) ont pris d'assaut Kiev, ont mis à la porte Ianoukovich et se sont emparé du pouvoir avec l'aide de leurs mentors occidentaux. Depuis, les néo nazis  règnent en maitre sur la destinée des milliers d'ukrainiens bien qu'ils vouent aux gémonies une bien grosse partie de la population ( les pro russes de l'est ) et qu'ils multiplient raids, bombardements, attaques à l'artillerie, attentats contre eux , leurs villes et villages, quitte à vider l'Ukraine ou ce qu'il en reste de ses russophones! En Irak, c'est Daesh et les baathistes qui font office du "rouleau compresseur" contre l'Etat et ses institutions. le 30 juin, le parlement irakien s'est renouvelé au terme d'un premier vote en l'absence de l'Occupent et  "l'Etat de droit" soit la coalition de Maliki, s'est accrédité de 92 sièges à pourvoir, reléguant au second plan ses rivaux, qui n'ont rien manqué ni en termes de soutiens financiers ni en matière de l'appuie politique pour manipuler l'opinion irakienne mais qui chose inouie, n'ont pas réussi à défaire le coriace Maliki aux urnes. Sur la liste des députés qui sortent vainueur des urnes figurent , tout de suite après l'Etat de droit,  le courant sadriste, le courant de Hakim, le courant de Nujaifi( sunnite) , le courant de Allaoui ( chiite pro saoudien) et les kurdes. Une belle brochette presque homogène pour que Maliki puisse diriger l'Etat , sans trop accros, au contraire de ses deux précédents . Parallèlement à l'émergence de cette liste,  plusieurs faits se sont succédés :  la prise de l'université de Al Anbar par les terroristes de l'EIIL, la prise d'otage de plus de 1000 étudiants , l'embrasement de Samarra puis de Mossoul, la chute de cette ville , le retrait prémédité des effectifs de l'armée nationale sur l'ordre de leurs commandants, la fuite du gouverneur de Mossoul à Erbil , la libération de 1400 prisonniers , le pillage des banques, des entrepôts d'armes de Mossoul, la descente des peshmergas à Kirkuk, de curieuses annonce de Barzani.. 

sur fond de ce décor à haute dose de hémoglobine, de suspense , d'actes de sauvagerie, comme nous ont habitué les scénarios de Hollywood , se tramait un autre jeu  : l'ex vice président irakien Hachemi a promis depuis son exile turc que "Maliki et ses compagnons seront perdants". ce fut ensuite le tour du  ministre saoudien de l'information d'appeler à la formation d'un gouvernement d'union national suivis des EAU qui ont rappelé leur ambassadeur à Bagdad... Dans ce troisième scénario à avoir été écrit contre l'une des composantes de l'axe de la Résistance - après celui de la Syrie et du Liban- l'objectif se précise peu à peu : les Etats Unis et Cie ne veulent plus voir Maliki à la tête de l'exécutif même si ce dernier a réussi pour ce troisième mandat à liguer derrière lui bon nombre de sunnites et de kurdes . le seul ennuie est que Washington est en assez bons termes avec Bagdad et que les puits de pétrole irakiens, de plus en plus porteurs et pour Washington et pour l'occident ne sont pas chose à sous estimer.  s'il reste, Daesh aussi restera et ce sera alors une longue descente de l'Irak dans les affres du terrorisme. D'où  ces contratses qui caractérise en ce moment même la politique irakienne d'Obama :  

Washington veut aider l'Irak mais à condition de ne pas avoir Maliki comme interlocuteur... N'était-il pas étrange de voir le successeur de Bush hésiter à déraciner les successuets de Ben Laden?

Washington veut se faire aider par l'Iran : n'était pas étrange que la Maison Blanche en pleine discussions tensions avec Téhéran tend la main aux Pasdarsn, alors qu'un jour ne se passe sans que les congressistes ne traitent pas ces mêmes pasdarans de " soutiens aux terroriste"?

La politique irakienne d'Obama  comme celle qu'il a menée en Syrie, en Ukraine, en Libye et ailleurs est le signe d'une seule et même chose : la fin proche de la "superpuissance".  Seul le fait de se sentir engagée dans la sprinte finale, pourrait pousser un Etat prétendument démocratique à user du "terrorisme" pour désavouer la voix des urnes, renverser tel ou tel dirigeants politique, nouer avec ses ennemis, se tourner le dos à ses amis … bref à faire tout et son contraire pour un résultat de plus en plus médiocre voire inexistant !


la POLICE SIONISTE  BAT UN ADO PALESTINIEN     ces gens ont tous leur place en enfer!!!
Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 12:54

les gangsters au pouvoir à Kiev

 

 

 

 

 

 


 

Mer noire : La flotte russe affute ses armes !!

 

 

 

 

 

IRIB- le ministère russe de la Défense vient de le confirmer :
la flotte russe de la mer Noire entame sesexercices militaires afin de faire face à l'assaut des navire de guerre ennemis. ces manoeuvres navales se déroulent au moment où l'Otan mène, elle aussi, ses exercices dans les eaux de la mer noire. " le commandant Alexandre Vitco est à la tête de la flotte russe pour ces manoeuvres militaires qui suit un calendrier parfaitement conforme aux normes internationales, a affirmé le ministère russe de la Défense. " plusieurs étapes sont prévues dont celle qui consiste à faire face à l'assaut des navires de l'ennemi dans de très mauvaises conditions climatiques en mer . la defense anti aérienne ainsi que la riposte à toute attaque contre les sites militaires côtières de la marine russe figurent au nombre des exercices à accomplir" le ministère de la défense russe évoque aussi des opérations d'interception, de découverte , de destruction des sous-marins ennemis ainsi que des patrouilles aérienne de la marine. toutes ces opérations visent à paralyser les navires de guerre agreseurs, voire à les détruire. à partir du 4 juillet , l'Otan a entamé ses exercices militaires en mer Noire, exercices qu'elle compte prolonger jusqu'au 13 juillet. A ces manoeuvres , baptisé Breeze 2014 prennent part la Bulgarie, la Roumanie, la Turquie et les Etats Unis. le fait que l'Otan organise ses manoeuvres près des frontières russes est considéré par Moscou comme un acte provocateur. dans la foulée de la crise en Ukraine, les tensions continuent à opposer les USA et la Russie. Moscou n'écarte plus désormais une intervention de maintien de la paix dans l'est de l'Ukraine , en proie à des attaques de l'armée ukrainienne contre les indépendantiste.

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 05:31

Les autorités protégeront la Russie contre les conséquences de l'intégration européenne de l'Ukraine

Dmitri Peskov

Dmitri Peskov

Par La Voix de la Russie | La signature des accords d'association avec l'UE par l'Ukraine, la Géorgie et par la Moldavie était le droit souverain de ces États, mais la Russie prendrait des mesures de protection dans le cas d’un impact négatif de ces documents sur le marché russe surgi lors de leur mise en œuvre, a déclaré le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.

« Ce n'est pas les documents, mais leur éventuelle influence sur nos marchés, et dans le cas d'un impact négatif, les mesures correspondant seront prises », a noté Peskov.

L'Union européenne a signé un accord d'association avec la Géorgie et la Moldavie, ainsi que le volet économique du document avec l'Ukraine le 27 juin.

 

 


 

Manifestation à Paris pour la paix en Ukraine

Manifestation à Paris pour la paix en Ukraine

Par La Voix de la Russie | 350 à 400 manifestants se sont retrouvés à Paris, Place de la République, pour dénoncer les massacres et la guerre en Ukraine ce dimanche 22 juin.

Oui, les massacres ! Il faut l'écrire car les médias ne disent rien et ne montrent rien sur la situation atroce dans laquelle se trouve la population du Donbass. Les enfants, les femmes, les hommes, sont déchiquetés par les bombardements. Les villes et villages, avec leurs infrastructures sont réduits en cendre. Les manifestants ont amené les drapeaux russes et ukrainiens avec les drapeaux français pour montrer leur solidarité à l’égard des deux pays sans montrer une haine envers un pays. Des drapeaux du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) étaient aussi là. Ces manifestants, qui de tous leurs vœux veulent la paix en Ukraine, qui veulent alerter l'opinion publique, ont eu la force de se retrouver à Paris alors que les médias français tiennent au silence les effroyables meurtres des populations en Ukraine. Vladimir Poutine, qui ne cesse de réclamer l'arrêt des tueries, a salué la décision de cessez-le-feu du président ukrainien du vendredi 20 juin. Angela Merkel et François Hollande soutiennent aussi la normalisation de la situation. Mais les promesses de Piotr Porenschko ne sont pas réelles. Pour le président russe et pour les observateurs le plan de paix annoncé par Piotr Porochenko doit être suivi dans les faits.

Non respect du cessez-le-feu. Depuis vendredi 20 juin un cessez-le-feu a été déclaré à travers les médias du monde par Piotr Porochenko pour que les forces armées de l'actuel gouvernement de Kiev arrêtent de tuer les civils du Donbass. Dès ce vendredi 20 juin les bombardements ont eu lieu sur les villes du Donbass et sur un poste de frontière russe où un soldat russe a été blessé, brisant l'ordre du président ukrainien. Des tirs de mortier ont touché le territoire russe. Ce week-end un train russe de marchandises qui circulait dans le Donbass a été attaqué. Des tirs de mortier ont eu lieu à Lougansk. « L'armée ukrainienne a tiré à partir de cinq mortiers sur les habitations d'Ananievka, dans la zone de Sverdlovsk » a expliqué le porte-parole de la République populaire de Lougansk. Il n'y a plus d'eau à Donetsk, ce qui signifie la catastrophe humanitaire pour les habitants qui sont en exode sur les routes pour se réfugier en Crimée ou en Russie. L'armée ukrainienne a employé des armes interdites en bombardant avec des bombes au phosphore la population. Le Comité d’enquête russe a lancé un avis de recherche international contre le gouverneur de la région de Dnepropetrovsk Igor Kolomoïskiy et le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov, en les traduisant en justice en tant qu’accusés car les civils sont victimes de l'utilisation de moyens et de méthodes de guerre interdits. L'oligarque Igor Kolomoïskiy a déclaré refuser le cessez-le-feu et conduire la guerre s’il le faut de manière privée pour anéantir les Républiques populaires qui se sont déclarées autonomes par référendum. Igor Strelkov, le ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk a déclaré : « Les forces armées ukrainiennes utilisent le cessez-le-feu pour se reformer. L'objectif est, par une guerre éclair, d’écraser nos forces. En outre malgré le cessez-le-feu les combats continuent.»

Manifestation. Ce dimanche les 200 manifestants étaient venus avec des slogans : « solidarité avec les anti-fascistes ; un cœur refermant sur lui le drapeau ukrainien et russe ; cessez-le-feu immédiatement ; Amérique bas les mains sur l'Ukraine ; sauvez le peuple du Donbass ; sauvez les enfants du Donbass ; pas la guerre».

 

Dans un entretien donné à l'Agence Info Libre, Alain Benajam, Réseau Voltaire France, très inquiet de la situation en Ukraine et du silence total sur les massacres car, selon les médias russes, nous sommes dans la phase du génocide, dit : « on est là parce que la presse fait un black-out complet sur la guerre du Donbass qui est une guerre terrifiante, terrible, et d'autant plus violente que les États-Unis, qui pilotent cette affaire complètement car à la tête de l'Ukraine il n'y a que leurs marionnettes, cherchent à impliquer la Russie dans cette guerre de manière à ce que la Russie coupe toutes relations avec l'Union européenne. Cette guerre est dirigée contre l'Europe. Pour pousser les Russes à intervenir ils commettent les crimes les plus horribles en bombardant les orphelinats, les écoles, les hôpitaux. Ils coupent les oreilles des prisonniers. Il faut absolument briser le mur du silence ! » /N

 

 


L’expansion énergétique de la Russie : Amérique, Afrique, Orient

L’expansion énergétique de la Russie : Amérique, Afrique, Orient

Par La Voix de la Russie | La Russie pourrait être considérée à juste titre comme une puissance énergétique mondiale. Le pays a des réserves richissimes d’hydrocarbures. Les marchés en Amérique latine, en Afrique du Nord, au Proche- et au Moyen-Orient sont actuellement en croissance impétueuse. La Russie devrait saisir l’occasion pour y occuper des positions solides.

Pratiquement dans tous les pays d’Afrique du Nord la situation aux marchés est compliquée.

En ce qui concerne l’Amérique latine, elle a réussi à trouver un langage commun avec les partenaires potentiels de Rosneft. Le holding a conclu de gros contrats de prospection des gisements boliviens contenant jusqu’à 300 milliards de m3 d’hydrocarbures ainsi que les accords de livraisons de gaz naturel liquéfié en Argentine. Rosneft étudie la possibilité de participer aux nouveaux projets au Venezuela et au Pérou.

Dans l’ensemble, dit le chef du département analytique du Fonds de sécurité énergétique nationale Alexandre Passetchnik, les régions comme l’Amérique latine, l’Afrique du Nord, le Proche- et le Moyen-Orient sont pour une large part des projets pour les compagnies russes.

C’est un supplément au vecteur général du développement : le vecteur Est. Cela concerne les livraisons de gaz et de pétrole à la Chine. Quant au gaz…, le récent contrat à long terme avec la CNPC permettra à la Russie d’assurer, dans le cadre de la stratégie à long terme, la diversification et la parité dans les ventes de gaz dans l’Est et en Europe en proportion 50/50. Selon Gazprom, il est possible d’accéder à ce niveau dans les 7-8 ans à venir.

Les experts s’abstiennent de pronostics sur les perspectives de coopération dans le secteur énergétique avec les pays du Proche- et du Moyen-Orient. La situation pour le business est imprévisible dans ces régions. Ainsi, il est possible que Loukoil se heurte aux difficultés liées à l’évolution de la situation en Irak. Néanmoins, le géant pétrolier a engagé en mars l’extraction dans le cadre du grand projet international Kourna occidental-2 en Irak.

Loukoil est en train de prospecter en tant qu’opérateur le gisement classé quatrième au monde. Il est possible que le groupe engage prochainement la construction d’une usine de transformation du gaz. Bref, les compagnies russes se montrent, malgré les pronostics prudents des experts, optimistes quant à la mise en œuvre des projets potentiels en Amérique latine, en Afrique du Nord, au Proche- et au Moyen-Orient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 01:41

L'Occident choqué par le nouveau contrat gazier de Poutine

 

IRIB-L'Autriche a scellé mardi sa participation au projet russo-italien controversé de gazoduc South Stream via la signature d'un contrat entre les groupes d'énergie autrichien OMV et russe Gazprom, alors que le président russe Vladimir Poutine est en visite à Vienne.

Lors d'une conférence  de presse conjointe à Vienne avec son homologue russe, Vladimir Poutine, le Président autrichien, Heinz Fisher a salué les relations économiques de son pays avec la Russie, en mettant l'accent sur la mise en œuvre du nouvel contrat gazier conclu entre les deux pays. Lors de cette conférence tenue dans le palais présidentiel autrichien  les deux présidents ont mis l'accent sur la prolongation du cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine. 7 jours de cessez-le-feu sont insuffisants et il faut mettre, tout de suite, fin à l'effusion de sang. Un accord sur le cessez-le-feu ne suffit pas, il faut également mener des négociations fondamentales, a affirmé le Président autrichien. Dans des moments de crise  il vaut mieux toujours engager le dialogue, a estimé Heinz Fisher en émettant le souhait que la visite de Poutine à Vienne conduise à une solution pacifique en Ukraine. Certains pays de l'UE  ont critiqué le déplacement de Poutine à Vienne, a-t-il indiqué. Il n'y a pas l'ombre d'un doute que l'Autriche est membre fidèle de l'UE et qu'il respecte les décisions de cette Union, a-t-il souligné. Le message de l'Autriche c'est que la crise ukrainienne soit résolue via une solution pacifique, a fait savoir le président autrichien avant de faire part  de l'opposition de son pays à l'imposition des sanctions à la Russie. Poutine a pour sa part qualifié sa visite à Vienne de constructif et bénéfique. Les deux parties ont exprimé leur satisfaction de leurs relations économiques de même que de la signature du contrat gazier qui a eu lieu ce mercredi.

Le gazoduc, qui doit relier la Russie au sud de l'Union européenne via la mer Noire en évitant l'Ukraine, est devenu l'objet d'un bras de fer entre Moscou et Bruxelles, sur fond de crise ukrainienne. La Bulgarie, sous la pression de l'UE mais aussi de Washington, avait ainsi suspendu le 10 juin les préparatifs de la construction du pipeline.

La Commission européenne a appelé ses 28 pays membres à faire front uni face aux pressions du Kremlin sur le projet, estimant que les contrats signés par Gazprom ont entravé les règles européennes en matière de concurrence.

Pour ce qui de cette signature critiquée par les pays européens Poutine a affirmé que ce projet est bénéfique et utilisable. Les pays qui critiquent ce contrat doivent critiquer également les pays qui y participent, à savoir la Serbie ou la Hongrie, a-t-il précisé. En allusion à certaines critiques accusant la Russie de contourner l'Ukraine, Poutine a déclaré que ce projet existe depuis longtemps et qu'il constitue un pas important franchi vers l'instauration de la sécurité énergétique en Europe. En ce qui concerne la critique lancée par les Etats-Unis contre ce contrat gazier Poutine s'est exprimé en ces termes : « Les américains avaient auparavant exprimé leurs inquiétudes. Ils veulent transférer seulement eux-mêmes du gaz en Europe. Tout le monde sait que ce gaz est plus cher. Ils veulent que ce contrat perde de sa valeur ».   À ce propos le président autrichien a fait savoir : « Si une compagnie comme la compagnie nationale du pétrole et du gaz OMV conclu un accord avec la compagnie russe Gazprom, d'autres pays ne doivent plus lui demander d'en parler avec d'autres pays et demander leur autorisation ».

Le gazoduc doit entrer en service en Autriche à la fin de 2016, a précisé OMV dans un communiqué. Il devrait atteindre sa pleine capacité en 2018.

Dans une autre partie de ses propos sur l'Iran, le président autrichien a fait entendre : nous nous sommes entretenus des questions internationales dont la question nucléaire de l'Iran. Nous sommes optimistes quant l'occasion offerte pour parvenir à un résultat tangible lors des négociations avec l'Iran.

 


La Chine remplace le brut saoudien par le pétrole iranien!!

 

 

IRIB- La raffinerie chinoise Cinotek a décidé de remplacé le brut saoudien par le pétrole iranien, après la baisse du niveau des sanctions contre l’Iran. 

La raffinerie chinoise a annoncé que le pétrole iranien est moins cher que le brut saoudien et que la baisse du niveau des sanctions contre l’Iran a amené les dirigeants de cette société chinoise à prendre cette décision. Les importations chinoises du pétrole iranien ont augmenté de 36% au mois de mai par rapport à mai 2013. Pendant les cinq premiers mois de 2014, les importations chinoises du brut iranien ont enregistré une hausse de 50% par rapport à la même période en 2013. La Chine qui est le plus grand client du pétrole d’Iran a augmenté le taux de ses importations pétrolières d’Iran depuis la fin de 2013, suite à la conclusion des accords nucléaires préliminaires entre l’Iran et les 5+1.

 


L'EIIL ouvre officiellement le front jordanien!!

 

IRIB-Selon les sources médiatiques,
de violent combats ont éclaté ce mercredi matin entre les garde-frontières jordaniens et les terroristes de l'Etat islamique en Irak et au Levant au sud de la Jordanie. selon Al Ahed News, ces affrontements ont eu lieu à Al Maan, ville jordanienne qui a été récemment le théâtre de manifestations salafistes. les terroristes de Daech ont ouvert le feu sur les policiers et ont incendié plusieurs bâtiments publics, aidés sans doute par les salafistes très nombreux dans cette ville. Daech a affirmé vouloir s'emparer à la fois de la Jordanie et du Liban.

 

 


Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 12:17

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 16:38

Ukraine : 14 wagons russes dynamités dans la région de Donetsk

Ukraine : 14 wagons russes dynamités dans la région de Donetsk

Par La Voix de la Russie | Les voies ferrées dans la région de Donetsk ont été dynamitées lors du passage d'un train de marchandises de la compagnie Chemins des fer russes (RZD).

14 wagons ont déraillé, rapporte la société russe.

L'équipe de la locomotive n'a pas été blessée. Les détails de l'incident ne sont pas précisés.

 

 

 


 

VIDEO. Journal de Syrie du 22/6/2014. Succès : L’armée prend le contrôle total d’Al-Qalamoun

 

 

 

 

 

 



 

Irak : le scénario saoudo-qatari? réponse russe...

 

IRIB- Malgré les efforts acharnés des Irakiens pour empêcher l’avancée des terroristes,

l’Arabie saoudite et le Qatar sont déterminés, comme en Syrie, à soutenir les terroristes jusqu’au bout. 

Selon le quotidien russe « Kormmesant » a écrit dans un article que pour le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, la lutte contre al-Qaïda est une question de vie et de mort. En raison du soutien que l’Arabie saoudite et le Qatar accordent aux terroristes extrémistes, la possibilité de la répétition du scénario syrien est très probable en Irak, selon le quotidien russe qui estime que l’objectif de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) est de diviser l’Iran de sorte que le pays se transforme en trios petit Etats chiites au sud, sunnite au centre et kurde au nord. Pour réaliser ce dessein, l’Arabie saoudite compte surtout sur le levier des conflits idéologiques et religieux. C’est pourquoi ces jours-ci, il y a sur Internet de très nombreux textes ou commentaires écrits par les Irakiens qui accusent l’Arabie saoudite de vouloir pousser l’Irak vers une guerre des religions. Dans son article, le quotidien russe « Kommersant » souligne aussi que les dirigeants de la région autonome du Kurdistan irakiens pourraient essayer d’exploiter la situation actuelle, et de jouer un rôle contreproductif  en créant des tensions dans les relations entre le gouvernement de Bagdad et les pays voisins. Au lieu de remplir leur responsabilité face au danger d’une guerre contre l’irak, les dirigeants du Kurdistan irakien commence à occuper les régions qui font l’objet de litige. C’est d’ailleurs la raison principal des affrontements qui ont eu lieu entre les forces de l’armée irakienne et les unités des Peshmergas kurdes qui ne voulaient pas livrer leurs armes à l’armée. Pourtant, certains analystes estiment que les Kurdes pourraient devenir le grand perdant de ces affrontements. Le niveau insuffisant des revenus du gouvernement autonome du Kurdistan irakien crée des problèmes dans les conditions de vie des citoyens kurdes. Tandis que le gouvernement central a des ressources économiques considérables, le gouvernement autonome du Kurdistan n’a parfois pas les fonds nécessaires pour payer le salaire des ses fonctionnaires.

 

 



 

Les non-dits de l’avancée des forces hostiles à Al-Maliki en Irak

 

IRIB-En Irak, l’armée régulière a vacillé et les villes de deux provinces, Ninawa [Ninive]
et Salah ad-din, sont rapidement tombées devant l’avancée de DAECH [EIIL : État Islamique en Irak et au Levant], alors même qu’il perdait ses positions dans la région d’Al-Anbar.

 

Cette nouvelle donne s’est produite grâce à la complicité de certains éléments de l’armée de l’ancien régime irakien et de partisans, dirigés par Izzat al-Douri [1], qui les ont rejoints.

 Lequel, Izzat al-Douri, a troqué sécularisme et nationalisme contre une sienne armée qu’il nomme « Naqchbandi »[2], dont la mission première est de combattre « la tutelle chiite et l’occupation iranienne de l’Irak », contre monnaie sonnante et trébuchante venue de l’Arabie saoudite et du Qatar, alors que la Turquie se contente de lui assurer de quoi « camper » sur son territoire.

 Cette attaque surprise de « Naqchbandi », parrainée par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar, vise à renverser la situation en Irak, suite aux résultats des récentes élections législatives irakiennes et élections présidentielles syriennes, qui font que toute modification « politiquement négociée » paraît désormais sans espoir pour ces coalisés.

Le but : Rompre la continuité géographique des « alliés de la Résistance », sur l’axe Irak-Syrie-Liban, maintenant que Homs [Syrie] est libérée, afin de tenir de quoi négocier en agitant le spectre de « la partition de l’Irak ».

 Autrement dit, un Irak tripartite fédéral contre une Ukraine tripartite fédérale en vertu d’une démographie similaire, parallèlement à la tentative d’entrainer le PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan] dans la guerre en lui promettant un État kurde et la libération de son chef des prisons de Turquie.

 La solution : Fédération Irak-Syrie, qui inverserait les règles du jeu, en attendant de fédérer le Liban et la Jordanie…

 La partie d’échec se poursuit donc… à l’internationale !

 Nasser Kandil

 

11/06/2014

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 20:42

Une nouvelle armée US pour abattre Assad?!

 

 

IRIB- C'est le journal Al Hayat qui fait cette révélation : Une nouvelle armée US pour abattre Assad?!
les autorités US sont en phase de créer une nouvelle armée pour intervenir militairement en Syrie!! " Selon les informations qui ont fuité et aux quelles se réfèrent le site Al Hayat les Américains sur le point de former une nouvelle armée de mercenaires. 600 mercenaires sont recrutés par mois et ils sont soumis à une formation intensive qui devra durer un an et demi . Cette armée n'a aucun rapport avec l'ASL ou avec la coalition des opposants syriens. cette nouvelle armée sera formée suivant les tactiques de guerre asymétriques et sans que la conquête du terrain soit une priorité. l'objectif ? épuiser l'armée arabe syrienne et provoquer un lourd bilan de morts dans les rangs des soldats syriens et ce dans l'objectif de renverser Assad ou de le contraindre à se résigner à l'Occident "

Israël bombarde la Syrie !!

IRIB- L'explosion d'un colis piégé déposé à l'intérieur d'un véhicule de patrouille israélien qui s'est produit au Golan occupé a laissé un mort et un blessé , tous deux  militaires israéliens. L'attaque n'a pas encore été revendiquée mais elle a provoqué une veritable panique dans les rangs des militaires sionistes .

Les militaires israéliens étaient à bord d'un Jeep  lorsque l'explosion a eu lieu et l'un deux a été  tué sur le champ et l'autre a été blessé avant d'être transféré  par hélicoptère à l'hôpital de Haïfa. Peu après un grand nombre de militaires ont encerclé la région. La radio d'Israël a annoncé que  les enquêtes prouvent que cette attaque visait l'armée israélienne et qu'elle n'avait rien à voir avec les affrontements en Syrie. En dépit de cette information, l'armée israélienne a procédé ensuite au pilonnage des positions de l'armée syriennes sur les hauteurs du Golan...


DIEUDONNE. Quenelles d’or (photos+vidéo): l’incroyable cérémonie musico-humoristique du 21 juin

IMG_0147St-Lubin de la Haye – Quelle surprise ! Quelle folie ! Quel kif ! 

Saint-Lubin-de-la-Haye est une petite commune du centre-ouest de la France, située dans le département de l’ Eure-et-Loir et de la région Centre. Hier, pour la première fois, j’assistais aux Quenelles d’Or. Déjà nommé auparavant, je n’avais pas fait le déplacement pour cause d’emploi du temps. Mais, cette fois-ci, n’étant pas au courant des nominations, je me suis quand même rendu sur place, simplement pour voir et comprendre le succès phénoménal de l’humoriste Dieudonné. En effet, programmée un 21 juin, jour de la fête de la musique, et de surcroît payant, il était incroyable de savoir que c’était déjà complet des jours à l’avance.  

Plus de 2000 personnes en délire

Plus de 2000 personnes en délire

A Rambouillet dans le 7-8, sauvé par la belle mécanique de mon frère et ami Hamza, qui était accompagné de la sublime Aminata, je ne m’attendais vraiment pas à vivre un moment aussi intense. Dès notre arrivée, la vue de plus de 300 véhicules sur le parking vous interpelle. Comment est-ce possible ? Le co-voiturage a marché à plein régime. Toutes les voitures avaient au moins 5 personnes à l’intérieur. On est venu en famille ou avec des amis. Toute la France est là, celle multicolore et mélangée. Dans ce coin perdu de la région Centre, les officianidos de l’humour sarcastique se sont donnés rendez-vous. Nous sommes donc plus de 2000 personnes venues ssistées à la remise des quenelles d’or.

IMG_0148

Tout commence par un concert haut en couleurs. On danse, on crie, on rigole, on rit. Rap, reggae, variété. Tous les artistes présents font leur show avec délectation. J’ai beaucoup apprécié l’accueil réservé à la terrible Mérée Drante et sa reprise de Charles Aznavour "la bohème" devenue "la quenelle". On ne peut tous les citer mais, ce concert qui regroupait de nombreux artistes et groupes, notamment ceux défendant la mémoire de Saïd Bourarach dont l’épouse était présente ou encore Tepa de Meta Tv et son crew s’est clôturé par l’incontournable CHRIS DeNegro et sa "quenelle sauce mafé". Puis, un homriste de talent a fait son génial récital avant que Dieudonné n’entre sur scène. Dieudonné a présenté la dernière d’Asu Zoa, avant de passer à la remise des quenelles d’or.

Alors, la cérémonie des remises de quenelles commença. L’ex député belge Laurent Louis obtient la quenelle d’or dans la catégorie politique. C’est alors qu’on signala les nommés au prix de meilleur site et journalisme indépendant. La surprise futt grande quand on annonça le nom de cet espace de liberté. Puis, sa victoire. Emu, je ne boudais pas mon plasir de recevoir des mains du plus grand humoriste de France et de Navarre mon prix. Dans le tourbillon des remises des prix, je n’ai malheureusement pas eu le temps de relever l’ensemble des lauréats puisque je me suis retrouvé VIP tout d’un coup dans les coulisses.

Liste à compléter des lauréats:

- Laurent Louis

- Allain Jules

- Joe le Corbeau

- Cardet

- Mérée Drante

- Me François Danglehant

- Celas

- etc…

Quele joie de voir ces personnes venues me féliciter, solliciter une photo ? Que du bonheur ! De nos jours la vertu est raillée, dénigrée, tournée en dérision et le vice encouragé, acclamé, valorisé. Nous disons NON à toute cette pornographie-là ! Un grand moment, une belle fête, de la convivialité.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 13:10

Guerre pour le controle des matieres premieres , destabilisations violente de pays via des pseudo révolutions colorés , menaces ouvertes entre grande puissance etc.....etc.....  si ca n'a pas commencé on peut penser que "le grand feu d'artifice" est pour bientot !!!!!


BUSH SORT DE CE CORPS ! Barack Obama envoie des troupes à Bagdad, en Irak

  Barack Obama

 

Le président Obama a annoncé cette nuit que les troupes américaines seront déployées en Irak, principalement à Bagdad, juste pour protéger, dit-il,  le personnel américain de l’ambassade us. Un retour pétaradant  trois ans après que les États-Unis se soient retirés de l’Irak. 

Le rétropédalage de Washington, qui a une forte odeur de pétrole est spectaculaire. Du côté du Secrétariat d’Etat, on se réjouit même de la « discussion ouverte» avec Téhéran sur la coopération militaire pour éradiquer les terroristes. Uniquement sur le sol irakien et pas en Syrie ? En attendant toujours les frappes de drones, la marine américaine a envoyé un navire supplémentaire dans le golfe Persique, et des hélicoptères de combat.

La nouvelle guerre du golfe est commencé. Les paris sur le nom de l’opération sont ouvertes…"Torpille du désert", "Obama soldat du feu" ? Bref, la même dialectique morbide et mortifère est engagée…

 


L’Irak, vers le démembrement ?

IRIB- Les récents événements survenus en Irak soulèvent des questions sur l’éventualité du démembrement du pays. 

Le groupe terroriste de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) contrôle à présent une grande partie des régions à population sunnite de l’Irak. Les terroristes ont même tenté d’attaquer Bagdad sans succès. Pourtant pour eux, la mainmise sur Bagdad signifierait le contrôle de la partie essentielle des régions sunnites du pays. Pour le moment, les terroristes de l’EIIL évitent un affrontement frontal avec les Kurdes. Des analystes estiment que l’EIIL préfère ne pas créer des tensions entre ses forces et les Kurdes irakiens dans l’état actuel des choses. Quant à l’avancée vers les provinces à population chiite, ils savent que l’affrontement avec les fatwas des oulémas chiites et les forces populaires mobilisées dans ces régions leur coûtera également trop cher. Dans ce contexte, il semble possible pourtant d’imaginer la division du pays, du point de vue sécuritaire, en trois secteurs sunnite, chiite et kurde. La question qui s’y pose est de savoir si les actions de l’EIIL conduisent-elles l’Irak vers un véritable démembrement du pays ?

Avec l’Iran, la Syrie ou l’Egypte, il faut admettre que l’Irak comptent l’un des grands pays du Moyen-Orient qui faisaient depuis longtemps l’objet des projets américains ou israéliens portant sur la division ou le démembrement des Etats. Est-ce que le régime sioniste ou les Etats-Unis veulent réellement se servir du levier des groupes terroristes extrémistes pour diviser l’Irak en plusieurs petits Etats ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut tenir compte de plusieurs facteurs :

1- Il faut attendre pour voir dans les jours qui viennent le comportement des Etats-Unis et leur point de vue stratégique vis-à-vis des actions de l’EIIL en Irak. Pour le moment, les Etats-Unis n’ont pas pris des mesures concrètes pour aider militairement le gouvernement irakien. Washington décidera-t-il enfin d’organiser des raids aériens contre les positions des terroristes de l’EIIL ?

2- En Syrie, le gouvernement du régime sioniste a prouvé qu’il est capable d’établir des liens avec les groupes extrémistes pour les instrumentaliser afin d’affaiblir l’axe de la Résistance. En outre, l’action des groupes terroristes takfiris a prouvé aussi qu’ils ne visent pas les intérêts du régime sioniste. En tout cas, le démembrement des pays musulmans de la région serait évidemment dans l’intérêt d’Israël.

3- En Syrie, les Américains ont bien compris qu’il ne pouvaient aucunement compter sur l’opposition « modérée » au gouvernement du président Bachar al-Assad. Cela a amené les dirigeants américains à éviter un investissement financier et militaire important dans la crise syrienne. Quant à l’Irak, Washington sait aussi qu’il serait trop risqué de compter beaucoup sur des groupes extrémistes comme l’EIIL, malgré les efforts de certains pays de la région qui veulent convaincre la Maison Blanche dans ce domaine. Ils veulent suggérer aux Américains, qu’ils savent, eux, comment ménager ces terroristes. Il paraît pourtant que le président Obama ne veut pas prendre le risque d’accepter les prétentions de ces pays. Une chose est néanmoins très importante pour les dirigeants américains : quel est l’influence réelle des anciens baathiste parmi les hommes de l’EIIL ? Pendant l’occupation de l’Irak, les Américains ne cachaient pas leur préférence à coopérer avec les anciens membres du parti Baath.

4- dans le contexte actuel, les Kurdes se sentent plus que jamais proche d’une véritable autonomie du Kurdistan irakien. Mais le risque de l’EIIL et l’impossibilité d’évaluer clairement lasituation sécuritaire de l’Irak, semblent avoir rendu très prudents les dirigeants kurdes. Par ailleurs, depuis une décennie des liens très proches se sont créés entre les deux communautés kurde et chiite d’Irak sur divers plans. A présent, ils vivent des menaces communes qui semblent pouvoir les rapprocher les uns des autres. Ce rapprochement peut devenir un facteur important pour éviter le démembrement de l’Irak. Dans les circonstances actuelles, pour beaucoup de partis politiques, le jeu du démembrement de l’Irak serait un jeu perdant-perdant pour tous les Irakiens.

5- de nombreux habitants sunnites des régions prises par l’EIIL ont déjà fui leurs villes ou ne sont pas prêts à collaborer avec les hommes de l’EIIL. Il faut rappeler qu’en Syrie aussi, la lecture très brutale que l’EIIL propose de la religion les empêche de gagner un soutien social important. Depuis une semaine, une grande partie de la population sunnite s’est écartée de l’EIIL et n’a pas adhéré à ce groupe. D’ailleurs, l’expérience de la Syrie a prouvé qu’avec le temps les populations sunnites peuvent fortement se désintéresser de ces groupes extrémistes qui prétendent défendre pourtant leurs droits.


Ukraine : le conflit entre dans une phase critique

IRIB-Ukraine : le conflit entre dans une phase critique, l’escalade militaire est de plus en plus meurtrière

[MàJ] C’est une véritable situation de guerre que connaît l’est de l’Ukraine, et principalement les deux régions ayant fait sécession, Lougansk et Donetsk.

Les affrontements sont de plus en plus violents et l’armée ukrainienne utilise maintenant de manière systématique des moyens d’artillerie et des moyens aériens. Plusieurs villes ont ainsi subi des bombardements.

La situation militaire

Des bombes incendiaires au phosphore ont été utilisées pour bombarder le village de Semenovka qui contrôle l’accès à la ville de Slaviansk ce week-end. Ce village tenu par les séparatistes avait déjà connu des tirs d’artillerie, notamment de lance-roquettes Grad.

La ville de Slaviansk a également été bombardée, et l’hôpital a été touché. Un médecin a été tué et plusieurs personnes ont été blessées. La population est toujours privée d’eau potable.

La ville de Marioupol a été reprise aux insurgés par le bataillon Azov composé de membres de secteurs droits et de combattants néo-nazis étrangers. Le bataillon a notamment utilisé des blindés. Les miliciens restent cependant actifs dans la région et ils ont bombardé un convoi des gardes frontières.

Un attentat visant Denis Pouchiline le gouverneur de la république populaire, a eu lieu à Donetsk le 12 juin, tuant ses deux gardes du corps. Il avait déjà échappé à un attentat le 07 juin…

L’aviation ukrainienne a bombardé la direction de l’intérieur à Gorlovka dans la région de Donetsk, où se trouve l’état-major des forces d’auto-défense. Les insurgés affirment avoir touché l’un des aéronefs.

Les plus violents combats ont lieu dans la région de Lougansk et visent à reprendre le contrôle de la frontière aux insurgés. L’armée ukrainienne utilise des moyens aériens, notamment des hélicoptères d’attaque près du village de Schastye. L’attaque aurait fait plus de 100 morts, dont de nombreux civils selon le gouverneur de la république populaire de Lougansk. Toujours selon lui, l’armée ukrainienne aurait ouvert le feu sur les habitants après la prise de la localité. Le but de la junte ukrainienne serait d’isoler les séparatistes de la frontière. Selon les séparatistes, l’armée ukrainienne prépare des raids massifs contre Lougansk.

A Lougansk toujours, 2000 hommes de la garde nationale ukrainienne (Praviy Sektor) sont retranchés dans l’enceinte de l’aéroport (cette information a son importance…). Un convoi de 40 chars a été bloqué par les insurgés au nord de la ville.

Concernant l’avion-cargo militaire ukrainien Il-76 abattu par un missile au dessus de l’aéroport avec 49 personnes à bord dont 40 paras, il semble que l’origine du tir vienne non pas des insurgés mais du côté de l’armée ukrainienne stationnée dans l’enceinte de l’aéroport… Pourquoi l’armée ukrainienne abattrait ses propres avions, cela reste mystérieux. Certaines sources avances des divergences entre régiments qui auraient déjà dégénérés en affrontements armés…

Au total, selon le ministre de la défense ukrainien Mikhaïl Koval (Svoboda), 250 miliciens auraient été tués lors de l’offensive de ce week-end.

La reprise de la frontière aux insurgés constitue le but de cette opération. Le ministre de la défense ukrainien a ainsi annoncé vouloir fermer la frontière la semaine prochaine, selon l’objectif donné par le président Porochenko. Le contrôle de la zone frontalière constitue un enjeu stratégique majeur pour la suite du conflit. La république populaire de Donetsk a en effet affirmé qu’elle ouvrirait sa frontière avec la Russie au mois d’août, ce qui signifierait le rattachement « de facto ».

Les insurgés reçoivent également par le biais du territoire russe des renforts au niveau du personnel combattant, comme l’illustre le bataillon Vostok, mais aussi probablement en matériel, notamment en roquettes anti-char 9k111 Fagot qui posent de sérieux problèmes aux blindés de l’armée ukrainienne. Le ministre des affaires étrangères Sergeï Lavrov a ainsi reconnu que la Russie faisait parvenir de l’aide humanitaire aux populations du Donbass via les milices populaires.

Le maintient d’un point de passage avec la Russie semble d’autant plus important que de nombreux civils affluent actuellement dans la région frontalière de Rostov-sur-le-Don. Plus de 11000 ukrainiens ont ainsi franchi la frontière suite à la dernière offensive de l’armée. 12000 personnes avaient déjà franchi la frontière en 24h au début de l’offensive ukrainienne. Selon le chef du département de l’information de la région de Rostov, ce sont au total près de 110000 personnes qui ont fui les combats et se sont réfugiées en Russie.

Bien que le président Porochenko ait déclaré vouloir ouvrir des « corridors humanitaires » afin de permettre l’évacuation des civils, les milices populaires et les habitants ne font aucune confiance à la garde nationale composée essentiellement de néo-nazis de Praviy Sektor et craignent des exactions comme cela a déjà été le cas à Odessa, Marioupol ou plus récemment à Schastye… La situation sur le front politico-diplomatique

Les journalistes russophones intimidés

Deux journalistes russes ont été capturés par la garde nationale . Précédemment, deux de leurs confrères avaient déjà été retenus en captivité et interrogés par l’armée ukrainienne avant d’être finalement libérés. Des reporters de Life News avaient déjà subi le même sort. Arrêtés le 18 mai près de Kramatorsk par l’armée ukrainienne, ils avaient été retenus et brutalisés avant d’être relâchés 6 jours plus tard. Il s’agit d’une manière de dissuader les journalistes russes, critiques envers la junte au pouvoir à Kiev, de couvrir les événements et de se rendre sur le terrain. Auparavant, le journaliste britannique Graham Phillips collaborateur à Russia Today avait vu sa tête mise à prix par les milices de Praviy Sektor et avait également été capturé par l’armée près de Marioupol puis relâché après 36h de détention.

Des journalistes ont été pris pour cible lundi par un sniper près de Slaviansk et ont dû se replier à l’aide d’une voiture de la milice populaire qui a également été prise pour cible. Ce n’est pas la première fois qu’une équipe de reporters essuie des tirs, un collaborateur de Russia Today a d’ailleurs été blessé.

L’ambassade de Russie prise pour cible à Kiev

L’ambassade de Russie à Kiev a d’abord été victime d’un piquetage, environ 80 personnes bloquant les entrées et sorties. La situation a cependant dégénéré et des cocktails Molotov ont été lancés contre le bâtiment, les voitures du personnel diplomatique garées à l’extérieur ont été incendiées, des croix gammées ont été taguées sur la façade. Le ministre ukrainien des affaires étrangères, présent parmi la foule, a proféré des insultes envers Vladimir Poutine, qui ont été reprises par la foule. Cependant, les chancelleries occidentales qui soutiennent le gouvernement de Kiev, ont pour l’instant refusé de condamner cette attaque et ont bloqué un projet de résolution russe devant le conseil de sécurité des Nations Unies condamnant ces événements.

L’UE a finalement réagit dans la journée de lundi par le biais de la porte-parole de Catherin Ashton qui a exhorté « les autorités ukrainiennes à faire le nécessaire pour remplir leurs engagements pris dans le cadre de la convention de Vienne sur l’inviolabilité des ambassades. »

L’ambassadeur russe à Kiev a déclaré que ces attaques avaient été « planifiées ». Il s’agit de toute évidence de la mise en oeuvre d’une stratégie de la tension à l’égard de la Russie, faite de provocations destinées à provoquer une réaction militaire de la part de Moscou. C’est dans cette logique qu’il faut voir l’incursion d’un char ukrainien à l’intérieur du territoire russe où la dénonciation inverse d’une incursion de blindés russes par le pouvoir ukrainien. Le conflit gazier entre dans sa phase critique

Le système de pré-paiement entre en vigueur aujourd’hui et la Russie a annoncé qu’elle était prête à fermer les vannes. Selon le groupe Gazprom, les chances d’arriver à un accord avec le gouvernement de Kiev sont « très faibles ». Dans le même temps, l’UE a bloqué la construction du Gazoduc South Stream en Bulgarie, qui a pourtant comme objectif de fiabiliser les livraisons de gaz russe en contournant l’Ukraine par la mer noire. Les groupes français Total et Italiens ENI sont partenaires de Gazprom dans ce projet. La commission, en sabordant ce gazoduc, suit les directives américaines et va à l’encontre des intérêts européens. La suspension des travaux a fait suite aux pressions américaines, des entreprises Bulgares ont été menacées de sanctions si elles poursuivaient les travaux, et à la visite en Bulgarie du sénateur John Mc Cain.

Le premier ministre italien Matteo Renzi a fait part de son désaccord à la commission et mobilise pour relancer le projet.

L’UE continue à soutenir à bout de bras les autorités en place à Kiev et vient de débloquer une aide « non remboursable » de 250 millions d’euros qui constitue la première tranche d’une aide totale de « consolidation de l’état » d’un montant de 355 millions…

L’OTAN a annoncé qu’elle renforcera également son soutien au régime ukrainien de manière à « réformer ses forces armées ». L’organisation a déjà fait parvenir à Kiev du matériel militaire qualifié de « non létal »…

A Kiev, des manifestants occupent toujours la place Maïdan et demandent au président Porochenko la dissolution du parlement pour permettre la tenue d’élections législatives.Une partie importante de la population ne se reconnait pas dans le gouvernement actuellement en place qui compte 6 membres du parti Svoboda.

La population et les députés Allemands commencent à se mobiliser pour exiger la fin du soutien de leur pays au régime néo-nazi ukrainien, ils dénoncent également l’indigence de la couverture médiatique. Des manifestations ont lieu tous les jours à Berlin et dans les grandes villes allemandes. Des députés du parti « Die Linke » ont interpellé le gouvernement au Bundestag pour qu’il cesse de soutenir un régime néo-nazi.

Quand allons-nous suivre leur exemple et enfin demander des comptes au gouvernement français ? La situation risque en effet de dégénérer complètement sur le terrain à mesure que les affrontements gagnent en violence. N’attendons pas que se déclenche une épuration ethnique dans l’est de l’Ukraine pour réagir.
bellacio


 

Washington va-t-il attaquer l'Irak? Moscou répond ...

 

IRIB- Les milieux politiques russes jugent exclue toute intervention militaire en Irak de la part des Etats-Unis.

L'Occident notamment les Etats-Unis doivent mettre fin à leur politique deux poids deux mesures, a affirmé le quotidien libanais al-Djumhuriya citant les milieux politiques russes. Si tous les rapports de renseignement diffusés affirment l'existence de liens solides entre les groupes terroristes en Irak et en Syrie, l'Etat Islamique en Irak et au levant (EIIL) doit alors  être mis sur la liste des terroristes pour ses actes en Irak, sans tenir compte de ses activités terroristes en Syrie, ont précisé ces milieux  avant de poursuivre : Moscou a à maintes reprise mis ses partenaires occidentaux en garde contre les actes terroristes de l'EIIL en Syrie  et en Irak ainsi que  dans d'autres régions. Les politiques occidentales ont conduit à l'instabilité dans la région entrainant de graves répercussions, ont indiqué ces milieux en  rappelant l'inattention portée par l'Occident sur les mises en garde lancées par la Russie. Les milieux politiques russes ont également exclu toute intervention militaire de la part de l'Occident. Des indices  font part de l'augmentation d'aides militaires occidentales au gouvernement irakien, ont estimé ces milieux.

 

 


Les ressources financières de Daesh?!!

IRIB- Les sources bien informée en Syrie le confirment :

Daesh se procure l'argent nécessaire à ses actions terroristes , en partie au Liban ! " il y a quelques mois , des canaux ont été établis entre les sources sécuritaireset diplomatiques à Damas d'une part et des capitales européennes et occidentales de l'autre et des informations ont été échangées au sujet des milices terroristes. le terrain de coopération le plus important s'est avéré le jihadisme takfiris et le trafic des terroristes entre la Syrie et l'Occident". et le journal d'ajouter : " des renseignements sécuritaires d'une extrême importance ont été échanger dont une liste de nom livrée par Damas aux occidentaux. la partie occident a de son côté remis à Damas des fiches de virement bançaires traçant le circuit financier qui alimente les terroristes en Syrie. suivant ces renseignements, certains terroristes s'alimenteraient auprès de certains groupes et courants libanais à Beyrouth et dans d'autres villes libanaises. Certaines sociétés libanaises plantées à Beyrouth participeraient ainsi à ce circuit de financement" Al Hayat de son côté souligne la capture d'un des chefs terroristes de Daesh, un certain Abou Hajar chez qui les forces irakiens ont trouvé quelques 160 clès USB avec des milliers de donnés la dessous. suivant ces information, "après la prise de Mossoul, Daesh s'est enrichi de quelques 499 millions de dollars supplémentaires . le pillage des banques , des entrepôts d'armes et de munitions fait de lui un organisme terroriste avec une fortune estimée à 1.5 milliards de dollars! avant l'offensive contre l'Irak, les agences de renseignement occidentaux savaient que Daesh s'enrichissait du pétrole extrait de l'est de la Syrie et que ses pillages convraient invariablement les matières premières syriennes , les monuments historiques ses objets antiques . A Nobok (cité chiite) , Daesh aurait obtenu 36 millions de dollars en s'impliquant dans des trafics de tout genre.

 

 


Et si le Hezbollah ne s'engageait pas militairement en Syrie ....

 

IRIB- Cette perspective a été évoquée par le secrétaire général du Hezbollah
au cours d'une rencontre avec les responsables des régions du sud du Liban et de Békaa : " Si Le Hezbollah n'était pas intervenu militairement en Syrie à temps, Daesh aurait été, à l'heure qu'il est, à Beyrouth. Seyyed Nasrallah, cité par le journal AsSafir, rend hommage au grand ayatollah Sistani pour avoir lancé l'ordre de mobilisation militaire face à l'assaut des terroristes de Daesh : " la fatwa du grand ayatollah Sistani qui invite les irakiens à prendre des armes, vise à assurer la protection et l'intégrité territoriale de l'Irak et non pas à protéger un ethnie, une confession" Nasrallah qui s'exprimait par vidéoconférence a évoqué les critiques dont le Hezbollah faisait l'objet au moment de son engagement militaire en Syrie : " pourquoi n'entend-on plus ces mêmes voix condamner les crimes de Daesh? .. si le Hezbollah n'avait pas agi à temps et ce de manière appropriée et efficace, Daesh aurait été aujourd'hui à Beyrouth" Nasrallah a rappelé le rôle de certains pays arabes du golfe Persique dans les récentes évolutions irakiennes, parties qui tirent profit du chaos : " Soyez sûrs, le mal affectera ceux qui le provoquent . le temps n'est plus à rester les bras croisés et à regarder les terroristes offenser les lieux saints des musulmans"

 

 


 

Un printemps allemand en juillet ?

Un printemps allemand en juillet ?

Par La Voix de la Russie | Depuis 12 semaines les « manifestations du lundi », die Montagsdemos, ayant débutées à cause de la montée des violences sur la place Maïdan, ont lieu chaque semaine en Allemagne, remplissant et occupant l'espace public.

Devant la porte de Brandenbourg à Berlin, des responsables politiques, des artistes, des journalistes, de simples citoyens de divers milieux, sont plusieurs centaines de à se regrouper tous les lundis à partir de 18 heures comme dans plus de 100 villes allemandes pour dénoncer les massacres en Ukraine, la politique de Washington et de Bruxelles qui font de l'Allemagne une colonie, la politique interne allemande et les dérives titanesque de la Coupe du monde de football au Brésil. Les citoyens allemands veulent reprendre leurs droits sur un gouvernement et sur des élites qui les mènent en guerre à l'étranger et sur le terrain social en Allemagne. La manipulation des médias officiels et les mensonges des responsables politiques sur la guerre en Ukraine ont été le catalyseur qui a mis le feu aux poudres en poussant ces rassemblements populaires à se propager, en se déclinant sur divers sujets de société, aussi en Autriche et en Suisse. Ce 19 juillet, les citoyens allemands sont appelés à marcher sur Berlin !

Fronde au Bundestag et nouvelle Ostpolitik. C'est aussi au sein du Bundestag que la colère monte. Après le discours de l'avocat Gregor Gysi, les Linke, au Bundestag de mars 2014 qui a dénoncé le soutien de la politique allemande d'Angela Merkel à Washington et au gouvernement de Kiev dans lequel se trouve des membres du parti Svoboda, c'est la députée du même parti politique Sevin Dagdelen qui a virulemment attaqué le groupe parlementaire des Grünen le 4 juin pour son soutien apporté à la guerre menée par l'OTAN en Ukraine. « Le fascisme est présent en Ukraine et le gouvernement l'ignore. Les Grünen se trouvent sur les bancs de l'opposition mais ils soutiennent la politique du gouvernement », et cite une phrase de Brecht « Celui qui ne connaît pas la vérité est simplement un imbécile mais celui qui connaît la vérité et qui dit que cette vérité est un mensonge est un criminel », qui a fait sortir de ses gonds Göring-Eckhardt, Co-présidente du groupe Alliance 90/Les Verts au Bundestag qui a rétorqué en affirmant au nom du SPD, de la CDU et des Grünen ne pas soutenir les fascistes en Ukraine.Gregor Gysi a expliqué dans un entretien accordé à Phoenix que la Russie fait partie de l'Europe et qu'il fallait remettre sur pied une nouvelle Ostpolitik reposant sur la confiance de la parole donnée avec la désescaladeet se libérer de Washington car l'Allemagne est un pays occupé. « Le statut d'occupation de l'Allemagne est toujours valable. Nous ne sommes plus en 1945. Il serait temps d'en finir avec ce statut », avait déclaré Gregor Gysi en 2013.

Les Montagsdemos. Les figures des Montagsdemos sont issus du journalisme, comme Jürgen Elsässer, Ken Jebsen ou de la politique comme Diether Dehm, député des Linke, aussi chanteur, ou comme, Prinz Chaos II, auteur et chanteur, qui sont invités à s'exprimer sur la politique allemande en Ukraine, sur le rôle de l'OTAN et des banques, sur la situation sociale, sur la situation de l'emploi, sur la situation des familles et des enfants, sur l’État qui intervient dans l'éducation et qui retire par la violence plus de 100 enfants par jour dans le pays, sur la Coupe du monde de football qui se déroule dans une répression sanglante de la population brésilienne. « Cette coupe du monde au Brésil a coûté la vie à de nombreux Brésiliens. Il faut arrêter avec cette corruption et la FIFA. Il faut arrêter avec cette volonté de toujours vouloir avoir plus et d'avoir de la compétition », lance Prinz Chaos. Diether Dehm, député des Linke, fait des apparitions, mêlant chansons et discours politiques, pour aussi dénoncer le rôle des banques qui financent les guerres, faisant allusion au fait que l'Allemagne est le troisième exportateur d'armes au monde, « Il y a ces banques qui ont financé les Nazis et qui continuent aujourd'hui. La Deutsche Bank est le plus gros criminel ». Les Montagsdemos sont un appel à la révolte pacifiste, qui germe depuis le mois de février outre-Rhin en prenant des formes de cabarets berlinois et de meetings politiques, qui vient de montrer son objectif par la publication de Ken Jebsen sur son compte Facebook ce 11 juin en appelant les manifestants à déferler en masse le 19 juillet sur Berlin. /N

 


 

 

La Russie arrête le « financement gazier » de Kiev

La Russie arrête le « financement gazier » de Kiev

Par La Voix de la Russie | Moscou a coupé le gaz russe à Kiev. Cela a été fait sous forme d'introduction du prépaiement pour les livraisons futures.

Gazprom a annoncé : Kiev ne paie rien et, par conséquent, ne reçoit rien. Le tuyau transporte juste la quantité qui doit transiter vers les consommateurs européens. Selon les autorités russes, par son chantage de la Russie Kiev a mis la situation dans l'impasse, ayant parallèlement joué un mauvais tour à ses protecteurs européens.

La Russie a deux fois reporté l'introduction du prépaiement pour l'Ukraine. Dans la nuit de dimanche à lundi le chef de Gazprom Alekseï Miller a une nouvelle fois pris l'avion pour Kiev dans l'espoir de résorber la situation. Une fois revenu à Moscou, il a rencontré le premier ministre Dmitri Medvedev pour l'informer de la position non constructive du gouvernement d'Ukraine :

« De fait, la partie ukrainienne a substitué à notre sujet de négociations un autre, car le problème dans nos rapports avec les collègues ukrainiens dans le domaine gazier tient à la dette chronique pour les fournitures du gaz russe. A l'heure actuelle le montant de cette dette est déjà de 4,5 milliards de dollars ».

Moscou part du fait que l'Ukraine doit régler de façon inconditionnelle ses dettes pour la période d'hiver (1,451 milliard de dollars) et de montrer un progrès dans le remboursement de la dette pour avril-mai (500 millions). Cependant Kiev a occupé une position qu'on peut qualifier de chantage. Alekseï Miller a noté que selon le premier ministre désigné par la Rada Iatseniouk « Gazprom devrait accorder à l'Ukraine des prix extrêmement bas » et que dans le cas contraire « l'Ukraine ne payerait pas la dette et prélèverait sur le tuyau autant de gaz qu'elle voudrait et gratuitement ».

Pour sa part le premier ministre de Russie Dmitri Medvedev a constaté que l'Ukraine avait mis la situation dans l'impasse de propos délibéré :

« Les conditions de faveur qui leur ont été proposées étaient très avantageuses, même par rapport à la période de coopération gazière du président précédent. Néanmoins ils n'ont pas accepté ces conditions ayant, de fait, créé artificiellement la crise gazière : cela est regrettable et cela sent le chantage. En fin de compte cela nuira aux intérêts de l'économie ukrainienne. Il s'agit des démarches absurdes et irraisonnables. Il est vrai que rien plus ne m'étonne après le comportement non adéquat du ministre ukrainien des Affaires étrangrères ».

Il s'agit d'une sortie verbale du ministre ukrainien des Affaires étrangrères par intérim Andreï Dechtchitsa au cours des violences organisées par des radicaux devant l'ambassade russe à Kiev qui s'est permis d'insulter en public le président de Russie Vladimir Poutine.

En ce qui concerne la crise gazière le premier ministre Dmitri Medvedev a noté que la Commission européenne a tout fait pour convaincre la partie ukrainienne d'opter pour un comportement constructif mais « selon toute vraisemblance, il y a le facteur d'un Etat tiers qui influe sur le développement de cette situation ».

L'Union européenne convoque d'urgence le Groupe de coordination sur le gaz qui se réunira le 17 juin. Selon une source à Bruxelles, l'UE s'est déclarée déçue par « le manque de souplesse dans la position ukrainienne ». Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger a reconnu que la Russie n'utilisait pas les livraisons de gaz en qualité d'instrument politique dans les relations avec l'Europe. Il est reconnu dans les couloirs de la Commission européenne le refus de Kiev de payer la facture émane de Washington. Ce dernier est intéressé à attiser la crise ukrainienne en vue d'obliger les Européens à acheter leur gaz de schiste qui est trois fois plus cher que le gaz naturel russe.

Pour ce qui est de l'Ukraine, il est déjà notoire que le président de la société nationale Naftogaz et le ministre de l'Energie ont été expédiés en Europe pour obtenir une augmentation des livraisons réversives. Cependant, selon la même Commission européenne, Kiev ne peut pas compter sur plus 8 milliards de mètres cubes de gaz par an de livraisons réversives depuis la Slovaquie tandis que l'année dernière l'Ukraine en a consommé de l'ordre de 50 milliards de mètres cubes.

L'arrêt des fournitures du gaz russe sera désastreux pour l'économie de l'Ukraine, pour son système financier et pour l'Ukraine en tant que pays, a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Mikhaïl Marguelov :

« Je tiens à rappeler que l'Union soviétique n'a jamais couper le tuyau de gaz. Même dans les années les plus pénibles de l'exacerbation de la guerre froide. Mais ce gaz nous a été payé. Si maintenant on ne nous paie pas je ne comprends pas à qui et pourquoi nous devons faire des cadeaux si onéreux? »

Lundi Gazprom a saisi la chambre d'arbitrage de Stockholm concernant Naftogaz ukrainien. Une facture de 4,5 milliards de dollars a été présentée à Kiev pour le gaz non remboursé en 2013 et en 2014. La plainte a été portée en pleine conformité avec le contrat de 10 ans conclu en 2009. A peu près deux heures après l'annonce de la plainte de Gazprom Naftogaz a déclaré avoir déposé la sienne à l'arbitrage de Stockholm pour réclamer un prix « juste » du gaz.

La question qui préoccupe actuellement l'Europe de l'Ouest, du Sud et du Nord est de savoir si elle aura le gaz russe. Gazprom a déjà averti les partenaires européens que l'Ukraine peut commencer à voler le gaz comme elle l'avait fait en 2009. Le gazier russe a annoncé qu'il accroîtra les fournitures par le gazoduc Nord Stream.

 


info

Ukraine : explosion sur un

e portion d’un gazoduc desservant l’Europe

drole de hasard !!!!!

 

Une explosion s'est produite dans la région de Poltava en Ukraine sur le gazoduc Ourengoï-Pomary-Oujgorod qui alimente l'Europe en gaz russe.

D'après les premières informations, l'explosion n'a pas fait de victimes. Selon les témoins, après l'explosion une colonne de feu s'est élevée à 200 mètres. Les pompiers tentent de maîtriser le foyer de l'incendie.

Un gazoduc qui part de Sibérie

Ce gazoduc long de 4.500 kilomètres part de la Sibérie pour relier les clients européens via l’Ukraine. La portion russe est opérée par la compagnie russe Gazprom.

L’opérateur des gazoducs ukrainien Ukrtransgaz a indiqué que cet incident n’affectait pas le transit de gaz vers l’Europe. Une source au sein de Gazprom a confirmé que les exportations de gaz n’avaient pas été affectées. « Il y a un gazoduc parallèle », a dit cette source.

Contentieux sur le prix du gaz

Après l’explosion, Eustream, l’opérateur des gazoducs en Slovaquie - pays limitrophe de l’Ukraine - a dit relever une pression et des volumes en transit conformes à la normale à sa frontière avec l’Ukraine.

Pour mémoire, Gazprom a stoppé ses livraisons à l’Ukraine du fait du contentieux prolongé sur le prix du gaz facturé à Kiev mais ses exportations à destination de l’Union européenne via le territoire ukrainien se poursuivent normalement.

 

dernière minute:

Un attentat comme principale hypothèse expliquant l’explosion d’un gazoduc dans la région de Poltava (Ukraine)

Un attentat comme principale hypothèse expliquant l’explosion d’un gazoduc dans la région de Poltava (Ukraine)

Par La Voix de la Russie | Le ministère de l’Intérieur ukrainien a indiqué qu’un attentat était l’explication la plus probable de l’explosion qui a touché le gazoduc Ourengoï-Oujgorod-Pomary dans la région de Poltava.

Une information citant le ministre de l’Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a été publiée sur le site Internet du ministère.

Une enquête a été ouverte basée sur la 3 ème partie de l’article 292 du Code pénal ukrainien (« Dommages causés aux principales installations pétrolières et gazières »). « Si cette hypothèse est confirmée, l’affaire sera requalifiée suivant le traitement pénal accordé aux actes terroristes », indique-t-on sur le site.

 


La Libye en proie à une guerre secrète

La Libye en proie à une guerre secrète

Par La Voix de la Russie | Force est de constater que l'idée étrange de Mouammar Kadhafi de créer un « Etat sans Etat » s'est ancré dans la tête de ses adversaires.

Envrion 1 700 groupes militaires différents continuent de bloquer tout effort en vue de mettre en place en Libye une forme de gestion publique. Sur ces entrefaites, l'Europe a besoin du pétrole et les voisins de la Libye, du calme.

Fin mai, quand The Times a écrit que des unités des forces d'opérations spéciales de plusieurs pays auraient été déployées dans le sud de la Libye, les experts se sont mis à déclarer que l'opération visant à mettre un terme à l'anarchie dans ce pays est enfin entrée dans sa phase active. La participation à la mission des commandos de France, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Algérie et du Tchad a fait penser à l'opération militaire de l'année dernière menée par les mêmes pays au Mali. Cette opération, outre d'avoir démantelé les « réseaux terroristes » d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a lancé une campagne visant à rétablir le fonctionnement normal de l'Etat et de ses forces de l'ordre. Les mêmes processus s'imposent en Libye.

Pourtant le 9 juin les ministres des Affaires étrangères d'Algérie et de France ont démenti au cours de leurs négociations bilatérales les informations sur des missions secrètes de leurs troupes en Libye. Et personne ne pouvait dire qu'ils rusaient. Les raisons de la prudence des militaires sont évidentes. A l'heure actuelle la France et les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir ouvertement les forces qui s'opposent, de fait, au pouvoir élu à l'issue de la révolution qu'ils ont soutenue. La prudence de l'Egypte et de l'Algérie tient à la crainte de voir se détériorer les relations. Mais cela ne réussit pas toujours. Ainsi, selon le quotidien Al-Quds Al-Arabi, les autorités algériennes ont même promis à leurs collègues libyens de protéger la Libye contre « l'invasion égyptienne ».

Cependant la menace commune de prolifération du terrorisme islamique depuis le territoire de Libye est plus forte que les suspicions. A la fin de mai tous les voisins de la Libye ont fermé d'une manière concertée leurs frontières conformément à un accord conclu. Les autorités de Tunisie ont ordonné de construire dans les plus brefs délais des camps de réfugiés dans différentes régions sur la frontière avec la Libye dans l'hypothèse d'une « situation d'urgence ».

L'Algérie a déployé dès le mois d'avril à la frontière libyenne un régiment de paras fort de 5 000 hommes ayant une expérience de combats contre l'AQMI. Le régiment a été renforcé par des hélicoptères et des avions. Outre les Algériens, des unités spéciales de pays occidentaux sont en effet impliquées dans l'opération. Dans le sud, les voies de repli des groupes de brigands et de terroristes ont été bloquées par l'armée du Tchad. L'objectif commun de la « coalition du sud » consiste à liquider les terroristes, à détruire leurs armements, moyens de liaison, bases et infrastructure. L'Algérie a mené une guerre de dix ans contre le terrorisme dans son pays et elle ne souhaite pas sa répétition.

Dans l'est, le colonel libyen à la retraite Khalifa Haftar continue de combattre ouvertement les groupes islamistes armés. Des unités d'élite de l'armée libyenne se sont rangées de son côté. Le colonel bénéficie du soutien de la population et dispose du matériel lourd, ainsi que d'avions de la base aérienne de Tobrouk. Mais ce dont il a besoin, c'est l'aide de l'Egypte. Le nouveau président égyptien le maréchal Abdel Fattah al-Sissi a déclaré qu'il continuerait la lutte contre les frères musulmans. Ainsi Khalifa Haftar a toutes les raisons de compter sur son assistance promettant de barrer aux combattants la voie de l'Egypte depuis la Libye.

Le président égyptien tergiverse. A l'opposé de l'Algérie, il ne possède pas de nombreux alliés. Le Caire ne pourra soutenir Khalifa Haftar que lorsque sa victoire sera évidente.

Somme toute, les anciens « amis de la Libye » ont concentré leurs forces le long de la frontière et attendent que des questions tactiques soient réglées par les Libyens eux-mêmes. Pour le moment il n'est pas clair s'ils se contentent d'une « guerre secrète » ou s'ils interviennent ouvertement dans les affaires d'une Libye en dislocation.

Malheureusement la victoire aux élections démocratiques n'a pas procuré le pouvoir réel aux dirigeants actuels de Libye restés sans défense face aux intrigues secrètes des alliés.

 


Kiev et l'OTAN : « On veut faire de l'Ukraine un bélier contre la Russie »

Kiev et l'OTAN : « On veut faire de l'Ukraine un bélier contre la Russie »

Par La Voix de la Russie | Le référendum sur l'entrée de l’Ukraine à l'OTAN, prévu pour le 15 juin n'a pas eu lieu.

L’idée du référendum sur l'OTAN – c’est de la fiction politique ukrainienne, dit l'analyste du Centre de la coordination Nouvelle Russie Dmitry Dzygovbrodsky :

« Il faut comprendre bien que les pays voulant entrer à l'OTAN doivent accepter une série de procédures obligatoires. Il n’y a pas d’exceptions. En premier lieu, les pays ne doivent pas avoir de litiges territoriaux et de conflits intérieurs. Mais en Ukraine, maintenant, il y a une guerre civile. L'opération punitive dans le sud-est se prolonge, les hôpitaux sont remplis de blessés. Les pouvoirs de Kiev n’hésitent pas à tirer sur les villes paisibles. »

Le nouveau président de l'Ukraine s’est produit contre le référendum à la veille des élections du 25 mai. Non parce qu’il est contre la participation de Kiev à l'OTAN. Le problème est que la majorité écrasante de la population de l'Ukraine rejetait cette idée jusqu'à présent. Piotr Porochenko a déclaré dans une intervention un mois avant le référendum supposé, qu'un référendum pareil « briserait le pays », et son résultat négatif « fermerait la question » pour de longues années.

Mais Porochenko ne veut pas la « fermer pour de longues années». Il espère qu’au sommet de l'OTAN ayant lieu le 4-5 septembre en Grande-Bretagne, dans le pays de Galles, on proposera à Kiev le Plan d’actions pour l’adhésion à l'alliance.

L'adhésion ou "les fiançailles" de l'Ukraine avec l'OTAN, c’est une partie du grand jeu géopolitique que mènent les États-Unis, croit Bogdan Bezpalko, le vice-directeur du Centre des études ukrainiennes et biélorusses de l'Université Lomonosov de Moscou. L'appartenance à l'OTAN, ce n’est pas un but en soi. La tâche principale est d’arracher l'Ukraine à la Russie et de quereller la Russie et l'Europe.

« Maintenant, le groupe qui a usurpé le pouvoir à Kiev a reçu la consigne de commencer les hostilités actives contre la Russie. Ses sponsors transatlantiques l’y poussent par tous les moyens. L'élite ukrainienne actuelle en a besoin parce qu'elle n’a pas de choix. Par le terme « hostilités actives », j’entends non seulement les actions militaires, mais aussi la confrontation (avec la Russie) à tous les niveaux de la vie politique. »

L'Ukraine, dit Bogdan Bezpalko, est transformée activement en une sorte du « Quatrième Reich» qui, tôt ou tard, sera entrainé à l'OTAN et «transformé en un bélier pour les frappes sur la Russie».

D’après les estimations des experts ukrainiens, l'entrée au bloc mettra fin aux échanges économiques avec la Russie et ruinera entièrement tout le complexe militaro-industriel du pays. Le préjudice économique annuel est estimé à 5 - 7 milliards de dollars.

 


 

  anticipation et analyse:

 

Êtes-vous prêts pour la guerre nucléaire ?

 

pcr

Faites bien attention à la colonne de l’invité de Steven Starr sur “La létalité des armes nucléaires”: http://www.paulcraigroberts.org/2014/05/30/lethality-nuclear-weapons/ Washington pense que la guerre nucléaire peut-être gagnée et planifie une première frappe nucléaire sur la Russie et peut-être la Chine, afin de prévenir tout défi à son hégémonie mondiale.

Le plan est dans un stade déjà bien avancé et sa mise en application est en cours. Comme je l‘ai rapporté auparavant, la doctrine stratégique américaine a changé et le rôle des missiles nucléaires a été élevé de celui de rôle de frappe en retour à celui de frappe offensive. Des bases de missiles anti-balistiques (MAB) ont été établies en Pologne à la frontière avec la Russie et d’autres bases sont en cours d’établissement. Une fois terminée la mise en place, la Russie sera complètement encerclée par des bases de missiles américaines.

Les MAB, connu aussi sous le nom de “guerre des étoiles”, sont des armes faites pour intercepter et détruire les Missiles Balistiques Inter-Continentaux (MBIC ou ICBM en anglais). Dans la doctrine guerrière de Washington, les Etats-Unis frappent la Russie en premier et quelque soit la force de contre-attaque dont dispose encore la Russie, celle-ci est empêchée d’atteindre les Etats-Unis par les MAB. La raison donnée par Washington pour changer sa doctrine de guerre est la possibilité que des terroristes puissent obtenir une arme nucléaire avec laquelle ils pourraient détruire une ville américaine. Cette explication est un non-sens total. Les terroristes sont des individus ou un groupe d’individus, pas un pays ayant un pouvoir de menace militaire. Utiliser des armes nucléaires contre des terroristes détruirait bien plus que les terroristes et serait inutile dans la mesure où une frappe par missile conventionnel embarqué sur drone serait bien suffisant.

La raison donnée par Washington pour sa base de MAB en Pologne est de protéger l’Europe des MBIC iraniens. Washington et les gouvernements européerns savent que l’Iran n’a aucun MBIC et que l’Iran n’a aucune intention manifeste d’attaquer l’Europe.

Aucun gouvernement ne croit aux raisons invoquées par Washington. Chaque gouvernement réalise que les raisons de Washington ne sont que de faibles tentatives de masquer le fait qu’il est en train de créer la capacité au sol de gagner une guerre nucléaire.

Le gouvernement russe comprend que le changement de la doctrine de guerre américaine et la construction de bases de MAB à ses frontières est dirigée contre la Russie et est une indication évidente que Washington planifie une frappe nucléaire initiale contre la Russie.

La Chine a aussi compris que les intentions sont les mêmes à son encontre. Comme je l’ai écrit il y a plusieurs mois, en réponse à la menace de Washington, la Chine a appelé l’attention du monde en signifiant sa capacité de détruire les Etats-Unis si Washington initiait un tel conflit.

Quoi qu’il en soit, Washington pense qu’il peut gagner une guerre nucléaire avec peu ou pas de dommages aux Etats-Unis. Cette croyance rend la possibilité de cette guerre encore plus possible (et plausibe).

Steven Starr est clair, cette croyance est fondée sur l’ignorance. Une guerre nucléaire n’a aucun vainqueur. Même si les villes américaines étaient sauvées de la frappe en retour par les MAB, les effets des radiations et de l’hiver nucléaire qui s’en suivraient après la destruction de la Russie et de la Chine, détruiraient également les Etats-Unis.

Les médias, maintenant concentrés en très peu de mains de manière si pratique, sont complices en ignorant ce problème. Les gouvernements des états vassaux de Washington en Europe de l’ouest et de l’est, au Canada, en Australie et au Japon, sont aussi complices, parce qu’ils acceptent cet état de fait et le plan de Washington en lui fournissant ces bases pour pouvoir le réaliser. Le gouvernement polonais dont l’insanité ne fait plus de doute, a probablement signé l’arrêt de mort de l’humanité. Le congrès des Etats-Unis est complice, parce qu’aucun débat, aucune enquête ne sont faits au sujet des plans de la branche exécutive de déclencher une guerre nucléaire.

Washington a créé une situation très dangereuse. La Russie et la Chine étant clairement menacées d’une frappe nucléaire initiale, elles pourraient bien décider elles-mêmes de frapper en premier. En effet, pourquoi la Russie et la Chine devraient-elles attendre gentiment l’inévitable, tandis que leurs adversaires créent la capacité de se protéger en développant un bouclier AMB ? Une fois que le bouclier sera terminé, la Russie et la Chine seront certaines qu’elles seront attaquées, à moins qu’elles ne capitulent avant.

Ce rapport de 10min ci-dessous émanant de Russia Today (RT) clarifie que le plan secret de Washington pour une frappe nucléaire initiale contre la Russie n’est pas en fait un secret. Le rapport clarifie également que Washington se prépare à éliminer tous leaders politiques européens ne s’alignant pas avec son plan.

http://rt.com/shows/the-truthseeker/162864-us-plans-strike-russia/ Une retranscription nous est fournie par Global Research: http://www.globalresearch.ca/us-plans-first-strike-attack-on-russia-or-china/5384799

Alors les lecteurs vont me demander: “Mais que pouvons-nous faire ?” Voici ce que vous pouvez faire. Vous pouvez mettre un terme au ministère de la propagande en refusant d’allumer vos télés, de regarder Fox News, CNN, the BBC, ABC, NBC, CBS, en arrêtant de lire le New York Times, le Washington Post, le LA Times. Sortez tout simplement des médias officiels. Ne croyez pas un mot de ce que vous dit le gouvernement, Ne votez pas. Comprenez que le mal est concentré à Washington. Au XXIème siècle (13 ans et demis), Washington a détruit en partie ou totalement 7 pays. Des millions de gens ont été assassinés, estropiés, déplacés et Washington n’a montré absolument aucun remord ou quoi que ce soit s’en approchant ; les églises “chrétiennes” non plus du reste. La dévastation que Washington a infligé est dépeinte comme étant un grand succès (de la démocratie). Washington a prévalu.

Washington est absolument déterminé à prévaloir et le mal absolu que Washington représente mène le monde à la destruction.

 

 

 


Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

Présentation

  • : spartacus info
  • spartacus info
  • : notre volonté est d'informer et de combattre la désinformation des médias bourgeois aux ordres spartacus est un hommage à ce premier révolutionnaire de l'histoire et à rosa de luxemburg pour moi véritable continuatrice de l’œuvre de Marx elle meurt assassiné aux côtés de Karl Liebknecht par la sociale démocratie le 15 janvier 1919
  • Contact

Recherche