Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 23:32

Abdeslam salam aété arrêté dans une opération qui à la vu des vidéos qui circulent sur le net ressemble plus à une tentative d’assassinat qu'à une arrestation. heureusement , l'homme a été pris vivant , le restera t-il ? la est la question , aura t-il le temps de donner sa version publiquement ? je l'espère !!

vidéo afp: cet article sera complété au fur et à mesure de l’enquête

vidéo AFP

sur cette vidéo qui va vite etre supprimer l'homme qui sort n'est pas armé et les policiers tentent de l'éliminer , donc manque de controle ou ordre de tuer ?

http://www.rtbf.be/video/detail_molenbeek-une-video-de-l-operation-policiere?id=2093525

 

 

avec les soupcons d'attentat sous faux drapeaux il va etre "interressant " de voir comment va etre traité l'arrestation d'abdeslam salam je rappel que son frere se serait fait explosé dans une brasserie sans faire de victime à par lui bien sur quand on voit les dégats après un attentats suicide à bagdad , en syrie etc... on peut logiquement s'étonner du peut de dégats de cette explosion une chaise et une table renverssé sans meme briser la vitrine !!!!

concernant l'arrestation d'abdeslam il est curieux de constater que cette arrestation interviens au meme moment que des entrainements médiatisés  sur une attaque d'un stade de foot à l'arme chimique

vont ils nous faire un attentat meurtrier sous faux drapeaux pour renforcer l'appareil sécuritaire en prétendant que c'est des représaille à ces arrestations????  ce n'est pas impossible et meme plutot probable !!! 

 

 

rappel des faits

les vidéos de ré-information de la chaîne Internet suisse allemande Klagemauer.tv constituent un excellent outil de réflexion et d’analyses sur ces attaques du 13 novembre à Paris a priori imputées aux Islamistes.

de nombreuses incohérences dans cette enquête font penser à un fase flag ! regarder ce témoignage d'un témoin occulté !

En outre Panamza diffuse cette info d'une femme belge en contact avec les auteurs et la police dont son portable aurait borné prés des attentats elle fut interrogé sans suite , cette méthodologie ressemble étrangement aux méthode du Mossad !!!

 

 

_______________________________________________________

 

 

 

13 novembre : une « call-girl » en contact avec les terroristes et la police

INFO PANAMZA. Le jour des attentats, une mystérieuse "Bruxelloise" avait communiqué avec la police fédérale belge et les terroristes du Bataclan. Révélations.

Le 15.03.2016 à 23h18

"Circulez, y'a rien à voir!" : tel est, en substance, le message adressé par les enquêteurs français et belges à propos d'une certaine "Mademoiselle C", déjà évoquée -le 8 mars- sur Panamza : 

Détail à souligner : un mystérieux couple, suspecté d'avoir été lié aux terroristes, était présent ce soir-là, aux abords de la rue de Montreuil.

Selon Le Parisien, ils ont été interrogés par la police avant d'être finalement relâchés. Le motif : le portable de "Mademoiselle C" (qui était elle-même en relation avec une connaissance de Jawad Bendaoud, le logeur de Saint-Denis) a systématiquement "borné" à proximité des lieux des attentats. Interrogés, le couple -dont le femme venait de Belgique- a prétendu s'être donné rendez-vous à Nation avant de s'acheminer avenue Philippe-Auguste, deux endroits extrêmement proches du Comptoir Voltaire. 

Le Parisien, aligné sur la version policière, affirme d'ailleurs qu'ils se sont rejoints à Nation car il s'agirait d'un "quartier branché" : quiconque connaît l'Est parisien sait que Nation n'a pourtant jamais constitué un lieu de prédilection pour faire la fête, contrairement aux zones voisines Bastille et Oberkampf.

Le 20 décembre, Le Parisien avait déjà fait état de ce mystère, ajoutant que l'utilisatrice de ce numéro n'avait pas alors "pu être identifiée".

Deux mois plus tard, après audition des suspects, l'affaire était bouclée selon la totalité de la presse française : il s'agirait d'une "pure coïncïdence" comme le résume Le Point.

Revirement troublant. Onze jours après les attentats, dans sa conférence de presse du 24 novembre, le Procureur de Paris était pourtant péremptoire en affirmant catégoriquement, à propos de cette ligne téléphonique, qu'elle était "utilisée par les terroristes".

Pour comprendre la signification d'une telle déclaration, alors sybilline, il faut se référer à une enquête de Paris Matchpubliée le 30 décembre. Son auteur, dénommé Alfred de Montesquiou et lauréat du prix Albert-Londres, fut le seul journaliste à rapporter publiquement un détail qui passa alors inaperçu. Extrait: 

C’est à ce jour l’un des grands mystères de l’enquête : qui sont ces intervenants belges qui se croisent au fil des jours ?

Au moins trois numéros de téléphone ont servi de liaison pendant les attentats ou juste après. L’un d’eux intrigue particulièrement les services de renseignement. L’analyse d’un téléphone Samsung blanc retrouvé dans une poubelle près du Bataclan a en effet révélé un plan très détaillé de la salle de concert, mais aussi un texto, émis à 21 h 42, juste avant le début de l’attaque : « On est partis, on commence. » Le destinataire de ce sinistre message est un numéro belge, situé à Molenbeek, cette commune de Bruxelles d’où provient un grand nombre des tueurs et qui a servi de centre logistique.

Mais ce téléphone est aussi en lien avec un autre appareil, localisé près de Charleroi. Son propriétaire a quitté la Belgique le soir des attentats pour se rendre à Paris. On le retrouve à Saint-Denis, près du Stade de France, puis dans les XVIIIe et XIe arrondissements juste au moment des tueries. Les bornes-relais révèlent qu’il est resté près du boulevard Barbès jusqu’au 15 novembre, avant de retourner en Belgique sans être identifié.

Noir sur blanc, Paris Match révéla incidemment que le Samsung retrouvé près du Bataclan était "en lien" avec le téléphone de celle qui sera -plus tard- présentée comme une "call-girl" surnommée "Mademoiselle C".

fairy

Cet élément d'information fut étrangement passé sous silence par Le Figaro et Le Monde dans leurs synthèses de l'enquête policière, publiées respectivement les 28 et 31 décembre. Les quotidiens se sont contentés, à propos du Samsung, d'indiquer qu'il avait eu "25 échanges" avec un numéro situé en Belgique et ouvert au nom de Salah Abdeslam. Aucune mention fut rapportée au sujet de son lien avec le téléphone itinérant qui avait systématiquement "borné" près des attentats.

Et ce n'est pas tout.

Le smartphone de "Mademoiselle C" -considérée initialement comme la possesseuse d'une "ligne utilisée par les terroristes" et finalement disculpée dans la plus grande opacité-  a été non seulement en contact avec l'équipe terroriste du Bataclan (le 13 novembre) ainsi qu'avec une connaissance de Jawad Bendaoud (dix jours plus tôt) mais également avec la police fédérale belge, quelques heures avant les attentats.

Extrait d'un article du Parisien, en date du 29 février, qui rapporte -sans rechigner- la version policière de cette étrange connexion…policière : 

L'examen attentif des appels passés et reçus sur la ligne de la jeune femme pour la journée du 13 novembre livre un détail surprenant.

Alors qu'à 13 h 58 elle se trouve encore à son domicile, elle reçoit un appel d'un numéro belge. La conversation dure précisément une minute et vingt-sept secondes. Ce numéro a, depuis, été identifié par les enquêteurs antiterroristes. Il appartient… à la police fédérale belge, plus précisément à l'antenne de Marcinelle, près de Charleroi !

Pourquoi un tel appel, à quelques heures de son départ vers Paris ? Il s'agirait en fait d'une affaire d'ordre privé. Selon une source proche de l'enquête, un employé administratif en poste dans ce commissariat cherchait à la joindre pour la revoir. « Il l'avait rencontrée dans un train et avait été séduit par elle, sans que l'on sache s'il avait connaissance de sa qualité », assure cette même source.

Le 1er mars, au lendemain de cette nouvelle info -édulcorée- du Parisien, un média belge a cherché à interviewer "Mademoiselle C", sans succès. Cette "Bruxelloise" leur a fait savoir qu'elle souhaitait "ne pas répondre" à leurs questions.

Détail à souligner : le 13 novembre, cette inconnue était partie "près de Charleroi" (selon Paris Match), lieu où se trouve également l'antenne policière de Marcinelle qui l'avait contacté en début d'après-midi. Or, la ville de Charleroi (située à une soixantaine de kilomètres au sud de Bruxelles) avait servi de planque à Abdelhamid Abaaoud, présenté comme l'organisateur logistique des attentats. De plus, la voiture Seat Leon -utilisée par le "commando des terrasses"- a été filmée à Charleroi durant une majeure partie de la journée du 12 novembre. 

Résumons : une "Bruxelloise" -qui veut demeurer secrète- a été initialement soupçonnée par les autorités françaises d'avoir été impliquée dans les attentats du 13 novembre. Le motif : son smartphone -qui avait systématiquement "borné" près des attentats- était aussi "en lien" direct avec les terroristes du Bataclan ainsi qu'une personne non identifiée de Belgique, elle-même en contact -dix jours plus tôt- avec Jawad Bendaoud. En dépit de ce lourd faisceau d'indices, elle sera curieusement relâchée après son audition policière, de même que l'homme qu'elle avait rejoint sur Paris. Quant à l'individu qui l'avait appelé depuis une antenne (située près d'une planque terroriste) de la police fédérale belge, il ne s'agirait que du coup de coeur d'un simple employé administratif "séduit par elle" selon une "source" non identifiée.

Dernier élément à mettre aujourd'hui en lumière : l'information relative au Samsung retrouvé dans une poubelle près du Bataclan provient de Mediapart, sous la plume de Fabrice Arfi

Arfi?

Le 1er octobre, Panamza avait déjà évoqué cette figure surencensée du journalisme dit d'investigation. 

FABRICE ARFI, LE "JOURNALISTE D'INVESTIGATION" QUI DONNE RAISON À CAROLINE FOUREST.

Mercredi 30 septembre, les éditions Calmann-Lévy ont publié un recueil collectif intitulé "Informer n'est pas un délit" et co-supervisé par Fabrice Arfi, journaliste de Mediapart.

Le thème de l'ouvrage selon son éditeur : «Un livre de journalistes chaque jour en lutte pour informer les citoyens».

La conclusion de l'ouvrage fustige notamment de prétendus et obscurs «théoriciens de la conspiration qui n'ont jamais rencontré autant d'échos dans la jeunesse et qui s'appuient sur l'opacité pour dessiner des chimères qui peuvent accoucher du pire».

Une dénonciation du "conspirationnisme" à géométrie variable : rappelons ici que le site Mediapart et l'émission Cash Investigation (représentée dans le livre par Paul Moreira et Élise Lucet) ont souvent eux-mêmes présenté des machinations secrètes ou des collusions occultes dans le monde politique et économique (affaires Bettencourt, Karachi, Kadhafi, etc). 
Pourvu que leurs enquêtes n'accablent pas le Crif, les États-Unis ou Israël, mais plutôt le Kazakhstan ou le marché des téléphones portables.

Rappel : co-superviseur de l'ouvrage, Fabrice Arfi est ce journaliste qui accepta une interview par Caroline Fourest -en février 2013, sur France 5- pour réfuter avec elle l'éventuelle implication du Mossad dans les attentats du 11-Septembre, allant jusqu'à prononcer cette contre-vérité selon laquelle il n'y avait ni «fait» ni «document» pour étayer cette piste d'investigation {http://panamza.com/aqfhttp://panamza.com/aqg}.

Formé par Edwy Plenel, lui-même réputé proche des milieux policiers, Fabrice Arfi n'a pas souligné -ni dans son papier daté du 17 novembre, ni ultérieurement- la connexion de cet étrange Samsung avec le téléphone itinérant de la "Bruxelloise". À l'instar de ses confrères de la presse écrite et audiovisuelle, Mediapart continue de valider la version officielle des attentats du 13 novembre. Mieux encore : l'affaire du SMS du Samsung lui a donné l'occasion d'y contribuer puisque cet élément sera ensuite repris par le Procureur de Paris sans jamais être discuté sur le fond, à savoir les trois interrogations qu'il soulève : 

* Pourquoi transporter jusqu'au Bataclan un téléphone comportant toutes les données nécessaires pour remonter progressivement la filière jusqu'aux complices de Molenbeek?

* Qu'est devenu le second téléphone aperçu par un homme ayant observé les terroristes deux heures auparavant? 

* Pourquoi jeter un téléphone pour ensuite demander ceux des otages du Bataclan afin de pouvoir contacter les médias?

HICHAM HAMZA

la piste turque !!

 

La Turquie revendique le bain de sang de Bruxelles

Depuis six mois, la Turquie menace la France, la Belgique et l’Allemagne et les somme de l’aider à éliminer le mouvement de libération nationale kurde. Idéologiquement le régime de Recep Tayyip Erdoğan considère en effet que les Turcs sont une « race supérieure » et que les Kurdes doivent obéir ou être éliminés. La France, qui avait pris l’engagement d’aider la Turquie à résoudre la question kurde « sans porter atteinte à l’intégrité de son territoire » (c’est-à-dire en déplaçant les Kurdes turcs en Syrie), mais n’était plus en mesure de tenir sa promesse, fut la première touchée. La Belgique qui donne asile aux Kurdes, a été la seconde cible.
 

Tout terroriste choisissant sa cible, veille à passer un message pour justifier son action. La plupart du temps c’est ce message qui intéresse les terroristes et non pas l’ampleur de la catastrophe que va provoquer leur acte terroriste.

De la sorte, ils parviennent à contourner l’exclusion dont ils font l’objet de la part des médias conventionnels, et se trouvent soudain au centre du débat, sous le feu des projecteurs.

Dans le cas des attentats terroristes de Bruxelles, il pourrait y avoir plusieurs messages, dont un lié à l’existence même de l’UE [1]. Cependant, le message central, qui n’a cessé d’être répété par le gouvernement turc, par des groupes étatiques et para-étatiques et par la presse turque, concernait le soutien de la Belgique et de l’UE à la cause kurde.

Le président Erdoğan en personne, pendant que se tenait le sommet de l’UE avec la Turquie, prononçait une attaque violente contre l’Union européenne accusée d’héberger et de soutenir des organisations du mouvement de libération nationale kurde.

Le quotidien Star, organe officieux du régime de Recep Tayyip Erdoğan, ouvrait sa "une" du 22 mars 2016 (c’est-à-dire le matin même des attentats de Bruxelles) sous le titre « La Belgique État terroriste ». Elle était illustrée de photographies de Kurdes brandissant le drapeau du Rojava, la région autonome du Nord de la Syrie qui sert désormais de base arrière au PKK et constitue une menace majeure pour la Turquie.

Le même journal publie les menaces du président Erdoğan envers la Belgique.

JPEG - 62.5 ko

L’édition spéciale de Star du 23 mars est intitulée : « Le serpent que nourrissait la Belgique en son sein l’a mordue », faisant référence au discours prononcé par le président Erdoğan, le 18 mars dernier [2].

De plus, le journal islamiste Akita, un des organes du Parti de la Justice et du Développement, du 23 mars reprend le même argument en "une". Elle est illustrée par des photographies de l’ancien député Zoubair Indar, l’un des dirigeants du mouvement de libération nationale kurde, et de Fehriye Erdal, accusée du meurtre d’Ozdemir Sabanci, tous deux réfugiés politiques en Belgique. Un second titre précise : « La Belgique supporte les terroristes ».

Dans son éditorial d’aujourd’hui intitulé « Celui qui dort avec le terrorisme, se réveille avec lui », Khanty Ozisik, le principal chroniqueur du journal électronique pro-Erdoğan Internethaber.com, écrit mot pour mot :
« Le gouvernement qui dirige ce pays [la Belgique], en dépit des protestations et des objections de la Turquie, autorise et permet au PKK de faire sa propagande. Il n’a pas dit mot lorsque le PKK montait ses tentes et organisait des rassemblements avec ses militants. D’autre part, le gouvernement belge, en soutenant les Forces de défense populaire (YPG) [3], qui sont considérées comme le plus grand ennemi de l’État Islamique en Irak et en Syrie, a agi comme s’il disait aux djihadistes "Venez me mettre des bombes" ».

JPEG - 56.7 ko

Il y a d’autres documents et éléments attestant de la responsabilité turque, tout comme il y en a pour les attentats contre la France. Ces derniers ont eu lieu pour faire comprendre à François Hollande qui avait accueilli à Paris, à l’Élysée, les dirigeants du YPG en uniformes militaires, qu’il ne pouvait plus reculer quant à son engagement de créer un faux État kurde [4].

Ne prêtez pas attention à qui étaient les exécutants de ces attentats, ni au groupe dont ils se revendiquent. La Turquie constitue un allié stratégique de Daesh et est en mesure de passer « contrat » directement avec son équipe dirigeante.

J’espère que le Premier ministre grec et les membres de son gouvernement liront et analyseront tout cela, alors que par leurs actions ils ont livré notre pays en otage de la Turquie. S’ils ne se réveillent pas, nous serons confrontés à des événements inimaginables.

Traduction
Christian
 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 14:02

l'ONU est elle à la recherche de la paix ? ou est elle l'instrument des faiseurs de guerres?

A peine les pourparlers de paix pour la Syrie commencer à Genève que la voix des faiseurs de guerre avec leur mot d'ordre bachar doit partir s'est fait entendre , avec en tête l'envoyé spécial de l'ONU Mr de Mistura qui a aussi exclut les kurdes malgré qu'ils sont une des parties les plus active contre les terroristes de tous bords, mr de mistura se glorifie d'un cesser le feu dont il n'a rien à voir, ce cesser le feu est avant tout une initiative russe avec une partie de l'administration US  , aujourd'hui l'ONU est devenu un obstacle à la paix , L’ONU représente les faiseurs de guerre ,le complexe militaro industriel US en particulier et les banksters qui sont les responsables et les créateurs des interventions sous faux drapeaux via des groupes de mercenaires daech , al qaida ou al nostra ....  c'est la raison pour laquelle la partie russe allié à une partie de l'administration US a décidé ce cessé le feu et de mettre l'ONU de coté avec comme seule fonction d’être un observateur ce qui ne veut pas dire que de mistura et ses sponsors ne vont pas tout faire pour torpiller l'initiative russo américaine , c'est même dans ce sens que j’analyse les déclarations de mistura sur une tenue d'élections présidentiel en syrie avant 18 mois et sa volonté de rédaction d'une nouvelle constitution ou de la nullité des prochaines élections législatives syrienne prévu le 13 Avril prochain , Mistura souhaite imposer un agenda et le dicta de l'opposition issu de l'étranger sans se soucier des syriens "l'avenir de la syrie appartiens aux syriens c'est la position russe ,iranienne et syrienne à laquelle s'est joint la maison blanche", cet homme est à mes yeux un des principal obstacle à la paix , on ne peut qu'espérer qu'il sera recadré au plus vite par les véritables acteurs de la paix syrienne qui ont heureusement la main aujourd'hui !
 
en outre la décision d'une partie minoritaire kurde syrienne d'aller vers une fédéralisation est difficile à comprendre et complique singulièrement l'équation , afin de comprendre mieux toute cette situation Mr Meyssan du réseau voltaire est intervenue avec Alain Benajam sur méta TV et fait une analyse que je pense globalement juste je la poste donc suivie de l'article de RT sur une fédéralisation possible de la partie kurde ,

_____________________________________________________________

 

Syrie : les territoires kurdes du nord se préparent à annoncer une fédéralisation

16 mars 2016, 11:41

 

Les territoires contrôlés par les Kurdes dans le Nord de la Syrie devraient déclarer la mise en place d'une fédéralisation, selon un responsable kurde syrien, cité par Reuters.

 

Cette option signifierait un «élargissement de l'auto-administration formée par différents groupes ethniques dont les Kurdes», a déclaré à Reuters Idris Nassan, un fonctionnaire de la Direction des affaires étrangères de Kobané, l'une des trois zones autonomes mises en place par des groupes kurdes il y a deux ans.

Le nouveau territoire prendrait le nom de Fédération de Syrie du Nord et représenterait tous les groupes ethniques qui y vivent.

D’après Reuters, le 10 mars dernier la Russie a pris part aux négociations sur la fédéralisation de la Syrie qui maintiendrait l'unité du pays tout en garantissant une large autonomie à des entités régionales. Le Kremlin a cependant immédiatement nié sa responsabilité en précisant que de telles négociations n’avaient jamais eu lieu. 

«Fédéralisation» ne veut pas dire «détachement», mais «rapprochement multi-ethnique»

Selon les représentants des kurdes, cette étape est une réponse à l'échec d'inviter les kurdes à participer aux pourparlers de Genève. Les kurdes espèrent que cette expérience sera utile pour le pays et pourra contribuer à établir la paix. Par ailleurs, ils souhaitent unifier les différentes milices formées sur des bases ethniques et religieuses.

Par ailleurs, le représentant du Parti de l'union démocratique kurde à Moscou, Ali Abd Salam, a déclaré à RIA Novosti que déclarer l'autonomie du Kurdistan syrien ne voulait pas dire quitter la Syrie. 

Lire aussi : Turquie : des manifestants pro-kurdes armés affrontent la police avec violence

«Nous ne voulons pas que le Rojava syrien (nom donné au Kurdistan NDLR) soit déconnecté de la Syrie, nous proclamons une fédération au sein du territoire syrien», a expliqué Abdul Salam Ali. «Nous espérons que notre exemple sera utile pour aux autres nationalités et religions qui vivent en Syrie, comme les sunnites et les allaouites», a-t-il ajouté.

«Une divison en trois cantons distincts dans le nord de la Syrie devrait être possible d'ici quelques jours», a expliqué Abdul Salam Ali.

 

 

 

Le chef représentant du Kurdistan syrien en Russie a par ailleurs ajouté à RIA Novosti que «la création de la fédération profitera non seulement aux Kurdes, mais également aux Arabes, aux Turcs, aux Assyriens,  aux Tchétchènes, aux Turkmènes, en somme, à tous les éléments d'une société syrienne multi-ethnique».

Une décision qui ne plaît pas à tous les kurdes

Dans le même temps, les représentants de plusieurs partis kurdes sont réunis dans la ville de Ramila dans la province d'Al-Hasaka, a déclaré le secrétaire général du Parti de la jeunesse de la justice et du développement Baruin Ibrahim.

L'officiel a déclaré à l'agence Spoutnik, que les partis n'étaient pas satisfaits de la décision des autres parties d'annoncer la fédéralisation des territoires dans le nord de la Syrie.

Par ailleurs, le gouvernement central de la Syrie ne reconnaît pas cette autonomie. Dans le même temps, la guerre en Syrie coupe quasi-totalement les territoires du Nord de la Syrie du reste du pays, empêchant le président Bachar el-Assad d'avoir quelque controle sur le potentiel futur Kurdistan syrien où vivent près de 4,6 millions de personnes, dont 2,5 millions de Kurdes.

Damas et Ankara rejettent l'idée d'une fédéralisation

Lors des pourparlers à Genève, le chef de la délégation du gouvernement syrien Bashar Jaafari s'est prononcé contre l'initiative de fédéralisation.

Lire aussi : Turquie : des affrontements entre des Kurdes et la police fait quatre morts à Diyarbakir

«Nous parlons ici [à Genève NDLR] de la façon de préserver l'unité de la Syrie, son indépendance et son intégrité territoriale», - a déclaré Bachar Jaafari lors d'une conférence de presse mercredi.

«La création de toute distinction entre Syriens serait une grosse erreur», a-t-il ajouté, soulignant que «les Kurdes syriens sont une partie importante du peuple syrien».

La Turquie, elle, soutient l'unité nationale de la Syrie et refuse les mesures unilatérales telles que la déclaration d'une fédération, selon un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, cité par Reuters sous couvert d'anonymat.

 

 

 

 

Le mobile des attentats de Paris et de Bruxelles

On ne sait pour le moment qui a commandité les attentats de Paris et de Bruxelles. Plusieurs pistes ont été énoncées. Cependant, seule l’hypothèse d’une opération décidée par la Turquie est aujourd’hui étayée. Thierry Meyssan relate le conflit secret qui hante les relations entre l’Union européenne, la France et la Turquie depuis cinq ans.

JPEG - 34 ko
En 2011, Alain Juppé pour la France et Ahmet Davutoğlu pour la Turquie convenaient secrètement de faire créer un Sunnistan à cheval sur l’Irak et la Syrie (ce sera la fonction de Daesh) et un pseudo-Kurdistan afin d’y expulser les Kurdes de Turquie. Leur projet était soutenu par Israël et le Royaume-Uni.

Il est trop tôt pour désigner avec certitude le commanditaire des attentats qui ont frappé Paris, le 13 novembre 2015, et Bruxelles, le 22 mars 2016. Cependant, pour le moment, seuls les éléments que nous allons exposer en fournissent une explication raisonnable.

* * *

Juste après la mort du fondateur de l’islamisme turc, Necmettin Erbakan, et alors que venait de débuter le « printemps arabe », le gouvernement Erdoğan conclut un accord secret avec la France. Selon un diplomate qui a étudié ce document, il fixe les conditions de participation de la Turquie aux guerres contre la Libye (qui venait de commencer) et contre la Syrie (qui allait suivre). La France, représentée par son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, s’engage notamment à régler la « question kurde » sans « porter atteinte à l’intégrité du territoire turc » ; une formule alambiquée pour signifier que l’on créera ailleurs un pseudo-Kurdistan et que l’on y expulsera les membres du PKK. Ce projet de nettoyage ethnique, qui n’est pas nouveau, avait été jusque-là exclusivement évoqué dans la littérature militaire israélienne qui décrivait le nouvel État à cheval sur la Syrie et l’Irak.

JPEG - 34.8 ko
Le 31 octobre 2014, François Hollande raccompagne Recep Tayyip Erdoğan sur le perron de l’Élysée. Un autre invité vient de sortir discrètement par la petite porte, le Kurde Salih Muslim.

Le 31 octobre 2014, le président François Hollande profite d’une visite officielle de Recep Tayyip Erdoğan à Paris pour organiser une rencontre secrète, à l’Élysée, avec le co-président des Kurdes de Syrie, Salih Muslim. Ce dernier, trahissant les Kurdes de Turquie et leur leader Abdullah Öcalan, accepte de devenir le président du pseudo-Kurdistan qui devrait être créé à l’occasion du renversement du président démocratiquement élu Bachar el-Assad.

C’est le moment de la bataille de Kobané. Durant plusieurs mois, les Kurdes syriens défendent la ville face à Daesh. Leur victoire sur les jihadistes va renverser l’échiquier politique : si l’on veut vraiment combattre les jihadistes, il faut s’allier aux Kurdes. Or, les Kurdes syriens n’ont obtenus la nationalité qu’au début de la guerre, jusque-là ils étaient réfugiés politiques turcs en Syrie, chassés de leur pays lors de la répression des années 80. Les États membres de l’Otan considéraient alors le PKK, principale formation kurde de Turquie, comme une organisation terroriste. Désormais, ils vont distinguer le mauvais PKK turc du bon YPG syrien, bien que les deux organisations soient sœurs.

JPEG - 53.6 ko
À l’issue de la bataille de Kobané, François Hollande change de camp et marque son soutien aux Kurdes en recevant à l’Élysée, le 8 février 2015, une délégation du YPG.

Coup de théâtre, le 8 février 2015, la France revient sur son engagement antérieur. François Hollande reçoit à l’Élysée, officiellement cette fois, la co-présidente des Kurdes de Syrie fidèle à Öcalan, Asya Abdullah, et la commandante Nesrin Abdullah en uniforme léopard. Salih Muslim est absent de la réunion.

Recep Tayyip Erdoğan réagit en commanditant un attentat de Daesh à Suruç contre une manifestation pro-Kurdes, le 20 juillet 2015. S’emparant de la rhétorique occidentale anti-terroriste, il déclare alors la guerre à la fois à Daesh et aux Kurdes, mais n’utilise ses moyens militaires que contre les derniers. Ce faisant, il met fin au cessez-le-feu et relance la guerre civile dans son propre pays. À défaut d’un pseudo-Kurdistan en Syrie, il provoquera l’exode des Kurdes vers l’Europe.

Le 3 septembre 2015, la publication de la photographie d’un enfant kurde noyé marque le début d’une vaste vague de migration depuis la Turquie, vers l’Union européenne, principalement vers l’Allemagne. Durant les premières semaines, les dirigeants allemands se félicitent de cet afflux massifs de nouveaux travailleurs dont leur industrie lourde a grand besoin, tandis que les médias expriment leur compassion pour les réfugiés qui fuiraient la dictature syrienne. Plus encore, le 29 septembre, les dirigeants français et allemands se saisissent de l’empathie envers les migrants pour étudier la possibilité de subventionner la poursuite de la guerre en versant 3 milliards d’euros à la Turquie ; un don que l’on présentera à l’opinion publique comme une aide humanitaire pour les réfugiés.

Fin septembre 2015, la Russie débute son opération militaire contre les jihadistes de tous poils. Recep Tayyip Erdoğan voit ainsi s’évanouir son projet. Il pousse alors Salih Muslim à lancer une opération de kurdisation forcée du Nord de la Syrie. Des brigades kurdes expulsent les professeurs arabes et assyriens des écoles et les remplacent par des enseignants kurdes. Les Syriens se révoltent et en appellent aux Russes qui calment la situation, non sans évoquer une possible fédéralisation ultérieure de la Syrie. La France est aux abonnés absents.

Le 13 novembre, la Turquie exaspérée des revirements de François Hollande prend la France en otage et commandite des attentats à Paris, faisant 130 morts et 413 blessés.

j’écrivais alors : « Les gouvernements français successifs ont noué des alliances avec des États dont les valeurs sont à l’opposé de celles de la République. Ils se sont progressivement engagés à livrer des guerres secrètes pour eux, avant de se rétracter. Le président Hollande, son chef d’état-major particulier le général Benoit Puga, son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et son prédécesseur Alain Juppé font aujourd’hui l’objet d’un chantage dont ils ne pourront sortir qu’en révélant dans quoi ils ont fourvoyé le pays. » [1].

Terrorisé, Paris revient précipitamment au plan Juppé de 2011. Avec Londres, il fait adopter le 20 novembre la résolution 2249 par le Conseil de sécurité. Sous couvert de lutte contre Daesh, il s’agit de justifier la conquête du Nord de la Syrie pour y créer, enfin, ce pseudo-Kurdistan où Recep Tayyip Erdoğan pourra expulser « ses » Kurdes. Mais les États-Unis et la Russie retoquent légèrement le texte de sorte que la France et le Royaume-Uni ne peuvent intervenir sans y être invités par la Syrie ; une situation qui n’est pas sans rappeler l’opération coloniale manquée de 1956, lorsque les troupes franco-britanniques tentèrent d’occuper le Canal de Suez avec le soutien d’Israël et de la Turquie, mais durent se retirer face aux froncements de sourcils des États-Unis et de l’URSS.

Durant les cinq mois et demi de l’intervention russe en Syrie, les relations turco-russes ne cessent de se dégrader. L’attentat contre le Vol 9268 Metrojet dans le Sinaï, les accusations de Vladimir Poutine au sommet du G20 à Antalya, la destruction du Sukhoï-24 et les sanctions russes contre la Turquie, la publication des photographies aériennes de la noria de camion-citernes acheminant le pétrole volé par Daesh à travers la Turquie, etc. Après avoir envisagé d’entrer en guerre contre la Turquie, la Russie décide finalement de jouer plus subtilement et de soutenir le PKK contre l’administration Erdoğan. Sergeï Lavrov parvient à convaincre son partenaire états-unien de profiter de la déstabilisation à venir de la Turquie pour organiser un renversement du dictateur Erdoğan. Le régime turc, qui se sait menacé à la fois par la Russie et les USA, tente de se refaire des alliés. Le Premier ministre Ahmet Davutoğlu se rend le 5 mars à Téhéran, tandis que le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, se déplace à Ankara, le 18 mars. Mais la République islamique n’entend pas se brouiller avec les deux Grands.

Le 14 mars, Vladimir Poutine annonce le retrait des bombardiers russes, le projet du pseudo-Kurdistan redevient donc possible. Mais Moscou et Washington prennent un coup d’avance : ils commencent à livrer indirectement des armes au PKK.

Manque de chance, cette fois, c’est l’Union européenne qui ne veut plus entendre parler de colonisation du Nord de la Syrie. La majorité des États-membres suit la politique étrangère imposée par Paris depuis cinq ans, avec l’absence de succès que l’on connaît. Pour marquer leur énervement, plusieurs États, dont la Belgique, ont accordé l’asile politique à des leaders kurdes turcs. Ils manifestent leur mauvaise humeur lors du sommet UE-Turquie des 17 et 18 mars au cours duquel ils sont contraints d’adopter définitivement la subvention de 3 milliards d’euros annuels à Ankara.

Je dénonçais alors le comportement des élites européennes qui, aveuglées par leur obsession anti-syrienne, reproduisaient la même erreur qu’en 1938. À l’époque, obsédées par leur anti-communisme, elles avaient soutenu le chancelier Hitler lors de l’annexion de l’Autriche et lors de la crise des Sudètes (accords de Munich), sans se rendre compte qu’elles armaient le bras qui allait les frapper [2].

 

Durant le sommet UE-Turquie, et donc indépendamment des décisions qui y furent prises, le président Erdoğan prononce un discours télévisé à l’occasion du 101ème anniversaire de la bataille de Çanakkale (« la bataille des Dardanelles » ; la victoire de l’Empire ottoman sur les Alliés) et en mémoire des victimes de l’attentat perpétré à Ankara quelques jours plus tôt. Il déclare :
« Il n’y a aucune raison que la bombe qui a explosé à Ankara, n’explose pas à Bruxelles ou dans une autre ville européenne (…) Là, je lance un appel aux États qui leur ouvrent les bras qui, directement ou indirectement, soutiennent les organisations terroristes. Vous nourrissez un serpent dans votre lit. Et ce serpent que vous nourrissez peut à tout moment vous mordre. Peut-être que regarder des bombes qui explosent en Turquie sur vos écrans de télévision ne signifie rien pour vous ; mais quand les bombes commenceront à exploser dans vos villes, vous comprendrez certainement ce que nous ressentons. Mais alors, il sera trop tard. Arrêtez de soutenir des activités que vous ne tolérez jamais dans votre propre pays, sauf lorsqu’elles sont contre la Turquie. » [3].

Quatre jours plus tard, des attentats frappent Bruxelles, faisant 34 morts et 260 blessés. Et pour que l’on ne pense pas à une coïncidence, mais bien à un acte délibéré, la presse turque du lendemain se réjouit de la punition infligée à la Belgique [4].

Depuis que le président Erdoğan a relancé la guerre civile, elle a coûté la vie à plus de 3 500 personnes en Turquie.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 12:09

La Russie décide de réduire ses forces en Syrie et rapatrie une partie de son aviation afin d'envoyer un message fort aux champions de l'ingérence "états unis et ses alliés" ainsi qu'à la Turquie ,les saouds et autres roitelets sanguinaires , les médias mainstreams prétendent que Vladimir poutine envoit un message à Bachar al Assad sous entendant que le président syrien ou son armée "qui est une armée de conscription donc populaire" serait trop sanguinaire ce qui pourrait nuire à l'image de V poutine qui a une excellente cote de popularité en Russie et dans le monde , cette vision des mainstream est totalement fausse Mr poutine et Mr Assad expliquent cette décision concertée qui est plus un message aux pays qui ont créés ce conflit les pays qui s’ingèrent dans les affaires des autres pays pour parvenir à leurs objectifs géostratégiques et économiques quittent à détruire des pays entier et au prix de centaines de milliers de morts , ces pays sont principalement les pays membres de l'OTAN et leurs alliés Israël, l’Arabie des saouds etc.....

Vladimir Poutine donne donc l'exemple avec cette décision , qu'il est temps aujourd'hui de se désengager militairement de Syrie et de laisser les syriens régler pacifiquement "politiquement" la situation tout en continuant à détruire les terroristes importés par l'occident et les pays du golfe , cette manœuvre intelligente au jour de la reprise des négociations de paix mettra en lumière la malhonnêteté et la duplicité des pays de L’OTAN et de ses alliés , encore un coup de maitre de Mr poutine qui ne finis pas de nous étonner dans son art de la réal politique!!!!

 

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné au ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, d’entamer le retrait des troupes de Syrie à partir du 15 mars.

«J’estime que les objectifs fixés au ministère de la Défense ont été atteints de manière générale. C’est pourquoi j’ordonne de commencer le retrait d’une partie importante de notre groupe militaire du territoire de la République syrienne arabe à partir de demain», a déclaré Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Moscou maintiendra toutefois opérationnelles ses bases, aérienne à Khmeimim près de Lattaquié et naval à Tartous, pour contrôler le respect du cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie le 27 février dernier, a ajouté le président russe.

 
 
© RT France

Cette déclaration intervient après une conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et Bachar el-Assad, qui a eu lieu le 14 mars à l’initiative de Moscou.

Les deux chefs d’Etat ont reconnu que les actions des forces aériennes russes en Syrie avaient permis de «renverser profondément la situation» à l’égard de la lutte contre les terroristes dans la région, de «désorganiser l’infrastructure des combattants et d’infliger des dommages fondamentaux».

Vladimir Poutine a aussi demandé à son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov d’intensifier la participation de la Russie au processus de paix pour résoudre la crise syrienne.

En savoir plus : Pourparlers à Genève : Damas souhaite la «fin du bain de sang» en Syrie

«Nous avons fait tout ce que nous avons pu»

L’ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, informera le Conseil de sécurité de la décision de Vladimir Poutine. «Ce sont des consultations informelles, mais bien sûr j’entends en parler», a-t-il déclaré à Genève où se déroulent en ce moment même les négociations sur la Syrie. Il a exprimé l’espoir que les efforts internationaux de la lutte contre le terrorisme continueront quand même. Vitali Tchourkine s’est félicité du succès de l’opération militaire russe : «Nos forces ont agi très efficacement, notre présence militaire sera maintenue. Elle aura pour but d’observer le respect de la cessation des activités militaires», a-t-il encore indiqué. «Nous avons fait tout ce que nous avons pu», a conclu le diplomate russe.

Moscou avait lancé sa campagne antiterroriste de bombardements aériens en Syrie le 30 septembre 2015. L’engagement de la Russie dans cette opération était basée sur le respect du droit international et s’est déroulé en accord «avec une requête officielle du président de la République syrienne arabe», selon Vladimir Poutine.

Les forces aériennes russes ont effectué des frappes aériennes contre Daesh et d’autres groupes terroristes en détruisant leurs équipements militaires, leurs centres de communication, leurs véhicules, leurs armes et leurs dépôts.

___________________________________________________________________

SANNA "média syrien":

Damas / La Présidence de la République arabe syrienne a affirmé que la Syrie et la Russie s’engagent toujours d’une manière conjointe à la lutte contre le terrorisme partout en Syrie.

Dans un communiqué diffusé sur sa page web officielle sur Facebook, la Présidence de la République a dit : “Nous avons reçu plusieurs questions après l’annonce de l’appel téléphonique entre le président Bachar al-Assad et le président russe Vladimir Poutine sur les nouvelles véhiculées par certains médias partenaires dans l’effusion de sang syrien et certains sites web sur les réseaux sociaux et sur Internet sur des prévisions occidentales qui n’ont rien à voir avec la réalité quant au fait que ce qui s’est passé reflète un désaccord entre la Syrie et la Russie qui s’est soldé par la réduction des forces ou une renonciation de la Russie à la lutte contre le terrorisme en Syrie. La Présidence de la République affirme que toute la question a eu lieu en coordination totale entre les deux côtés syrien et russe et que ce pas a été précisément examiné depuis quelques temps sur fond des développements sur le terrain, dont le dernier est la cessation des hostilités”.

A Moscou, le Kremlin a fait savoir que les deux présidents al-Assad et Poutine avaient examiné lors d’un appel téléphonique l’application de la cessation des hostilités en Syrie.

Dans un communiqué publié par le Kremlin, les deux parties ont souligné dans une opinion conjointe que la cessation des hostilités avait contribué à atténuer vivement l’effusion de sang en Syrie, à améliorer la situation humanitaire dans le pays et à assurer un climat adéquat pour engager un processus politique sous l’égide de l’ONU.

Selon le communiqué, les deux présidents al-Assad et Poutine ont indiqué que l’action de l’armée de l’air russe avait permis la réalisation de “bon spécifique” dans la lutte contre les terroristes, dans la destruction de leurs infrastructures et dans la neutralisation de nombreux parmi eux.

Le communiqué fait savoir que le président russe a affirmé que les forces armées russes avaient exécuté les missions principales desquelles elles ont été chargées, soulignant l’accord sur le retrait de la partie la plus importante des avions de combat russes de la Syrie. “Un centre chargé de garantir le survol des avions en Syrie y restera pour contrôler l’exécution des conditions de l’arrêt des combats”, précise le communiqué.

Le communiqué ajoute que le président al-Assad a réitéré la disposition de la Syrie à engager dès que possible le processus politique et émis l’espoir que le dialogue inter-syrien à Genève réalisera des résultats concrets.

Dans le même contexte, le Kremlin a indiqué que le président Poutine avait tenu aujourd’hui une réunion tripartie avec le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et le ministre des AE, Sergueï Lavrov, et demandé ensuite au ministre de la Défense de commencer le retrait de la partie principale des avions de combat russes de la République arabe syrienne à partir de demain après la réalisation des missions desquelles ils ont été chargés.

Le Kremlin a précisé que la décision avait été adoptée lors de la réunion tripartie en coordination avec le président al-Assad.

Lors de la réunion, le président Poutine a dit : “Je considère que la majorité des missions du ministère de la Défense et des forces armées ont été exécutées, c’est pourquoi j’ordonne le début du retrait de la partie principale des avions de combat de la République arabe syrienne”.

Poutine a assuré que le côté russe maintiendra un centre pour garantir le survol de l’aviation sur les territoires syriens dans le but de contrôler la cessation des hostilités.

Poutine a fait noter que les deux bases russes à Hmeymim et Tartous poursuivront leur action comme auparavant, émettant son espoir que le début du retrait des forces russes constitue un motif positif pour le processus de dialogue entre les forces politiques à Genève.

Le Kremlin a dit dans son communiqué que le président russe avait chargé le ministre des AE de consolider la participation russe dans l’organisation du règlement pacifique de la crise en Syrie.

Pour sa part, le ministre russe de la Défense a affirmé lors de la réunion que les forces russes avaient abattu plus de 2000 terroristes en Syrie depuis le début de leurs sorties le 30 septembre dernier.

A noter que les avions de combat russes avaient commencé le 30 septembre des sorties aériennes sur les positions des réseaux terroristes en Syrie en exécution de l’accord conclu entre la Syrie et la Fédération de Russie pour faire face au terrorisme takfiriste et éradiquer le réseau terroriste “Daech”.

A. Chatta

___________________________________________________________

( sputnik  poste les différentes réactions des médias occidentaux france et allemagne encore hors sujet avec les méme "analyses biaisés)

 

 

SPUTNIK

 

En entamant le retrait des troupes de Syrie, le président russe a remporté une victoire massive, y compris sur Washington qui reste "comme un enfant perdu" au milieu du chaos proche-oriental, indiquent des médias occidentaux.

La communauté internationale a été stupéfiée par l'annonce surprise de Vladimir Poutine concernant le retrait des troupes russes de Syrie. Certains commentateurs avaient prédit le déclenchement d'une opération au sol. Les Américains se frottaient les mains, s'attendant à un "second Afghanistan" pour la Russie.

Néanmoins, M. Poutine a déclaré que la Russie serait présente en Syrie tant que l'armée syrienne aurait besoin de son soutien. Ainsi, le temps de plier bagage est venu.

"Une initiative audacieuse du Kremlin"

La décision de Vladimir Poutine de retirer le gros du contingent russe de Syrie représente "une initiative audacieuse du Kremlin" visant à accélérer le processus de règlement de la crise en Syrie, indique la chaîne américaine CNN.

Su-34
© Sputnik. Dmitry Vinogradov

"Habituellement, les démarches russes dans les domaines diplomatique ou militaire sont effectuées sous le voile du secret. Cependant, ce qui s'est passé pour le moment est un pas audacieux", rapporte la chaîne.

Après les événements en Ukraine, l'Occident ne voulait pas négocier avec Moscou, mais les actions de la Russie en Syrie ont changé la donne. Désormais, les Russes "sortent du conflit avec des pertes minimales", ce qui représente "une brillante décision tactique", rapporte The Guardian.

"Coup de tonnerre dans un ciel serein"

La déclaration de Moscou sur le retrait des forces russe de Syrie a été "un coup de tonnerre dans un ciel serein" pour de nombreux leadeurs mondiaux, constate un journaliste du quotidien suédois Svenska Dagbladet.

"Initialement, de nombreux sceptiques se sont demandés si c'était vrai ou non. Mais évidemment le président Vladimir Poutine était sérieux (…). La déclaration russe a constitué un déclic capable de contribuer au moins dans une certaine mesure à la reprise des négociations, en dépit du fait que les problèmes restent nombreux", rapporte le quotidien.

Selon Bloomberg, Vladimir Poutine donne avec son "plan choquant" un signal au président syrien et aux groupes d'opposition afin qu'ils parviennent à un consensus le plus vite possible.

"Une surprise pour les Etats-Unis"

Selon le Financial Times, la décision de Poutine a été "une surprise" pour les hommes politiques de Washington, incapables de prédire une telle démarche.

D'après le célèbre quotidien britannique, les opérations militaires ont incité la Russie à "réaffirmer" son statut de puissance ayant voix au chapitre dans les événements mondiaux "bien au-delà" de ses frontières.

"Les critiques de la politique du président américain Barack Obama en Syrie affirment que la passivité de Washington a créé un vide stratégique par la suite rempli par la Russie", écrit le Financial Times.

Selon Fox News, "les Etats-Unis sont comme un enfant perdu dans les bois du chaos proche-oriental". Poutine a réussi à enregistrer des succès diplomatiques en Syrie. "Envers et contre tout, le président russe a réussi à inciter la plupart de la communauté internationale à accepter le président syrien. Bien que la Russie retire ses troupes de Syrie, elle continuera d'occuper une position forte dans la région, et Bachar el-Assad restera longtemps au pouvoir, même si les négociations de paix échouent", indique la chaîne.

L'initiative russe saluée par l'Iran et l'Australie

Le ministre australien des Affaires étrangères Julie Bishop a salué pour sa part la décision russe d'entamer le retrait de la majeure partie du contingent militaire de Syrie.

"A cet étape, nous sommes sensibles à cette décision, qui, nous l'espérons, signifie la conviction de la Russie que la trêve dans la zone du conflit syrien sera maintenue", a déclaré la chef de la diplomatie australienne à Canberra lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

L'Iran, par la voix de M. Zarif, a jugé "positive" l'annonce du Kremlin.

Selon le chef de la diplomatie iranienne, cette décision montre que "la Russie n'estime pas qu'il sera nécessaire de recourir à la force pour maintenir le cessez-le-feu".

"La pression sur Assad"

Le retrait de l'essentiel des troupes russes de Syrie annoncé lundi soir par le président Vladimir Poutine va contribuer à "augmenter la pression" sur le président Bachar el-Assad, a estimé le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier.

"Si les annonces d'un retrait des troupes russes se concrétisent, cela augmente la pression sur le régime du président Assad pour négocier enfin de façon sérieuse à Genève une transition politique qui préserve la stabilité de l'Etat syrien et les intérêts de toutes les populations", a estimé M. Steinmeier, cité par l'AFP, dans un texte transmis par ses services.

"Si le cessez-le-feu peut être le signe que, après cinq ans de guerre, les partis en conflit sont enfin las de la guerre et admettent que personne ne peut gagner militairement ce conflit, alors il y a un espoir qu'après cinq ans, (…) une solution politique peut fonctionner", a ajouté le chef de la diplomatie allemande dans un texte principalement consacré aux "cinq ans de la guerre civile" syrienne qui a débuté le 15 mars 2011.

"Un rôle stabilisateur important"

La Russie "a joué un rôle stabilisateur important" dans le processus de règlement de la question syrienne, a déclaré un expert de l'Institut chinois des études internationales, Hua Liming, ex-ambassadeur chinois en Iran et aux Emirats arabes unis.

"Jusqu'en 2015, la Russie a livré des munitions et des armes en Syrie. L'année dernière, le gouvernement syrien a invité Moscou de prendre part à une opération militaire, ce qui a changé le processus de la guerre (…). Mais ce qui est le plus important, c'est que la participation de la Russie a incité les Etats-Unis et d'autres pays à entamer les négociations", a déclaré Hua Liming.

meyssan dans le vrai !!

Commentaire sur le retrait des forces russes de Syrie

 

Certains attendaient des commentaires sur l'annonce faite par le président russe du retrait (d'une partie importante) des forces aérospatiales russes de Syrie. Une annonce qui a eu l’effet de surprise au sein des administrations occidentales, notamment étasunienne. En voici un.

1) Il serait probablement mieux de s'abstenir de commenter les "commentaires" de certains affirmant que la Russie aurait pris cette décision après concertation avec Washington. N'est-ce pas les mêmes qui disaient il y a plus d'un an que la Russie "allait vendre" la Syrie au profit du Donbass? On a tous vu le résultat par la suite. En ce qui concerne la concertation, il y en a bien eu une. Mais pas entre Moscou et Washington (qui d'ailleurs ne s'y attendait pas) mais bien entre les présidents Vladimir Poutine et Bachar al-Assad, qui a soutenu cette décision. Information confirmée côté Kremlin, qui a précisé que la décision a été adoptée en coordination avec le président syrien al-Assad en ce qui concerne le retrait.

2) Stratégiquement parlant. Les objectifs des forces aérospatiales russes ont été effectivement globalement atteints: la plus grande force des terroristes est détruite, la panique a pris le pas chez eux et l'initiative a changé de camp. Et surtout ont été coupés leurs voies de financement, question clé dans la crise syrienne. Et avec les victoires que connait l'armée arabe syrienne sur le terrain, en plus du cessez-le-feu actuel observé avec ceux qui ont accepté de déposer les armes et cesser la confrontation armée, il y a toutes les chances de poursuivre le succès. 

Sans oublier que ce n'est pas toutes les forces aérospatiales russes qui rentrent à la maison, mais bien une partie, bien qu'importante. Ceux qui restent continuent le travail, à savoir la lutte anti-terroriste. Pour information, les systèmes russes anti-aériens et anti-missiles S-400 restent eux-aussi pour le moment en Syrie. Tout comme vraisemblablement les conseillers militaires russes.

3) Poutine avait bien dit dès le départ que l'objectif était de soutenir la Syrie dans la lutte anti-terroriste. Il n'a jamais été question d'y rester indéfiniment. Un allié n'est pas une colonie (clin d'œil à certains). D'ailleurs pour répondre justement à ceux qui se posaient la question si la Russie possède les "mêmes visées" que les Occidentaux, vous avez désormais la réponse. La Russie respecte la souveraineté des nations, y compris des nations alliées.

En ce qui concerne les perspectives syriennes. Ceux qui ont déposé les armes et accepté un dialogue avec les autorités syriennes pourront évidemment prétendre à une amnistie (il serait peut-être d'ailleurs intéressant aux autorités tchétchènes, et personnellement à Ramzan Kadyrov, de partager son expérience en la matière avec les autorités syriennes). Ceux qui ne l'ont pas fait seront combattus, au même titre que tous les groupes terroristes, notamment Daech ou le Front al-Nosra. Dernière chose: malgré les énormes moyens investis par les pays occidentaux et du Golfe en vue d'imposer leur scénario à la Syrie, il est aujourd'hui clair que cela n'arrivera pas. L'avenir de la Syrie appartient donc bien aux Syriens et à personne d'autre

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 23:53

 

La grève des Bahreïnis, à l’occasion de l’anniversaire de la présence militaire de l’Arabie, dans leur pays

 

après plus de 5 années de révolte populaire au barhein , les saouds avec la complicité active de l'occident répriment la population à majorité chiites pour empécher la révolution pacifique jusqu'à aujourd'hui de renversser les dictateurs sunnites pro saouds , cette révolte populaire veut instaurer une vrai démocratie qui serait multiconfessionnelle mais la dicature barheini avec l'armée des saouds et le soutien américain et de leurs caniches francais anglais etc... les réprimes dans la violence !

 

IRIB- A l’occasion de l’anniversaire de la présence militaire de l’Arabie, à Bahreïn, les Bahreïnis entament une grève.

A l’appel des partis et groupes, le peuple révolutionnaire de Bahreïn fermera, lundi, 14 mars, et à l’occasion du 5ème anniversaire de la présence des soudards des Al-e Saoud, tous les centres de ce pays.

«Ces 5 dernières années, le régime saoudien a violé toutes les lois internationales et la souveraineté nationale de Bahreïn, en commettant des crimes de guerre», ont annoncé la Coalition des jeunes révolutionnires du 14 Février, le Mouvement Haq, le Courant Al-Amal Islami, le Courant d’Al Wafa al-Islami et le Mouvement Khalas, dans un communiqué.

Selon ce communiqué, l’Arabie saoudite cherche à propager le sectarisme et l’extrémisme et à anéantir l’identité historique des citoyens.

 

_______________________________________________________

Une histoire libyenne

 

JPEG - 31.4 ko
Omar el-Mukhtar

Dans la comédie des équivoques pour le petit théâtre de la politique, le premier acteur Renzi a dit qu’en Libye « l’Italie fera sa part », ainsi -dès que le Pentagone a déclaré que l’Italie assurera le « rôle guide » a-t-il déclaré : « La mission militaire italienne en Libye n’est pas à l’ordre du jour », alors qu’en réalité elle a déjà commencé avec les forces spéciales que le parlement a mis aux ordres du Premier ministre. Celui-ci, pour donner le feu vert officiel, attend que se forme en Libye « un gouvernement super-solide qui ne nous fasse pas refaire les erreurs du passé ». En attendant que dans le désert libyen on fasse apparaître le mirage d’un « gouvernement super-solide », jetons un regard au passé.

En 1911 l’Italie occupa la Libye avec un corps expéditionnaire de 100 000 hommes. Peu après le débarquement, l’armée italienne fusilla et pendit 5 000 Libyens et en déporta des milliers. En 1930, sur ordre de Mussolini, la moitié de la population de la Cyrénaïque, environ 100 000 personnes, fut déportée dans une quinzaine de camps de concentration, pendant que l’aviation, pour écraser la résistance, bombardait les villages avec des armes chimiques et que la région était entourée de 270 km de barbelés. Le chef de la résistance, Omar al-Mukhtar, fut capturé et pendu en 1931. On commença la colonisation démographique de la Libye, en séquestrant les terres les plus fertiles et en reléguant les populations dans des terres arides. Au début des années Quarante, l’Italie vaincue fut remplacée en Libye par la Grande-Bretagne et les États-Unis. L’émir Idris al-Senussi, placé sur le trône par les Anglais en 1951, concéda à ces puissances l’utilisation de bases aériennes, navales et terrestres. Wheelus Field, aux portes de Tripoli, devint la principale base aérienne et nucléaire états-unienne en Méditerranée.

Avec l’Italie le roi Idris conclut en 1956 un accord, qui la disculpait des dégâts causés à la Libye et permettait à la communauté italienne de conserver son patrimoine. Les gisements pétrolifères libyens, découverts dans les années 50, finirent dans les mains de la britannique British Petroleum, de l’états-unienne Esso et de l’italienne Eni. La rébellion des nationalistes, durement réprimée, déboucha sur un coup d’État sans effusion de sang opéré en 1969, sur le modèle nassérien, par les « officiers libres » dirigés par Muammar el-Kadhafi.

La monarchie fut abolie, la Jamahiriya arabe libyenne obligea les USA et la Grande-Bretagne à évacuer les bases militaires et nationalisa les propriétés étrangères. Dans les décennies suivantes, la Libye rejoignit, selon la Banque mondiale, « de hauts indicateurs de développement humain », avec une croissance du PIB de 7,5% annuelle, une revenu par habitant moyen-haut, l’accès universel à l’instruction primaire et secondaire et pour 46% à l’enseignement supérieur. Plus de 2 millions d’immigrés africains y trouvaient du travail. Cet État, qui constituait un facteur de stabilité et de développement en Afrique du Nord, avait favorisé avec ses investissements la naissance d’organismes qui auraient créé l’autonomie financière et une monnaie indépendante de l’Union africaine.

États-Unis et France —comme le prouvent les emails d’Hillary Clinton— décidèrent de bloquer « le plan de Kadhafi de créer une monnaie africaine », en alternative au dollar et au franc CFA. Pour cela et pour s’approprier le pétrole et le territoire libyens, l’Otan sous commandement états-unien lançait la campagne contre Kadhafi, à laquelle en Italie participait au premier rang l’ « opposition de gauche ». Elle démolissait ainsi par la guerre l’État libyen, en l’attaquant aussi de l’intérieur avec des forces spéciales et des groupes terroristes. Le désastre social consécutif, qui a fait plus de victimes que la guerre elle-même surtout chez les migrants, a ouvert la porte à la reconquête et au partage de la Libye. Où remet les pieds cette Italie qui, piétinant la Constitution, revient à son passé colonial.

http://www.voltairenet.org/article190672.html

________________________________________________________________

 

Le Commandement central des Etats-Unis soutient une guerre contre le Yémen qui ne profite qu’à Al-Qaïda

 

Le Commandement central des Etats-Unis soutient une guerre contre le Yémen qui ne profite qu’à Al-Qaïda

 

Daniel Larison résume la guerre contre le Yémen :

L’intervention menée par les Saoudiens dure depuis plus de onze mois et elle n’a atteint aucun de ses objectifs. Les Houthis n’ont pas été chassés de la capitale, l’ancien président n’a pas été remis au pouvoir (non que la plupart des Yéménites voudraient l’y voir revenir de toute façon), et l’intervention n’a certainement pas engendré la stabilité ridiculement promise par les Saoudiens.

 

Les Yéménites ont été cruellement privés des premières nécessités pendant presque un an à cause du blocus saoudien, et la majorité de la population est affamée ou en grand danger de l’être. Les quatre cinquièmes de la population, au moins, ont besoin d’aide humanitaire. Le système de santé du pays s’est effondré, les installations médicales ne cessent d‘être bombardées (y compris par les avions de la coalition), les médicaments et le carburant sont rares, et le manque d’accès à l’eau potable a aggravé la propagation des maladies. Tous les problèmes que le Yémen avait avant l’intervention se sont aggravés, et l’infrastructure du pays a été détruite par la campagne de bombardement de la coalition soutenue par les États-Unis.

Depuis que les Saoudiens et leurs alliés ont commencé, en mars dernier, à pilonner le Yémen de bombardements aveugles, utilisant même des bombes à sous-munitions, les États-Unis ont soutenu fidèlement les Saoudiens dans cette guerre inutile et indéfendable en leur fournissant des armes, du ravitaillement en carburant, et des renseignements. Les Etats-Unis ont aidé les Saoudiens à blanchir et dissimuler leurs crimes, et cela en dépit de rapports crédibles provenant de plusieurs organisations de défense des droits humains et de l’ONU disant que la coalition saoudienne était vraisemblablement coupable de crimes de guerre et peut-être même des crimes contre l’humanité.

Les Etats-Unis continuent non seulement de blanchir les crimes saoudiens, mais se font aussi les porte-parole de l’allégation mensongère de l’Arabie Saoudite selon laquelle l’Iran est de mèche avec les Houthis. J’attends encore de voir une seule photo de la guerre au Yémen montrant une arme ou une munition iranienne. Il y a beaucoup de photos, par contre, qui montrent des Houthis utilisant des armes qu’ils ont piquées aux troupes saoudiennes incompétentes ou à leurs mandataires.

La marine australienne a capturé aujourd’hui un navire faisant de la contrebande d’armes dans la mer d’Arabie. Voilà ce que dit la CNN :

La Marine australienne a déclaré que l’un de ses navires en patrouille dans la région, le HMAS Darwin, a intercepté un petit bateau de pêche, sans pavillon, à environ 170 miles nautiques de la côte d’Oman.

A bord, ils ont trouvé plus de 2000 pièces d’armement – dont 1989 fusils d’assaut AK-47 et 100 lance-roquettes.

Un porte-parole du ministère de la Défense australien a déclaré à CNN, qu’il y avait 18 personnes de différentes nationalités à bord du navire, mais les officiels ne savaient pas si leurs documents d’identification étaient authentiques.

Les autorités ont déduit de leurs entretiens avec des membres de l’équipage que les armes étaient envoyées en Somalie, mais ces informations sont encore à vérifier et peuvent évoluer à mesure que l’enquête se poursuit, selon le porte-parole.

Quelqu’un a acheté 2 000 vieux AK47 et des RPG, peut-être en Irak ou ailleurs dans le Golfe, pour les vendre en Somalie. Cela fait sens. Il y a une guerre civile en Somalie et il est peu risqué d’y vendre des armes.

Mais voici que le commandement central des Etats-Unis invente une histoire farfelue à propos de la découverte australienne :

D’après les Etats-Unis, les armes proviendraient initialement d’Iran et étaient probablement destinées aux rebelles Houthis au Yémen, a déclaré le lieutenant Ian McConnaughey de la Marine des Etats-Unis à CNN.

Le Commandement central américain continue de se renseigner sur la destination finale des armes, a dit McConnaughey.

Il n’y a pas la moindre preuve permettant d’affirmer que ces armes sont parties d’Iran pour aller au Yémen. Et les circonstances rapportées par les Australiens semblent rendre cela tout à fait improbable. Mais le reportage de la CNN, dont je viens de citer un extrait a pour titre : Les armes saisies par l’Australie pourraient venir d’Iran et être destinées aux Houthis, reprenant ainsi à son compte les mensonges saoudiens.

Le Yémen est inondé d’armes. Les Saoudiens ont largué à maintes reprises des milliers d’armes neuves à leurs forces par procuration dans le sud du Yémen. Beaucoup de ces armes ont été saisies par les Houthis et celles qui parvenaient aux forces saoudiennes par procuration ont été immédiatement vendues au plus offrant. Tous les fusils d’assaut modernes possibles et imaginables sont disponibles sur les marchés d’armes de Sanaa. Pourquoi s’embarrasser à expédier de vieux AK47 au Yémen où même les ménages les plus pauvres ont déjà de meilleures armes ?

Un analyste yéménite note :

Hisham Al-Omeisy @omeisy

Ainsi, l’Iran a envoyé 1989 AK47 bas de gamme et 100 RPG au #Yemen déjà inondé de meilleurs AK47 & RPG ! J’ai raté un épisode ?

Et un autre :

Haykal Bafana @ BaFana3

C’est la 2ème fois que les États-Unis prétendent que les armes en route vers la Somalie sont des « armes iraniennes destinées aux Houthis du Yémen ». On dirait presque que Washington cherche à pousser l’Arabie Saoudite encore plus loin.

Ni les Saoudiens, ni leurs mandataires sur le terrain, ne peuvent gagner la guerre au Yémen. La société de mercenaires Blackwater / Xe avait été engagée pour fournir un bataillon de combattants étrangers. Ils ont essayé de prendre Taiz aux Houthis, mais ils ont été défaits. Ils ont dû se retirer parce qu’ils avaient trop de pertes. Alors, les Saoudiens ont dépensé 3 milliards de dollars de plus pour que Dyncorp leur fournisse d’avantage de chair à canon. Ni les Saoudiens, ni leurs mercenaires, ne peuvent gagner la guerre d’aucune manière, et il n’y a aucune raison sensée de continuer à les aider.

Les banques ont cessé de certifier des lettres de crédit pour les importations de produits alimentaires au Yémen et les quelques navires qui viennent encore au Yémen doivent payer d’énormes pots de vin pour pouvoir décharger. La famine au Yémen va s’intensifier au cours des prochains mois. Il y aura de plus en plus de morts.

Pendant ce temps, Al-Qaïda occupe de plus en plus de terres dans le sud du Yémen et gagne les cœurs et les esprits des habitants affamés :

L‘Arabie Saoudite a besoin de toute l’aide possible pour sortir du Yémen sans trop de dommage. Elle accuse l’Iran d’intervenir dans son arrière-cour, ce qui crée des tensions entre les deux pays. La fébrilité a atteint son apogée quand l’Arabie Saoudite a pris connaissance d’une vidéo montrant le Hezbollah libanais pro-iranien en train de former des Houthis à la guerre du renseignement, à l’intérieur même du Yémen. L’authenticité de la vidéo m’a été confirmée par des sources proches de la direction du Hezbollah. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant qu’on constate une collaboration entre la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite et Ansar al-Sharia (AQAP) pour la lutte contre les Houthis Zaydi tandis que les tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran s’intensifient.

Ansar al-Sharia apparaît comme le grand vainqueur de cette guerre : il offre un soutien en infrastructure et il « recrute » en gagnant «  les cœurs et les esprits » à travers ses activités, ses services publics et ses jeux.

Al-Qaïda dans la péninsule arabe, alias Ansar al-Sharia, est le seul à gagner quelque chose au Yémen. Il a tenté plusieurs fois de cibler les civils américains et est qualifié d’organisation terroriste par les Etats-Unis. Il se bat aux côtés des Saoudiens.

Mais l’armée des Etats-Unis dans le Golfe n’a rien de mieux à faire que de promouvoir les mensonges de l’Arabie Saoudite sur la guerre contre le Yémen. Pour qui ces gens du Commandement central des Etats-Unis travaillent vraiment ?

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6928

____________________________________________________________

Les Sionistes ont pris d’assaut la mosquée d'Al-Aqsa

 

IRIB- Soutenus par les militaires du régime sioniste, les colons sionistes ont pris d’assaut la mosquée d'Al-Aqsa.

Ce dimanche, un groupe de colons sionistes, soutenus par les militaires israéliens, ont attaqué et profané la mosquée d'Al-Aqsa, déclenchant des affrontements entre les deux parties.

Selon une autre information, un jeune palestinien est tombé en martyr, aujourd’hui, dans la bande de Gaza, sous les balles des militaires sionistes.

De même, des milliers de Palestiniens ont participé aux funérailles de 2 jeunes palestiniens, tombés en martyrs, lors du raid aérien israélien sur Beit Lahia, dans le Nord de cette région.

Tôt, samedi, les avions de combat de l’armée du régime sioniste ont attaqué, à maintes reprises, Gaza et son Nord, faisant tomber en martyrs un enfant de 10 an et sa sœur.

 

toute cette nouvelle campagne de crimes et d'exaction du régime sioniste est à mettre en relief avec leurs volonté de détruire la mosqué pour y construire un temple , pour cela ils devront continuer à chasser les palestiniens de leurs terre ancestral et se les approprier , je rappelle que les sionnistes d'aujourd'hui sont pour la plus grande partie des européens de l'est convertis et qu'ils n'ont rien à voir avec ces terres de prèt ou de loin à part sa colonisation après la seconde guerre mondiale et qui continue depuis plus de 70 ans mis à part des juifs palestiniens qui vivaient avec leurs frere musulmans et chrétiens sur ces terres en harmonie avant ce grand désastre la collonisation sioniste , pour s'en convaincre il suffit de les regarder ils sont du type cocasien et non du type sémite comme les arabes " un chat fait pas un chien" ils peuvent répéter leurs mensonges des millions de fois comme le disaient les nazi ca restera des mensonges !!!!

 

 

 

humour : le sionisme

le sionisme créateur du mensonge

Le yemen : l'agression de ce peuple a pour but le controle du détroit de Bab-el-Mandeb par l'arabie des saouds et israel "Le détroit de Bab-el-Mandeb est le quatrième passage maritime le plus important au niveau mondial en termes d’approvisionnement énergétique ", israel et les occidentaux sont parties prenantes dans ce conflit ,cette agression de type impérialiste n'étant pas très avouable après le désastre libyen et les guerres par procurations actuelle en syrie , en irak et en afganistan c'est l'arabie des saouds qui a pris la tete d'une coalition pour attaquer le yemen afin d'y replacer leur marionette l'ex président Hadi

je reproduit ici un article intéressant parut sur "veterants today" suite à la destruction de deux chasseurs probablements israeliens par les forces yeménites ce qui prouve l'implication du régime sioniste dans ce conflit malgrès le maquillage des chasseurs aux couleurs de l'arabie leurs provenances ne fait que peu de doute !

 

 

F-16 israéliens abattus dans le ciel au-dessus du Yémen

F-16 israéliens abattus dans le ciel au-dessus du Yémen
 
nous publiions un article de VT au sujet de l’explosion d’une bombe que leurs experts affirment être une bombe nucléaire à neutron. Ils rajoutaient que le vecteur de cette bombe pourrait être un F-16, et des F-16, l’Arabie Saoudite n’en dispose pas. Cela confirme, une fois de plus, que toutes les guerres au Moyen-Orient sont des guerres israéliennes. C’est peut-être même la seule raison d’exister de cet état. Israël ne serait qu’une sorte de poste de commandement pour le maintien du chaos, manageant les guerres actuelles et passées depuis plus de 50 ans, en Syrie, en Iraq, au Yemen, au Soudan, etc., et distribuant les rôles aux uns et autres, mettant parfois la main à la pâte.
 
 

***

La semaine dernière, deux F-16 ont été abattus au-dessus du Yémen. Examinées, les deux épaves ont révélé des types d’avions jamais fournis à une nation arabe, ni à l’Arabie Saoudite, à aucune. Dans la région, le seul «acheteur» de ce type d’avion est «Israël».

Avec deux avions israéliens marqués fraîchement aux couleurs saoudiennes abattus la semaineF-16 israéliens abattus dans le ciel au-dessus du Yémen dernière, et une forte confirmation d’attaque thermonucléaire tactique sur une base aérienne yéménite, d’attaque à la bombe à neutrons (sans radiations résiduelles), clairement, la guerre au Yémen est à présent une guerre israélienne.

Au Yémen, dans la province au nord de Sanaa, les forces de défense aérienne yéménites ont abattu un avion de chasse aux couleurs de l’Arabie, tandis qu’il effectuait des frappes aériennes. C’est le deuxième F-16 abattu cette semaine – manifestement, les forces des défenses aériennes yéménites ont été grossièrement sous-estimées. Le chasseur F-16 saoudien abattu s’est ensuite écrasé dans la région de Bayt Khayran du district de Bani Harith, dans la partie nord de Sanaa.

Le 11 mai, la chaîne de télévision yéménite Al-Masirah a signalé que les combattants Ansarullah ont abattu un chasseur aux couleurs marocaines qui violait l’espace aérien de la vallée de Noshour dans la province septentrionale de Saada. L’avion abattu aujourd’hui aurait mené un certain nombre de frappes aériennes contre Al-Dailami, la base aérienne du Yémen. Les jets saoudiens effectuent des frappes militaires contre le Yémen depuis le 26 mars.

L’analyse des épaves montre que ces avions sont d’origine inconnue. Bien qu’ils les ont peints aux couleurs saoudiennes, nous savons que ce ne peut pas être des avions de l’Arabie et sont en fait des avions israéliens pilotés par des pilotes arabophones de l’armée de l’air israélienne, membres d’une unité «Kamikaze» spéciale qui vole sur des F-16 spécialement modifiés, «porteurs d’armes nucléaires», chargés d’opérations apocalyptiques contre l’Iran, la Russie ou l’Europe occidentale.

L’un de ces avions est probablement responsable du largage de la bombe à neutrons sur le Yémen il y a quelques jours. Les médias yéménites ont signalé que deux «roquettes» transportées par le jet de combat n’ont pas explosé et ont été trouvées dans l’épave ; le plus probable est qu’il s’agit de missiles Sidewinder, de défense air-air. Nous ne connaissons pas les autres armes que l’avion transportait. Les pilotes des deux avions abattus n’ont pas été retrouvés.

L’avion a été abattu par un système BUK modernisé par la Russie. Le Yémen est bien équipé en armes russes modernes, y compris des Mig-29 et des systèmes de défense aérienne perfectionnés, un fait manifestement négligé par les Saoudiens et leurs alliés israéliens ; ils ont grossièrement sous-estimé les capacités de leur ennemi et comme nous l’avons vu auparavant, notamment dans le sud du Liban contre le Hezbollah – «Israël» ne massacre pas aussi bien quand ses victimes sont préparées et capables de riposter ; peut-être pensaient-ils bombarder des civils sans défense à Gaza ?

Source : Veterans Today

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=15070&cid=304#.VWVN8kYcTs5

cette recolonisation via des révolutions colorés avec mercenaires djihadistes ou néonazi "libye , ukraine , syrie ..."ou la répression de vrai révolutions populaires comme au yemen ou  au barhein a repris en ce début de 21 éme siécle suite avec à la destruction des tours jumelles le 11/09/2001 probable opération sous faux drapeau . Depuis  ce funeste jour , le mensonge est devenu pour les "élites" une constante et la manipulation des masses est devenu un mattraquage médiatique permanant via les médias mainstream

à qui profite le crime?

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 01:28

 

un week end presque normal

Une majorité de Français souhaite un référendum sur la sortie de la France de l’UE

Les français souhaitent qu'on leur donne le choix de rester ou non dans l'UE mais bien sur dans cette pseudo démocratie , vrai dictature la population peut espérer longtemps , d'ailleurs la dernière fois qu'on a été consulté "traité de Lisbonne"vu que le résultat n'a pas plut à l’oligarchie ils ont passé outre et ont a fait voté les députés traitres qui obéissent servilement aux partis dirigés par les lobbies prétendant qu'ils étaient l'émanation du "peuple", donc point de référendum juste des élections pipés en 2017

___________________________________________________________________________

IRIB- Une majorité de Français, (53 %), souhaite un référendum, sur le maintien ou non de la France, dans l’Union européenne, (UE), à l’instar de celui prévu au Royaume-Uni, le 23 juin.

C’est l’une des révélations de l’enquête, menée début février, auprès de 8.000 électeurs, dans six pays de l’Union, (Allemagne, France, Pologne, Irlande, Espagne et Suède), par l’Université d’Edimbourg et le cercle de réflexion allemand, D/part.

Cette étude, publiée jeudi 10 mars, est la première à rendre compte de l’état des opinions publiques européennes, à l’égard du débat ouvert au Royaume-Uni et à comparer les perspectives qu’il ouvre, tout comme les espoirs et les craintes qu’il suscite. De tous les Européens interrogés, les Français sont les plus favorables à la sortie du Royaume-Uni de l’UE, mais, en même temps, les plus enclins à réclamer les mesures anti-immigrés que David Cameron a, partiellement, obtenues, pour son pays.

_______________________________________________________________

Samedi manif contre l'état d'urgence !!

 

Plus de 150 organisations rassemblées dans les collectifs «Nous ne cèderons pas» et «Stop état d'urgence» sont descendues dans les rues de Paris pour dénoncer l'état d'exception permanent et la déchéance de nationalité.

«La constitutionnalisation de l'état d'urgence et de la déchéance de nationalité sont d'inspiration coloniale», a déclaré le député de la 2e circonscription des Français de l'étranger pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (EELV), Sergio Coronado.

 

Les manifestants estiment que l’état d’urgence est inefficace en matière d’antiterrorisme car on ne compte que «cinq poursuites judiciaires pour terrorisme, à l’issue des 3 336 perquisitions administratives», lit-on sur le site officielle de «Stop état d’urgence».

______________________________________________________________________

La BAC s’arme de fusils d’assaut face aux terroristes

on peut s'interroger sur cette décision après je le rappel de la loi permettant aux forces de l'ordre d'user d'armes de guerre en cas de risque de révolte ou l'insurrection ! c'est armes sont pour tirer sur les français ou sur des terroristes sponsorisé par le gouvernement en Libye en Syrie et surement en France????

Voici un décret promulgué une fois de plus dans le silence le plus total de nos grands médias.

Le décret n° 2001-795 du 30 Juin 2011 liste les armes à feu susceptibles d'être utilisées par les forces de l’ordre, en fonction des situations, pour le maintien de l'ordre public. (Application immédiate depuis le 1er Juillet 2011)

Le décret mentionne les caractéristiques des armes à feu qui peuvent désormais être utilisées dans les situations précises définies par le quatrième alinéa de l'article 431-3 du code pénal (Article déjà modifié par la LOI n°2009-971 du 3 août 2009 - art. 5) :

- En cas d’attroupement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l’ordre public (atteinte aux personnes ou à des institutions). Ex. : manifestation qui dégénère.

En préambule, dans un premier temps la seule présence des forces de maintien de l’ordre dans une manifestation est sensée être dissuasive à un éventuel débordement. Toutefois, les textes prévoient une graduation des types d’interventions pour disperser la foule en fonction du trouble remettant en question les règles qui régissent la paix publique, l’économie, la morale, la santé, la sécurité ainsi que les droits et libertés individuels :

1. - Les sommations d’usage :

Cf. : Article R431-1 du code pénal (Modifié par Décret n° 2011-794 du 30 juin 2011 - art. 1)

Pour l'application de l'article 431-3, l'autorité habilitée à procéder aux sommations avant de disperser un attroupement par la force :

1° Annonce sa présence en énonçant par haut-parleur les mots :"Obéissance à la loi. Dispersez-vous" ;

2° Procède à une première sommation en énonçant par haut-parleur les mots : "Première sommation : on va faire usage de la force" ;

3° Procède à une deuxième et dernière sommation en énonçant par haut-parleur les mots : "Dernière sommation : on va faire usage de la force".

Si l'utilisation du haut-parleur est impossible ou manifestement inopérante, chaque annonce ou sommation peut être remplacée ou complétée par le lancement d'une fusée rouge.

La BAC s’arme de fusils d’assaut face aux terroristes

__________________________________________________________________

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient d'annoncer la mise en place du plan BAC-PSIG dans l'agglomération parisienne: les brigades anti-criminalité (BAC) de la police nationale et les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie nationale (PSIG) se voient doter de moyens supplémentaires pour lutter contre le crime organisé, la délinquance et la menace terroriste: « parce que les criminels […] n'hésitent plus à faire usage d'armes lourdes, de véritables armes de guerres ». A hauteur de 17 millions d'euros, les policiers seront équipés, entre autres, de gilets pare-balle porte plaque, de boucliers balistiques souples résistant aux kalachnikovs, de casques et visières balistiques, et de fusils d'assaut d'un type nouveau, réservés initialement aux forces spéciales… Loïc Travers, secrétaire nationale adjoint du syndicat Alliance, se dit enfin satisfait:

Alors effectivement, oui. Vous venez de citer le bon mot: enfin. Les policiers, depuis plus d'un an d'attente et depuis la première vague d'attentat, vont être dotés de matériels de protection, voire de riposte. Cela fait suite à des annonces qui avaient été faites: ce sont essentiellement de boucliers balistiques, des armes telles que le HK G36 qui est un fusil d'assaut, des casques, des visières, le tout balistique, c'est-à-dire blindé pour que les collègues puissent, au sein de la BAC et des PSIG, intervenir en tout sécurité si jamais il y avait de nouvelles attaques telles qu'on a pu connaitre en 2015.

© AFP 2016 Kenzo Tridouillard

L'état d'urgence prolongé jusqu'au 26 mai

Ce qui est nouveau, c'est le type de fusil utilisé. Le HK G36, un fusil d'assaut allemand fabriqué par Heckler & Koch. Portée maximale 2500m, portée pratique 500m, cadence de tir: 750coups par minute. Quelles sont les caractéristiques de cette arme, en quoi elle constitue une meilleure riposte aux attaques terroristes?

Le fusil d'assaut HKG36 a déjà un calibre spécifique de 5.56 par opposition au calibre 9mm que l'on a dans nos armes de poing. C'est un fusil qui peut tirer en rafales et qui est extrêmement précis. Eu égard aux gens déterminés et aux terroristes que nous avons eu dans la première et deuxième vague d'attentat, et bien il est évident que ce type d'armes est déjà beaucoup plus sécurisant pour les collègues qui interviennent sur le terrain dans le cadre d'une alerte ou d'une intervention qui semble une attaque terroriste. C'est-à-dire que là, on considère qu'ils sont équipés à la fois en terme de moyens de protection mais aussi d'armes, pour contenir des terroristes pour les limiter dans une zone qui fait l'objet de l'attaque terroriste.

© REUTERS/ Charles Platiau

Paris veut prolonger l'état d'urgence et modifier la Constitution

Ce fusil est initialement utilisé par les forces spéciales: BRI, GIPN, GIGN, RAID, Commandos marine, Gendarmerie mobile en Afghanistan. Le rôle initial de la BAC n'est pas forcement la lutte antiterroriste, alors est-ce que son rôle va changer? Pour Loïc Travers il est primordial que la BAC soit cette force d'appoint entre les « primo intervenants », qu'il considère à l'heure actuelle comme toujours que peu lésé en terme de dotation, et les forces d'élite, dont le matériel reste bien sûr plus sophistiqué. Le ministre Bernard Cazeneuve attend de ces équipes qu'elles soient à 20 minutes de n'importe quel foyer qui pourrait être un attentat, afin de permettre une intervention rapide pour en limiter l'ampleur et le nombre de victimes.

La brigade anti-criminalité est là pour faire de l' « anti-crime », comme son nom l'indique. C'est-à-dire lutter contre la violence quotidienne et contre la délinquance quotidienne, c'est-à-dire du vol à tire, parfois du stupéfiant, c'est assez varié. Mais l'idée, c'est effectivement une unité qui fait beaucoup d'interpellations. Maintenant, eu égard à ce qui se passe en terme de menace, il faut en quelque sorte une force d'appoint qui permet, entre nos collègues de brigades, les primo-intervenants et les forces d'élite qui vont finir le travail. Il faut en quelque sorte un moyen intermédiaire pour pouvoir assurer sur le terrain la sécurité des citoyens. C'est l'évolution de la menace qui fait évoluer les techniques de la police et leur matériel, puisqu'il y a une dotation.

© AFP 2016 EMMANUEL DUNAND

Bruxelles et Paris colmatent les brèches antiterroristes

Loïc Travers déplore le risque d'insécurité juridique sur l'utilisation de ces armes. S'il reconnait une forme d'assouplissement sur la légitime défense, le texte actuellement débattu au parlement ne convient pas: trop complexe et trop technique, par rapport à la réalité du terrain. Pour ce qui est de la formation: le ministre Bernard Cazeneuve a reconnu la difficulté de trouver des stands de tir en ile de France, adaptés au pistolet-mitrailleur HKG36 et ses munitions de calibre 5,56mm. Reste des casernes de tirs militaires sur le territoire français. Cette dotation est un pas en avant, mais le chantier reste énorme: qu'il soit juridique ou pratique.

syrie

seul les syriens doivent décider de leur avenir et de la date de la tenue d'élections rappel justement l'ambassadeur syrien à l'onu mr mistura "l'homme des états unis" veut une nouvelle fois simisser dans la politique syrienne au lieu de faire son travail de médiateur ce qu'il ne fait pas !! va t'il une nouvelle fois exclure les kurdes syriens qui se battent efficacement contre daech pour satisfaire les désirs turque qui sont devenu un probléme aussi grand que daech dans le réglement de la crise syrienne??

 

 

 

IRIB- Le ministre syrien des Affaires étrangères a souligne que, seuls, les Syriens ont le droit de se prononcer, sur la tenue des élections, dans leur pays.

«L'émissaire des Nations unies, pour la Syrie, Staffan de Mistura, n'a pas le droit de discuter des futures élections présidentielles, en Syrie», a affirmé, samedi, à Damas, le Chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem.

«Des élections présidentielle et législatives doivent être organisées, en Syrie, sous l'égide de l'ONU, sous 18 mois, à compter du 14 mars», avait annoncé, vendredi, l'envoyé spécial de l'ONU, pour la Syrie, Staffan de Mistura.

«Ni lui, ni personne d'autre, quel qu'il soit, n'a le droit de discuter des élections présidentielles. C'est du seul ressort du peuple syrien», a déclaré Walid Mouallem, lors d'une conférence de presse.

Il a, par ailleurs, affirmé que la délégation gouvernementale se rendra, dimanch,e à Genève, mais n'attendra pas plus de 24 heures l'arrivée de la délégation de l'opposition.

«Notre délégation partira demain, pour Genève. Elle attendra là-bas 24 heures, et si personne n'est là, elle repartira", a-t-il dit.

En février, la délégation du régime avait dû attendre trois jours l'arrivée, à l'ONU, des représentants de l'opposition.

Parallèlement, l’armée syrienne renforce ses rangs, pour se battre contre les terroristes.

De nombreux renforts des provinces de Tartous et de Homs ont été dépêchés, sur les champs de bataille, au Nord-Ouest du pays, pour rejoindre la prochaine opération de grande échelle des Forces armées syriennes, dans la province d'Idlib, ont déclaré des sources militaires.

La source ajoute que ces contingents de renfort sont issus des Forces de la défense nationale et du Parti social-nationaliste syrien, et auront pour tâche de protéger les territoires acquis, tandis que les forces gouvernementales continuent leur progression vers l'Est.

En plus des renforts des Forces de la défense nationale, l'Armée arabe syrienne sera, également, rejointe par plusieurs contingents militaires de combattants irakiens ; cependant, le nombre des effectifs, qui prendront part aux combats, est, encore, inconnu.

Tandis que les forces gouvernementales continuent de mobiliser des hommes, pour l'offensive imminente, les troupes de l'Armée syrienne poursuivent leur progression, en direction de la ville stratégique de Kabani.

Une fois prise la ville de Kabani, les forces syriennes se scinderont en deux : une unité ira vers l'Ouest, en direction des plaines d'Al-Ghaab, et une autre, vers le Nord-Ouest, en direction de la ville stratégique de Jisr al-Shughour.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé, vendredi, l'envoyé spécial de l'ONU, pour la Syrie, Staffan de Mistura, à inclure les Kurdes, dans les négociations de paix, sur la Syrie, une proposition, qui se heurte à l'opposition farouche de la Turquie, selon l'AFP.

Lors d'une conférence de presse commune, à Moscou, avec son homologue chinois, Wang Yi, le Chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé :

"Le lancement de pourparlers, sans la participation de ce groupe, (...) serait un signe de faiblesse, de la part de la communauté internationale".

Toujours selon M. Lavrov, "l'exclusion des Kurdes de Syrie des négociations ne ferait que nourrir les ambitions de ceux qui ne veulent pas rester, au sein de la Syrie, mais qui réfléchissent à une sécession".

"Staffan de Mistura doit prendre la décision adéquate. Nous sommes souvent en contact avec lui et nous exprimons, fermement, notre position. Nous l'avons fait, une nouvelle fois, hier, (jeudi)", a ajouté M. Lavrov, fustigeant l'opposition de la Turquie à la participation des Kurdes aux pourparlers de paix.

Les négociations, sur la Syrie, doivent reprendre, lundi, à Genève, en présence des représentants du gouvernement et de l'opposition syriens.

Pour rappel, le Porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a , lui aussi, affirmé, vendredi, que le sauvegarde de l'intégrité territoriale de la Syrie comptait, énormément, pour Moscou.

Ça fait 5 ans que la Syrie est le théâtre d'affrontements sanglants, qui, selon des sources syriennes, ont laissé, environ, 470.000 morts et 1.900 000 blessés, alors que des instances nationales, dont les Nations Unies, disent que le bilan des morts est de plus de 260.000.

Les terroristes armés ont été forcés à se replier, face aux coups incessants que leur portent les forces syriennes, et cela, sur plusieurs fronts.

Les sources syriennes nous informent que des accrochages violents ont eu lieu entre les forces de l'armée syrienne et les terroristes takfiristes, sur tous les axes périphériques, au Nord de Lattaquié. Les troupes syriennes ont effectué une importante progression, en vue de libérer la ville antique de Palmyre des mains des terroristes de Daech.

Selon des nouvelles qui nous arrivent, les forces de l'armée syrienne ont réalisé de remarquables avancées vers les collines 1.154 et 1.112, dans la zone Nord de Lattaquié. Au cours de ces affrontements, des dizaines de membres du Front Al-Nosra et des terroristes, de nationalité chinoise, ont péri.

L'objectif de cette opération est la libération du district de Kabani, le dernier bastion, où se sont réfugiés les Takfiristes, au Nord de la banlieue de Lattaquié. On espère qu'une fois libérée, cette zone sera en mesure de servir de relais, pour lancer le prochain combat contre Jisr al-Choughour, dans la banlieue d'Idleb.

Par ailleurs, les forces syriennes et les terroristes se sont livrés à des combats acharnés, dans des zones situées à l'Est de Lattaquié. Les groupes terroristes s'efforcent de gagner les hauteurs, dans le Jebel al-Akrad, et, en même temps, l'artillerie et la division balistique de l'Armée syrienne a pris pour cible les positions, aux environs de Kolz et Al-Hayat, dans le mont Turkmène, à proximité des frontières turco-syriennes, à l'extrémité Nord de la banlieue de Lattaquié.

Les forces syriennes, qui bénéficient de l'appui des forces locales, continuent de se battre.

Dans le district de Marj al-Sultan, l'aviation de l'Armée syrienne a bombardé les positions du Front Al-Nosra et a, ainsi, tué nombre de ses membres.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 16:48

Les français disent non à la loi du travail de valls , ou plutôt de la destruction du code du travail et des acquis sociaux

Retrait pur et simple du projet de loi. Telle était la revendication des manifestants contre la réforme du droit de Travail. Tous sont unanime, le projet de loi présenté par le gouvernement constitue une menaces des acquis sociaux des salariés. https://francais.rt.com/france/16930-loi-travail-gouvernement-manifestations

Exprimer votre mécontentement sur l’action ou l’inaction du gouvernement peut vous coûter assez cher. Le général Christian Piquemal est presque persona non grata aujourd’hui en France après avoir tenu un discours patriotique lors du rassemblement à Calais le 6 février. Maintenant il risque d’être mis à la retraite.https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201603091023246027-piquemal-calais-retraite/

 

nos enfants sous surveillance ! seule la propagande sionisto socialo bobo est admise JE SUIS CHARLIE , JE SUIS GENDER ETC......

De retour de vacances, Pascal Geneste, professeur d'histoire en langue bretonne, a appris que ses élèves avaient été interrogés par la gendarmerie locale sur le contenu de ses cours, plus particulièrement sur ce qu'il avait dit sur la Russie et Vladimir Poutine. Le professeur a lui aussi dû répondre aux questions du procureur.https://fr.sputniknews.com/international/201603091023240894-censure-france-poutine/

 

Daech utilise des armes chimiques ce qui a été démontré à de multiples reprises "utilisation d'armes chimique par divers groupes rebelles -les-rebelles-syriens-utilisent-massivement-des-armes-chimiques-en-irak-et-en-syrie-depuis-un-an.html" donc cela se renouvelle encore une fois en Irak! https://francais.rt.com/international/16917-daesh-aurait-utilise--substances

 

Stratfor, agence américaine privée de renseignement : «Préparez-vous à une guerre mondiale» les états unis prennent leurs rêves pour des réalités!

c'est sur que l’oligarchie us fait tout pour que ces guerres éclates afin de vendre leurs armes et sauver leur système , mais la Russie ou la chine ne sont plus dupent et feront tous pour contrer les plans machiavélique US!

George Friedman nous raconte son reve US !Le fondateur de la société de renseignement Stratfor a souligné la possibilité d’une nouvelle guerre en Europe, ainsi que dans le Pacifique. Ce sont des contradictions au système international actuel qui peuvent être la source à de nouveaux conflits. https://francais.rt.com/international/16904-etatsunis-guerre-japon-prediction-pacifique

Daech spéculerait sur le marché des devises!

Le Comité contre le financement du terrorisme du parlement britannique affirme que le groupe terroriste a reçu des fonds pour mener de telles opérations après la capture d'une succursale de la banque centrale irakienne en 2014, rapporte le quotidien britannique Telegraph.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 02:48

hollande ose donner la légion d'honneur au "prince héritier" al saoud pour je cite sans rire sa lutte contre le terrorisme et l'extrémisme !!! ce sinistre individus insulte les héros français tous les hommes qui ont lutter pour notre liberté et des valeurs humaine en décorant les saouds qui sont les soutiens revendiqués aux terroristes du monde entier et en particulier à daech et al nostra

jusqu’où ce gouvernement ira dans la prostitution ?

Le président de la République française, François Hollande, a décoré le 4 mars 2016, Mohammad Ben Nayef, prince héritier d’Arabie saoudite, de la Légion d’honneur.

Ancien ministre de l’Intérieur, le prince Mohammed —qui a fait interner des milliers d’opposants sans jugement— a la réputation d’être particulièrement dur, quoique moins corrompu que la plupart des dirigeants de son pays. Il est réputé avoir mis de l’ordre parmi les groupes jihadistes. Depuis février 2014, il gère le dossier syrien, dont le soutien aux groupes armés y compris Daesh.

L’Élysée s’est abstenu d’annoncer cette remise de décoration et de communiquer à son sujet. L’événement n’est connu que depuis sa divulgation par Riyad.

_________________________________________________________________________

france crifienne de hollande et l'arabie des saouds terroriste!!!!

 

Arabie Saoudite : Hollande Valls Complices D'Une Dictature Monarchique Sanguinaire S'Incrustant en France

L'Arabie Saoudite a attaqué son voisin le Yemen dans le but d'annexer ce pays convoitant sa position géo stratégique. Les médias occidentaux se gardent bien de dire la Vérité sur cette dictature monarchique sanguinaire dirigée par une famille de bédouins wahhabite les Saoud avec qui le tandem Hollande Valls entretient des relations intimes ($$$$$$$). 5 choses que vous devez absolument savoir sur cette dictature wahhabite qui soudoie les dirigeants occidentaux corrompus avec ses petro dollars cherche à imposer le dictat saoudien sioniste au Moyen Orient avec le feu vert du Parrain américain et sa conception primitive de l'Islam via le Wahhabisme ( Salafisme) même ici dans les mosquées.

la dictature monarchique wahhabite d'Arabie Saoudite a attaqué son voisin le Yemen le bombarde non stop comme son allié et parrain le régime colonial judéo sioniste avait bombardé en 2006 le Liban détruisant les infrastructures tuant un maximum de civils pour de piètres résultats les combattants yéménites Houthis leurs alliés dans l'armée nationale yéménite et les comités de défense locaux contrôlant une grande partie du pays incluse la ville portuaire d'Aden. Fort de ces victoires de terrain les combattants Houthis et leurs alliés ont appelé à la négociation posant comme condition la fin des bombardements saoudiens.

L'Arabie Saoudite est une dictature monarchique barbare et sanguinaire. Les médias occidentaux et plus particulièrement les médias propagandistes français se gardent bien de dire la Vérité sur ce pays dominé par une tribu celle des Saoud et une religion le Wahhabisme (Salafisme Takfirisme) une interprétation primitive de l'Islam reprise par tous les terroristes d'Al Qaeda, Al Nusra, EI & C° qui décapitent, tuent violent massacrent au Moyen Orient en Afrique et même ici en France ( les 17 victimes des 7 8 9 Janvier dernier) où certaines mosquées financées par l'Arabie Saoudite sont sous l'emprise de cet extrémisme politico religieux fondamentaliste qui s'y inscruste.

5 traits caractéristiques à connaître de la dictature monarchique de L'Arabie Saoudite qui influencent les candidats au djihad là bas et ici.

1.Le pays est gouverné par la Sharia

ci dessous tiré directement de la Loi de Gouvernance basique saoudienne :

« Le Roi dirige le pays selon la Sharia

« Le Royaume d'Arabie Saoudite est un état islamique souverain. Sa religion est l'Islam. Sa Constitution est le Livre Divin, le Saint Coran

« Le système de gouvernance du royaume d'Arabie Saoudite est la Monarchie. Les dirigeants du pays doivent appartenir aux fils du fondateur le Roi Abdulaziz bin Abdulrahman Al-Faisal Al-Saud, et leurs descendants.


« Les Tribunaux doivent appliquer les règles de la Sharia pour les cas à juger

« Le but de l'éducation c'est d'inculquer dans le coeur de tous les jeunes la foi islamique.

Les enseignements wahhabites et salafistes sont au coeur de ce qu'apprennent les enfants musulmans dans les mosquées dominées par ces courants. En France selon les services de renseignement on assiste à

une poussée radicale dans les mosquées françaises

la multiplication de prises de contrôle par des imams salafistes. 89 lieux de culte sont déjà sous influence et 41 font l'objet d'entrisme.

Mais ces chiffres sont sans doute loin de la réalité un certain nombre de lieux de prière étant plus ou moins clandestins et difficile à repérer (pavillons de banlieues, maisons dans les zones péri urbaines, à la campagnes). Dans ces lieux de culte ce sont ces enseignements salafistes qui sont suivis plaçant leurs adeptes « hors de la République ».

2. L'Arabie Saoudite est une dictature autoritaire .

Il n'y a pas d'élection nationale, pas de parti, pas de parlement en clair pas de droit démocratique une simple chambre consultative la Majlis al Shura. Toute critique est formellement interdite. L'année dernière un opposant bien connu,Abl al Kareem al Khoder, a été condamné à 8 ans de prison pour avoir demandé la création d'une monarchie constitutionnelle.

Des milliers ( 30 000 selon la Commission Islamique des Droits de l'Homme) de prisonniers politiques croupissent pendant des années en prison quand ils ne sont pas physiquement éliminés. Les motifs d'inculpation sont très vagues toute manifestation pacifique, tout rejet du régime est immédiatement réprimé.

Quelques jours avant la mort du roi Abdallah le blogger Raif Badawi a reçu 50 des 1000 coups de fouet auxquels il a été condamné pour avoir appelé sur son blog à la liberté  d'expression. On attend encore dans les médias l'indignation de la gôche bobo bien pensante et des actions de pression auprés du tandem Hollande Valls pour qu'ils cessent de cirer les pompes du nouveau roi saoudien Salman devant qui Hollande s'est empressé de voler s'incliner lors de son intronisation.

L'infâme police religieuse saoudienne dépend directement du Comité pour la Promotion de la Vertue et la Prévention du Vice. Son travail consiste à veiller à ce que les hommes et les femmes ne se mélangent pas socialement que les gens s'habillent avec pudeur et que les magasins et entreprises soient fermés aux heures de prière.

3 .L'Arabie Saoudite pratique la peine de mort les condamnés y sont publiquement décapités

Elle inspire les hordes de djihadistes d'Al Qaeda, Al Nusra, EI et C° qui sévissent partout au Moyen Orient en Afrique et ici en Europe.

Les Tribunaux saoudiens continuent d'utiliser les châtiments corporels comme punition : flagellation, amputation, pour les condamnés à mort décapitation.

En 2013 un rapport d'Amnesty International s'inquiétait d'une augmentation sans précédent des condamnations à mort par décapitation en public de même que des crucifixions les tribunaux « ordonnant que soit exposé publiquement la tête décapitée et le corps « . Selon ce rapport il y a eu au moins 79 éxécutions en 2013.

Inutile dés lors de chercher bien loin de qui s'inspirent la barbarie passée en boucle sur le net par les terroristes djihadistes : décapitation crucifixion de leurs victimes notamment des dizaines de milliers de civils femmes enfants tombés entre leurs mains en Irak et en Syrie. Le fanatisme wahhabite sanguinaire de l'Arabie Saoudite s'est niché dans la tête de ces barbares.

4.La condition des femmes en Arabie Saoudite l'une des pires mondialement

Mais apparemment cela ne gêne pas non plus Hollande Valls le Drian et leur bande qui vont à Ryad conclure pour des milliards de $ de vente d'armement.

En Arabie Saoudite les femmes n'ont pas le droit de :

conduire une voiture
aller se baigner
faire du sport de compétition
essayer des vêtements quand elles font du shopping
entrer dans un cimetière
lire des magazines de mode

Devant un Tribunal leur parole vaut la moitié de celle d'un homme. Les violences conjugales et contre les enfants sont rarement punies de même que les viols.

On comprend dés lors l'influence saoudienne ici en France sur le comportement des hommes qui fréquentent les mosquées où le Wahhabisme/ Salafisme saoudien a pris le pouvoir par entrisme contaminant certains en corrompant d'autres.($$$$$$). Car derrière tout cela il y a un problème de corruption que nos « élites » politiques seraient bien en peine de combattre elles qui succombent si aisément aux pétro dollars jusque dans les vestiaires des clubs de foot ( PSG/Qatar).

5.La dictature monarchique saoudienne est le jack pot des djihadistes Al Qaeda & C°

En 2009 déjà un document publié par Wikileaks reprenant les dires d'Hillary Clinton affirmait que :

« Les donateurs en Arabie Saoudite constituent la plus importante source de financement des groupes sunnites de par le monde...on doit faire plus car l'Arabie Saoudite reste un soutien financier primordial pour Al Qaeda, les Talibans, et d'autres groupes terroristes... »

Le financement des groupes terroristes par l'Arabie Saoudite et ses complices du Golfe n'est plus à démontrer.

Quand on connaît tous les moyens de surveillance financière utilisés par l'Empire du Chaos USSioniste pour traquer d'éventuelles fraudes aux sanctions contre l'Iran on est en droit de se demander pourquoi ces mêmes moyens ne sont pas utIlisés pour traquer et faire cesser les financements des groupes terroristes par l'Arabie Saoudite. Sauf que ce n'est pas dans le projet de cet Empire du Chaos USSioniste de mettre fin au financement de ces barbares bien au contraire car il les utilise pour justement semer la terreur et le chaos là où l'Empire veut maintenir sa domination.

L'Arabie Saoudite bénéficie de complicités USSionistes à Washington. Tout comme il existe un puissant lobby judéo sioniste qui influence le Congrés US allant jusqu'à écrire des textes de loi votées ensuite telles quelles par les élus achetés par ce Lobby il existe aussi un puissant lobby saoudien qui fait de même.

Assécher les financements de ces terroristes n'est pas la priorité de l'administration Obama ni de celles des administrations précédentes non plus ni de celle qui suivra.

Semer la terreur en utilisant ces supplétifs fanatiques islamistes y compris si besoin est en Europe fait partie du grand plan de domination mondiale de l'Empire du Chaos USSioniste.

L'Arabie Saoudite qui cherche à enraciner sa domination régionale – et celle de son partenaire le régime colonial judéo sioniste – est partie prenante de ce plan.

 

pour hollande c'est ces gens là qui luttent contre le terrorisme et l'extrémisme !!!! qui peut encore croire ce pantin malfaisant quand il ouvre sa bouche????????

 

 

 

Ces images, tournées discrètement, montrent l’exécution en public d’une femme dans les rues de la Mecque, lundi. Retirée de YouTube, la vidéo continue de circuler sur d’autres sites. France 24 a décidé de n’en publier que des captures d’écran. Laila Bint Abdul Muttalib Basim, birmane, vivait en Arabie saoudite. La justice du pays l’a jugée coupable d’avoir sexuellement abusé de sa belle-fille de sept ans et de l’avoir tuée.
 

ATTENTION : les images qui suivent dans la video peuvent être choquantes. Personnes sensibles et mineurs , s’abstenir .

 

je poste l'article de Causette.fr qui diffuse l'échange de mails qui auraient été à l'origine de cette légion du déshonneur entre l'ambassadeur de france en arabie et les services de l'état , instructif pour voir comment fonctionne la république bananière francaise

 

en fin d'article je vous poste les protestations de la cgt d'air france quand hollande décorait de la meme distinction le pdg de qatar airways lui aussi reconnue comme esclavagiste notoire , ou s'arrétera hollandouille qui doit préparer  son après mandat présidentiel en déshonorant au maximum notre pays dèjà très mal en point??

                       ____________________________________________

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour faire plaisir à un futur roi saoudien ? Contrairement à la version officielle, l’attribution de la Légion d’honneur au prince saoudien Mohammed ben Nayef s’est faite « à sa demande », soucieux qu’il est – en tant que futur roi d’Arabie saoudite – de « renforcer sa stature internationale ». Cela a donc été traité de manière « très très urgente (TTU) » par l’Élysée et le ministère des Affaires étrangères. Un échange de mails diplomatiques (intégralement reproduits ci-dessous, fautes d’orthographe comprises) est tombé dans le sac à main de Causette. Et il est scandaleux.

Le mercredi 2 mars, à 7 h 04, l’ambassadeur de France en Arabie saoudite depuis 2007, Bertrand Besancenot, écrit au conseiller pour le Moyen-Orient de François Hollande, David Cvach. Dans cet échange, les arguments pour faire passer la pilule ne manquent pas de sel et sont savamment saupoudrés d’un cynisme de haut vol. Serions-nous très sérieusement pris pour des quiches ? Extraits :

De l’ambassadeur Besancenot : « Certes, le royaume n’a pas bonne presse, mais je crains que l’amélioration de son image prenne du temps... »

Vu le traitement réservé aux femmes, aux opposants, aux journalistes, aux blogueurs, les décapitations, tortures et autres joyeusetés… il y a des chances, en effet !

Mais il faut absolument faire plaisir au petit prince, alors Jérôme Bonnafont, directeur de la section Afrique du Nord et Moyen-Orient du cabinet de Jean-Marc Ayrault au ministère des Affaires étrangères, donne la technique : « […] il faut que ce soit discret vis a vis des medias mais sans dissimulation, si nous ne le faisons pasce sera vu comme un camouflet et si on nous interroge on repondra lutte contre daech et partenariat economique et strategique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, des elements droit de lhomme dans les elements se langage bien sur. » Comme c’est pratique, Daech et les Droits humains !

À 12 h 53, soit à peine six heures plus tard, l’affaire est pliée par l’Élysée : David Cvach rapporte à tous la décision de François Hollande, au préalable interrogé par Jacques Audibert, son conseiller diplomatique : « On fait - c’est le moment je suppose d’acheter des actions MBN... [le prince Mohammed ben Nayef, ndlr] » Le 4 mars, soit deux jours plus tard, le prince était discrètement décoré. C’est tellement facile la diplomatie en mode realpolitik ! 

Grégory Lassus-Debat 

Nous avons demandé au conseiller de François Hollande ainsi qu’à l’ambassadeur de France en Arabie saoudite s’ils avaient (sérieusement) imaginé que l’opinion allait considérer qu’il était judicieux d’honorer l’Arabie saoudite. Au moment où sont publiées ces lignes, nous attendons toujours leurs réponses...

Ci-dessous, l’intégralité des mails, les adresses e-mails en moins :

Mercredi 2 mars à 7 h 04
De : Bertrand Besancenot [ambassadeur de France en Arabie saoudite, ndlr]
A : David Cvach [conseiller de François Hollande pour le Moyen-Orient, ndlr]
Cc : Laurent Stefanini [chef du protocole de l’Élysée, ndlr], […] Jérôme Bonnafont [directeur de la section Afrique du Nord et Moyen-Orient du cabinet de Jean-Marc Ayrault, ministère des Affaires étrangères, ndlr], […]

Objet : TTU : décoration du prince héritier d’arabie Saoudite

Cher David, je me permets de t’envoyer la copie jointe de la proposition de décoration pour le prince Mohamed ben Nayef.
Je sais que certains s’interrogent sur l’opportunité de décorer maintenant le prince héritier, peu de temps après la campagne médiatique contre l’Arabie Saoudite en France.
Certes, le royaume n’a pas bonne presse, mais je crains que l’amélioration de son image prenne du temps...
En revanche, l’accueil à Paris du prince Mohamed ben Nayef est importante à plusieurs titres :
- Confirmation de la pérennité de notre partenariat stratégique à un moment sensible de la situation au Moyen Orient
- Reconnaissance du rôle personnel éminent du prince dans la lutte contre le terrorisme, qui est une priorité nationale partagée
- Nécessité de conserver la dynamique de renforcement de notre coopération bilatérale pour conforter nos prospects civils et militaires
C’est aussi un geste envers le prochain Roi d’Arabie Saoudite. C’est dans ce contexte qu’il me parait indispensable de répondre à sa demande de recevoir la Légion d’Honneur, à un moment où il souhaite renforcer sa stature internationale. Ce serait un bon incitatif à jouer avec la France.

Merci cher David de ta compréhension.

Amitiés

Bertrand

2 mars à 7 h 14
De : Jérôme Bonnafont
A : David Cvach et Bertrand Besancenot
Cc : Laurent Stefanini, […]

Objet : RE : TTU : décoration du prince héritier d’arabie Saoudite

Vu d’anmo [section Afrique du Nord - Moyen-Orient du ministère des Affaires étrangères, ndlr] aucune raison de ne pas le faire : il faut que ce soit discret vis a vis des medias mais sans dissimulation, si nous ne le faisons pasce sera vu comme un camouflet et si on nous interroge on repondra lutte contre daech et partenariat economique et strategique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, des elements droit de lhomme dans les elements se langage bien sur.

2 mars à 7 h 21
De Laurent Stefanini
À : Jérôme Bonnafont, David Cvach, Bertrand Besancenot, […]
Cc : […]

Objet : RE : TTU : décoration du prince héritier d’arabie Saoudite

Aucune objection du Protocole non plus. C’est un choix d’opportunité politique. Je comprends que le niveau serait Grand Officier de la Légion d’Honneur. LS

2 mars à 9 h 43
De : David Cvach
A : Laurent Stefanini, Jérôme Bonnafont, Bertrand Besancenot, […]
Cc : […]

Objet : RE : TTU : décoration du prince héritier d’arabie Saoudite

Bertrand - comme tu sais mais pour l’info de tous, Jacques [Audibert, conseiller diplomatique de François Hollande, ndlr] interroge le PR [Président de la République, ndlr]. Je vous dis le verdict. D

2 mars à 12 h 53
De : David Cvach
A : Laurent Stefanini, Jérôme Bonnafont, Bertrand Besancenot, […]
Cc : […]

Objet : RE : TTU : décoration du prince héritier d’arabie Saoudite

On fait - c’est le moment je suppose d’acheter des actions MBN...

Envoyé depuis un mobile Samsung

Publié le 10 Mars 2016
Auteur : Grégory Lassus-Debat | Photo : Stéphane de Sakutin - AFP

__________________________________________________________________

francois hollande décore le pdg de qatar airways

 

Le 05 juin 2015 nous avons appris par voie de presse que le Président de l’entreprise de transport aérien  Qatar Airways, Monsieur Akbar al‐Baker avait reçu la Légion d’Honneur de la part du Président de la République Française, François Hollande. La cérémonie, qui n’avait pas été programmée à l’agenda officiel du président de la République, s’est déroulée en catimini et en comité restreint à l’Élysée.

akbar-al-baker-legion-dhonneur-700x644

Qatar Airways est connue dans le monde pour ses pratiques managériales qui bafouent les droits fondamentaux des individus et plus particulièrement ceux des femmes.

La Fédération Internationale des ouvriers du Transport (ITF) dont la CGT est, mène une campagne contre le traitement odieux exercé sur les femmes par Qatar Airways. 90% des 18000 employé(e)s de Qatar Airways sont des migrant(e)s, et en grande majorité des femmes. Les femmes sont licenciées lorsqu’elles sont enceintes, elles ne peuvent pas sortir du pays ou se rendre sur un lieu de vacances sans autorisation de la compagnie. Elles sont traitées de prostituées par leur PDG Mr Akbar al Baker, elles sont surveillées constamment et n’ont pas le droit de sortir après 23h, leur chambres sont fouillées lorsqu’elles sont en vol,  etc…

Comment Mr Hollande, au nom de la France, pays des droits de l’Homme avec comme devise Liberté Egalité Fraternité, peut‐il décorer le président directeur général d’une entreprise dont les principes vont à l’encontre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, des conventions de l’OIT et des fondements même de notre République et de notre Constitution ?

Comment le Président François Hollande peut‐il mettre en valeur la parité homme femme dans l’attribution de la Légion d’ Honneur et faire fi des droits de la Femme ?

Mais personne n’est dupe, il a été récompensé pour avoir doté la compagnie du Qatar d’une flotte de 134 Airbus. Et sans doute pour remercier le Qatar d’avoir acheté pour son armée 24 avions Rafale. Déjà, en 2013, Tony Fernandes, le patron d’Air Asia, une flotte malaisienne composée, elle aussi, uniquement d’Airbus, avait eu droit à sa Légion d’honneur, qui est en train de devenir à la République ce que sont les cartes de fidélité dans les supermarchés.

Si François Hollande a tenu à rester discret, ce n’est pas seulement à cause de la réputation sulfureuse de la monarchie pétrolière mais aussi parce que le Syndicat national de pilotes de ligne d’Air France (SNPL) craint que l’arrivée prochaine de Qatar Airways à Nice et Lyon ne signifie la « mort à terme » de la compagnie aérienne. Pour vendre ses Rafale, Paris aurait décidé de sacrifier Air France. La décoration du PDG de Qatar Airways ne risque pas de dissiper les craintes du personnel d’Air France, qui, lui, ne veut pas être remercié.

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 17:08

en parallèle de son soutien au terrorisme en Syrie le régime sioniste israélien continue et amplifie ses massacre et l'extension de ces colonies

IRIB- Les territoires palestiniens restent, toujours, le théâtre des actes expansionnistes et racistes du régime sioniste, à l'encontre de la nation palestinienne.

Dans le cadre des plus récentes démarches expansionnistes et répressives du régime sioniste contre les Palestiniens, le président du Conseil des colonies de ce régime a appelé le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, à intensifier ses efforts, en vue de l'occupation totale de la Cisjordanie.

Le Président du Conseil des colonies sionistes, en Cisjordanie, Avi Roé, a appelé, dimanche, le Premier ministre du régime de Tel-Aviv, à préparer le terrain à l'occupation rapide des territoires, en Cisjordanie, afin d'étouffer dans l’œuf la résistance des Palestiniens, dans les territoires autonomes.

Le ministre israélien des Finances, Moshe Kahloun, a, lui aussi, fait part de la fourniture des aides financières de ce régime à l'Autorité autonome. "Nous fournissons ces aides à l'Autorité palestinienne, pour qu'elle assure la sécurité d'Israël. Ces aides contribueront à assurer la sécurité d'Israël, car une partie de ces aides est mise à la disposition des services de sécurité de l'Autorité autonome, dont la mission consiste à soutenir les Israéliens et à assurer leur sécurité.

La coopération sécuritaire entre l'Autorité palestinienne et le régime sioniste met, clairement, en évidence cette triste réalité que l'Autorité palestinienne, au moment où le régime sioniste ne lésine sur rien, pour massacrer les Palestiniens, s'est rendue complice de l'ennemi, au lieu de défendre la nation palestinienne.

Dans de telles conditions, le ministère palestinien des Affaires étrangères a prétendu, dans un communiqué, avoir demandé au Conseil de sécurité d'adopter une résolution, pour exiger l'arrêt de la colonisation israélienne, en Cisjordanie. Il a, également, estimé que la politique de colonisation du régime sioniste constituait le principal obstacle devant les négociations de paix.

Cette prétention du ministère palestinien des Affaires étrangères, concernant sa condamnation de la colonisation israélienne et l'avertissement qu'il aurait lancé, au sujet de l'arrêt des pourparlers de compromis, intervient, alors que ces négociations sont gelées, depuis avril 2014, en raison de l'acharnement du régime sioniste à poursuivre ses crimes et ses politiques expansionnistes.

Parallèlement, les sources palestiniennes ont averti que 22 détenus palestiniens, souffrant de différents types de cancer, croupissaient, dans des conditions lamentables, dans les geôles israéliennes, alors que les responsables israéliens ne faisaient aucun cas de leurs état de santé. Selon ce rapport, certains de ces prisonniers sont en détention, depuis plus de 15 ans, et le régime israélien ne leur a fourni aucun moyen de traitement efficace, se contentant de calmants, ce qui les a, implicitement, condamnés à une mort certaine.

Le mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, Hamas, a, néanmoins, souligné, ce lundi, que la Résistance, face à l'occupation sioniste, était la politique immuable de ce mouvement. "Israël a, à maintes reprises, visé, depuis différentes régions, les forces de la Résistance, membres du Hamas, mais les combattants n'ont riposté à ces attaques, que depuis l'intérieur des territoires palestiniens", a déclaré Moussa Abou Marzouk, membre du bureau politique du Hamas.

Selon les sources palestiniennes, deuis le début de la nouvelle vague de protestations massives des Palestiniens contre les politiques agressives du régime occupant Qods contre Beit-ol-moghadas et la Mosquée d'Al-Aqsa, en octobre dernier, les attaques des Sionistes se sont poursuivies, et quelque 190 palestiniens ont trouvé le martyre, pendant ce temps.

_______________________________________________________________________________

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 15:10

Après de nombreux dénis de démocratie , non respect de référendum , liberté d'expression volé au peuple , loi anti manif permettant à la police d'utiliser des armes de guerre si il l'estime sans autorisation hiérarchique http://www.alterinfo.net/France-Un-nouveau-decret-autorise-la-police-a-tirer-a-balles-reelles-sur-les-manifestants_a62263.html

http://spartacus.info.over-blog.com/2015/03/la-dictature-socialosioniste-francaise-affute-ses-armes.html ETC ETC .........

Sous prétexte d'état d'urgence ils ont restreint toutes les bribes de libertés qu'il nous resté , mais non content ils on autorisé les policiers à porté leurs armes hors services , quand on connait les nombreuses bavures en France et de l'impunité dont jouissent les policiers , on pouvait s'inquiéter mais là en catimini ce gouvernement veut autoriser les policiers ou forces de l'ordre à pouvoir utiliser leur arme hors légitime défense , en quelques sorte la police se transforme en milice aux ordre d'un gouvernement et de ces donneurs d'ordre ,

IL NOUS RESTE QUE 2 JOURS POUR FAIRE RECULER LE PERMIS DE TUER
Pétition :https://www.change.org/p/une-urgence-dire-nonaupermisdetuer?recruiter=31786712&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

29 févr. 2016 Avec la lutte antiterroriste comme prétexte, le gouvernement s'apprête à délivrer un permis de tuer à la police nationale.

Une proposition de loi passée presque inaperçue doit être présentée à l'Assemblée Nationale ce mardi 1er mars. Outre un certain nombre d'incohérences et de mesures liberticides, cette loi autoriserait les policiers à utiliser leurs armes en dehors du strict cadre de la légitime défense.

Nous pouvons facilement imaginer les conséquences désastreuses d'une telle loi, qui au lieu d'assurer la sécurité publique, viendra multiplier les violences et les meurtres.

Car un policier qui n'est plus justiciable est une menace pour la démocratie. Et dans une République qui vient d'autoriser le port d'arme hors service du fait de l'état d'urgence, on ose à peine en imaginer les risques.

Nous ne voulons pas que la liste des victimes s'allonge à un rythme encore plus élevé chaque année.

 

qu'est ce que le sionisme ??

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 21:25

Genève 3 doit être une réunion pour que les syriens parviennent à faire la paix et à maintenir la souveraineté du pays dans toute son intégrité nationale , mais parce qu'il y a un mais , l'ingérence des pays extérieurs doit cesser sauf pour la Russie qui combat les terroriste à la demande du gouvernement syrien élu et en conformité avec le droit international , c'est pourquoi la question de qui doit être invité est cruciale , les pressions doivent cesser en particulier de la Turquie et de l’Arabie des saouds , du Qatar et bien sur de la France et de tous les autres "alliés", les états unis sont malheureusement incontournables au vu des bases et des forces quelle dispose sur place et du fait qu'ils représente en réalité la partie adverse , personne n'est dupe "à par peut être quelques pseudo journalistes" sur le fait que la CIA est à l'origine de la création de nombreux groupes terroristes , donc daech et qu'ils ont des contacts particuliers avec tous ces groupes , les états unis qui ont fomenté cette guerre avec le Qatar et l’Arabie avec de multiples objectifs avec les monarchies et l’Europe c'est le projet de pipeline qui est la priorité et de façon plus secrète il y a peut être un autre plan avec les sionistes afin de créer à terme le grand Israël . dans cette hypothèse un morceau de l’Arabie et du Sinaï serait aussi sur la liste des spoliations , donc il est possible que les states utilise les saouds tout en les poussant à la faute pour les sanctionner plus tard , en lisant "Mr Meissan" j’apprends que les saouds auraient pu obtenir du Pakistan une bombe atomique"//http://www.voltairenet.org/article190414.html en plus de leur soutien avoué au terroriste et de leur agression au Yémen cette dernière décision extrêmement grave pourrait être utilisé comme prétexte après la syrie pour sanctionner les saouds et changer la donne en Arabie , de plus personne dans le monde prendra leur défense des Saous vu l'impopularité ou la haine que les peuples du monde leurs portent , bref ! pour en revenir à notre sujet , il faut donc pour que cette réunion soit productive , que ce soit uniquement des syriens qui négocient avec les grandes puissances comme parrains ou arbitre des discutions, pour cela il faut une réelle volonté d'arriver à la paix par toutes les parties et pays tiers ,et là c'est pas gagné au vu des invités de l'émissaire de l'onu Mr de mistura il invite par exemple des parties extérieure terroristes lié à l’Arabie saoudite donc aux us comme, Ahrar al-Sham qui change de nom pour participer à la cessation des hostilités "

La quinzaine de groupes islamistes qui se battent contre la république arabe syrienne au Nord-est d’Alep a annoncé prendre le nom de Jaych Halab.

Cette énième coalition est dirigée par le salafiste Hachem el-Cheikh (photo), commandant depuis plus d’un an d’Ahrar al-Sham, un groupe armé créé AVANT le début des événements en Syrie et financé par le Qatar et l’Arabie saoudite.

Ce groupe vise à renverser la République arabe syrienne. Il s’est prononcé pour la charia contre la démocratie, pour l’installation d’un État islamique local, mais contre le Califat.

Les liens entre Ahrar al-Sham et Al-Qaïda sont notoires, même s’ils ne sont pas institutionnels. Le groupe a fait sa publicité autour de Mustafa Setmariam Nasarlang, un ancien compagnon d’Oussama Ben Laden et comprenait Abou Khaled al-Souri, le représentant spécial d’Al-Qaïda au Levant ; il a exigé et obtenu la libération de l’Allemand Mohammed Haydar Zammar (fondateur de la cellule de Hambourg dont firent partie les individus qui furent accusés d’avoir détourné des avions le 11 septembre 2001).

Jaych Halab peut-il ou non participer à la cessation des hostilités ? "voltairenet "

et il exclut les kurdes qui sont les seul groupes avec les milices populaires à se battre contre daech et al nostra , donc on constate une volonté de L’ONU à ne pas parvenir à un accord poussé en cela par les EU !

ce matin 26/02/2016 le parlement européen vient de voter des sanctions contre l’Arabie saoudite sur l'interdiction des ventes d'armes à ce pays du fait de ces massacres au Yémen,http://francophone.sahartv.ir/infos/commentaire-i27277-le_parlement_europ%C3%A9en_ratifie_l'_embargo_anti_saoudien cette décision viens renforcer mon analyse sur une future tutelle occidental de l’Arabie par les occidentaux , bref ce qui se passe dans la région dépasse largement le territoire syrien et cette guerre avec les us qui font des déclarations de plus en plus belliqueuse devient une guerre de plus en plus chaude !http://fr.sputniknews.com/international/20160226/1022087088/otan-reconnait-vulnerabilite-frontiere-est.html

et pour imager cette tension croissante entre les superpuissances, cette partie d'une "réunion" organisé par l'agence info libre est plutôt juste dans son analyse , je vous invite à la regarder dans sa totalité avec un esprit critique en particulier sur l'intervention de Mr Piccinin qui est controversé et utilise dans sa dialectique une fausse impartialité , à vous de juger !!!

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

Présentation

  • : spartacus info
  • spartacus info
  • : notre volonté est d'informer et de combattre la désinformation des médias bourgeois aux ordres spartacus est un hommage à ce premier révolutionnaire de l'histoire et à rosa de luxemburg pour moi véritable continuatrice de l’œuvre de Marx elle meurt assassiné aux côtés de Karl Liebknecht par la sociale démocratie le 15 janvier 1919
  • Contact

Recherche

Pages