Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 11:52

PERMIS DE TUER. Ukraine: Washington avalise (encore) l’offensive de Kiev, combats meurtrier à Lougansk

 

 

prorusseLOUGANSK, ukraine – Des combats meurtriers impliquant tireurs embusqués, mortiers et lance-roquettes ont opposé toute la journée lundi gardes-frontières et séparatistes prorusses à Lougansk, dans l’est de l’Ukraine. Décidé à riposter aux attaques meurtrières de Kiev validées par Washington, les prorusses sont passés à l’offensive. 

Les insurgés ont donné l’assaut, tôt le matin,  aux locaux des gardes-frontières ukrainiennes, haut lieu du commandement des nazis de Keiv, d’où partent les ordres pour aller bombarder le Donbass sans discernement. De violents affrontements, considérés comme les plus violents jamais vu depuis la bataille de l’aéroport international de Donetsk il y a une semaine, ont causé plusieurs morts. Le gouvernement parle de 3 soldats grièvement blessés, tandis qu’il affirme que 40 prorusses ont été tués alors que les gardes-frontières parlent, eux, de 5 morts côté insurgés.

Washington, sans argument, continue d’appuyer Kiev et ses tueries, affirmant que Moscou ne fait rien ppur dissuader des combattants russes d’aller combattre en Ukraine. Comme si Obama empêchait des jihadistes de se rendre en Syrie. Ces gens-là croient pouvoir dicter leur loi partout où bon leur semble. Ils ont orchestré un coup d’état croyant que Kiev était l’Ukraine. Aujourd’hui, coincés, ils sont obligés de mentir.

J’avais dit que seule une intervention russe pouvait apporter la paix dans le sud-est de l’Ukraine. Je le pense encore fortement. Moscou a prolongé son ultimatum jusqu’au 10 juin pour le paiement du gaz. Pour sûr, après la visite de Poutine en France, les choses risquent de s’accélérer.

 


 

La tournée européenne du président américain

La tournée européenne du président américain

Par La Voix de la Russie | La tournée européenne du président américain Barack Obama a commencé. Il se rend sur un autre continent pour persuader ses partenaires européens de ne pas renoncer à leur politique dure à l’égard de la Russie, écrit le journal The Wall Street Journal.

Le président entend participer, entre autres, au sommet à Bruxelles et s’entretenir avec le leader élu d’Ukraine Petr Porochenko.

Les Etats-Unis effrayent tout le monde par l’ingérence russe. Washington persuade à tort et à travers ses amis occidentaux d’introduire des sanctions à l’égard de la Russie. L’Europe essaie d’agir le plus prudemment possible. Les commentaires concernant l’éventuel effet des sanctions sérieuses sur l’économie de l’Occident ne manquent pas. Les Etats-Unis cherchent, tout en promettant au monde l’intervention russe en Ukraine, à inventer une nouvelle « ligne rouge » derrière laquelle les sanctions seront inévitables. Les présidentielles en Ukraine constituent le récent jalon. Les espoirs de la Maison blanche ne se sont pas justifiés. Les Européens disposés à coopérer avec la Russie ont poussé un soupir de soulagement : il ne faudra pas introduire de nouvelles sanctions.

Barack Obama, qui persuadait il n’y a pas longtemps ses citoyens de la toute-puissance des Etats-Unis, est contraint de se rendre dans le Vieux monde pour que tout le monde sache : la politique américaine est l’unique juste.

The Wall Street Journal a cité un porte-parole de l’administration du président ayant dit que le monde ne devait pas se détendre bien que les élections de Petr Porochenko se soient déroulées sans excès. Barack Obama essayera, néanmoins, de convaincre ses auditeurs au sommet bruxellois que les sanctions économiques sérieuses sont nécessaires. Une telle pression sur les leaders européens pourrait entraîner finalement un effet inverse, estime le vice-directeur du Centre d’information politique Alexei Panine :

« Barack Obama essayera de poursuivre la politique appliquée ces derniers mois par les Etats-Unis. Or, il est possible qu’une pression de plus en plus forte irrite les partenaires européens qui prennent, heureusement, de plus en plus conscience du fait que les Etats-Unis sont loin de donner les meilleurs conseils en décelant derrière le prétendu respect des intérêts de l’Europe les ambitions des Etats-Unis. »

Le prochain entretien de Barack Obama avec Petr Porochenko élu président d’Ukraine ne promet pas non plus de sensations. Washington a fait connaissance avec lui bien avant le scrutin et, de l’avis des experts, il est nécessaire d’ajuster la montre. Selon la Maison blanche, les interlocuteurs envisageront la stabilisation économique, la détente et la nécessité d’un dialogue et de l’unité. Or, le plus probablement, ces déclarations abstraites et les promesses de concours seront traditionnellement rhétoriques.

 

 


 

Imposer «zone d’exclusion aérienne » en Ukraine ?

 

Dans de plus en plus de capitales occidentales s’organisent des manifestations générées par le dépassement de « ligne rouge » en Ukraine en raison de plans de bombardement de Donetsk par des Su-25 et MiG-29, provoquant en ce jour plus de 50 morts parmi les civils.

Les manifestants demandent à l’ONU d’imposer une «zone d’exclusion aérienne » immédiate en Ukraine pour arrêter le massacre de civils par l’armée.

 

 

Imposer «zone d’exclusion aérienne » en Ukraine ?

Imposer «zone d’exclusion aérienne » en Ukraine ?

Dans de plus en plus de capitales occidentales s’organisent des manifestations générées par le dépassement de « ligne rouge » en Ukraine en raison de plans de bombardement de Donetsk par des Su-25 et MiG-29, provoquant en ce jour plus de 50 morts parmi les civils.

Les manifestants demandent à l’ONU d’imposer une «zone d’exclusion aérienne » immédiate en Ukraine pour arrêter le massacre de civils par l’armée.

Actuellement, nous assistons au plus grand génocide basé sur des critères ethniques depuis la Seconde Guerre mondiale, face aux 18 millions de Russes qui sont la minorité russe en Ukraine. Toutes les demandes adressées jusqu’ici à Kiev par la Russie, à cesser d’utiliser l’armée contre la population d’origine russe en Ukraine orientale qui demandent le respect de ses droits, et d’engager des négociations avec ses représentants pour réinstaller le calme, ont été rejetées. Par ailleurs, le lendemain de son élection à la présidence, Piotr Porochenko disant ne pas se satisfaire du désarmement des combattants pro-russes et de la libération des bâtiments qu’ils occupaient, a ordonné à l’armée d’exterminer les groupes insurgés ainsi que les civils résidant dans les régions de Donetsk et Lougansk.

En introduisant des équipements de combat lourds comme une part active de l’opération, comme les avions chasseurs-bombardiers, les hélicoptères d’attaque Mi-24 et des lance-missiles BM-21 Grad, les dirigeants pro-occidentaux de l’Ukraine et les généraux de l’armée ukrainienne se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité. D’autant plus que Kiev a empêché l‘approvisionnement en produits de première nécessité les localités de l’est de l’Ukraine assiégées par l’armée, et ne permet pas l’entrée de l’aide humanitaire offerte par différents états, comme l’exigent les Conventions de Genève concernant les questions humanitaires et la protection des civils dans les conflits armés. Selon le Statut de la Cour pénale internationale (adoptée en 1998 à Rome), la place de Porochenko, des membres du gouvernement et du Parlement, ainsi que les généraux ukrainiens n’est pas sur le fauteuil présidentiel, dans les bureaux de Kiev et de l’Etat-major en Ukraine, mais sur le banc des accusés pour génocide.

Étant donné que sa principale préoccupation est l’isolement international de la Russie, ne voulant donc pas intervenir en aucune manière pour soutenir la minorité russe en Ukraine qui est en train de subir un génocide, les États-Unis avec la Grande-Bretagne et la France, membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, ne veulent pas voir la grave crise humanitaire qui se déroule sous leurs yeux, les jeux ayant été faits à Washington et les ordres américains ayant été donnés avant même que Ianoukovitch n’ait été démis de ses fonctions.

Les mauvaises nouvelles pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et leurs satellites c’est que, une fois dépassée la «ligne rouge», pour appliquer les principes du Droit International, droit à partir duquel a été créé l’ONU, il n’est pas besoin de demander l’accord des uns ou des autres pour imposer une  » zone d’exclusion aérienne  » en Ukraine, étant donné qu’il y a eu des précédents au Kosovo et en Libye. Dans un précédent article, j’avais dit que l’armée ukrainienne allait bientôt se rendre compte de ce que valait la protection des États-Unis au sujet de son génocide contre son propre peuple, et l’évacuation des enfants de Slaviansk devrait leur donner une idée de ce qui est en train de se préparer pour eux au sujet des crimes commis.

 

Imposer «zone d’exclusion aérienne » en Ukraine ?

Imposer «zone d’exclusion aérienne » en Ukraine ?

Dans de plus en plus de capitales occidentales s’organisent des manifestations générées par le dépassement de « ligne rouge » en Ukraine en raison de plans de bombardement de Donetsk par des Su-25 et MiG-29, provoquant en ce jour plus de 50 morts parmi les civils.

Les manifestants demandent à l’ONU d’imposer une «zone d’exclusion aérienne » immédiate en Ukraine pour arrêter le massacre de civils par l’armée.

Actuellement, nous assistons au plus grand génocide basé sur des critères ethniques depuis la Seconde Guerre mondiale, face aux 18 millions de Russes qui sont la minorité russe en Ukraine. Toutes les demandes adressées jusqu’ici à Kiev par la Russie, à cesser d’utiliser l’armée contre la population d’origine russe en Ukraine orientale qui demandent le respect de ses droits, et d’engager des négociations avec ses représentants pour réinstaller le calme, ont été rejetées. Par ailleurs, le lendemain de son élection à la présidence, Piotr Porochenko disant ne pas se satisfaire du désarmement des combattants pro-russes et de la libération des bâtiments qu’ils occupaient, a ordonné à l’armée d’exterminer les groupes insurgés ainsi que les civils résidant dans les régions de Donetsk et Lougansk.

En introduisant des équipements de combat lourds comme une part active de l’opération, comme les avions chasseurs-bombardiers, les hélicoptères d’attaque Mi-24 et des lance-missiles BM-21 Grad, les dirigeants pro-occidentaux de l’Ukraine et les généraux de l’armée ukrainienne se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité. D’autant plus que Kiev a empêché l‘approvisionnement en produits de première nécessité les localités de l’est de l’Ukraine assiégées par l’armée, et ne permet pas l’entrée de l’aide humanitaire offerte par différents états, comme l’exigent les Conventions de Genève concernant les questions humanitaires et la protection des civils dans les conflits armés. Selon le Statut de la Cour pénale internationale (adoptée en 1998 à Rome), la place de Porochenko, des membres du gouvernement et du Parlement, ainsi que les généraux ukrainiens n’est pas sur le fauteuil présidentiel, dans les bureaux de Kiev et de l’Etat-major en Ukraine, mais sur le banc des accusés pour génocide.

Étant donné que sa principale préoccupation est l’isolement international de la Russie, ne voulant donc pas intervenir en aucune manière pour soutenir la minorité russe en Ukraine qui est en train de subir un génocide, les États-Unis avec la Grande-Bretagne et la France, membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, ne veulent pas voir la grave crise humanitaire qui se déroule sous leurs yeux, les jeux ayant été faits à Washington et les ordres américains ayant été donnés avant même que Ianoukovitch n’ait été démis de ses fonctions.

Les mauvaises nouvelles pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et leurs satellites c’est que, une fois dépassée la «ligne rouge», pour appliquer les principes du Droit International, droit à partir duquel a été créé l’ONU, il n’est pas besoin de demander l’accord des uns ou des autres pour imposer une  » zone d’exclusion aérienne  » en Ukraine, étant donné qu’il y a eu des précédents au Kosovo et en Libye. Dans un précédent article, j’avais dit que l’armée ukrainienne allait bientôt se rendre compte de ce que valait la protection des États-Unis au sujet de son génocide contre son propre peuple, et l’évacuation des enfants de Slaviansk devrait leur donner une idée de ce qui est en train de se préparer pour eux au sujet des crimes commis.

Le blocage des avions de combat ukrainiens (MiG-29, Su-24, Su-25, Su-27, L-39) sur les six bases aériennes qui sont disponibles, en mettant temporairement hors service les pistes d’atterrissage, est la principale méthode pour imposer une zone d’exclusion aérienne. Dans les conditions actuelles de l’Ukraine, la restauration des pistes prend au moins sept jours, au cours desquels les avions resteront au sol, ce qui élimine le risque de bombarder des civils pendant quelque temps. Un autre objectif de la zone d’exclusion aérienne serait de clouer au sol, pour une longue période, les 40 hélicoptères d’attaque Mi-24 et les 30 hélicoptères de transport Mi-17 disposés dans deux bases aériennes ukrainienne et fréquemment utilisés dans la dite opération anti-terroriste contre l’Est de l’Ukraine. D’après l’expérience de l’OTAN dans l’application de la « zone d’exclusion aérienne » en Libye, les planificateurs de l’opération savent que les deux missions ne suffisent pas, aussi longtemps que l’armée ukrainienne, pour la soi-disant opération anti-terroristes, sera composée de trois à quatre brigades ukrainiennes renforcées par trois bataillons de la garde nationale composés de fanatiques ukrainiens de la région de Lvov qui, dit-on, sont commandés par des mercenaires d’une entreprise de sécurité américaine. Les soi-disants troupes anti-terroristes disposent de plus de 400 blindés légers et pièces d’artillerie et d’un effectif de 6.000 hommes. Le paradoxe est que, ces dernières années, la région de Lvov a été dévastée par les inondations et seuls les résidents du Donbass, c’est à dire la minorité russe, a recueilli des fonds pour aider à rétablir les ménages frappés. En guise de remerciement, des volontaires de la région de Lvov ont rejoint la Garde nationale et sont allés à Donbass pour tuer de sang-froid les enfants de ceux qui leur ont donné un coup de main.

Environ 40% de ces bandes sont concentrés dans trois garnisons situées dans l’est de l’Ukraine, où se situe la structure de la direction de l’opération ‘’antiterroriste’’. Ce sont des groupes d’intervention et ils sont conçus pour se déplacer à la demande pour renforcer le dispositif offensif qui prend en charge l’attaque des insurgés, ou pour soutenir le dispositif s’il est attaqué par surprise. Les blindés légers d’intervention sont disposés dans des hangars en tôle ondulée ou en plein air, ce qui les rend très vulnérables aux attaques avec des sous-munitions dispersées au-dessus de la caserne. Les 60% restants des troupes sont disposés en permanence dans des points obligatoires situés sur les artères de communication routière, les entrées et sorties des lieux assiégés. Chaque point d’appui est constitué d’une troupe de moins d’une compagnie d’infanterie (90 soldats), avec quelques blindés ou pièces d’artillerie. Les points d’appui sont en dehors des villes où il n’y a pas d’abris pour les troupes et les blindés légers, et sont donc des cibles pour des sous-munitions dispersées au-dessus d’eux.

Il ne faut pas perdre de vue le fait que la crise humanitaire a commencé avec le massacre de la minorité russe à Odessa et que le génocide peut se déplacer à tout moment dans la région. Il existe des preuves suffisantes que le bataillon des fanatiques de la Garde nationale, qui comptaient parmi eux des mercenaires occidentaux, a été directement impliqué dans l’organisation et l’exécution du pogrom de la Chambre des syndicats à Odessa, en servant de cantonnement, en fournissant l’équipement, l’armement et les moyens de transport d’une des grandes unités mécanisées ukrainiennes basée à Odessa.

Si la Russie hésite à imposer immédiatement la zone d’exclusion aérienne à l’Ukraine, il va y avoir un réveil de cet état et il sera invité à adhérer à l’OTAN avant le sommet de Septembre 2014, et pour résoudre ses problèmes internes, Kiev va multiplier par 1000 les effets dévastateurs sur la population des techniques de combat de l’armée ukrainienne, par l’utilisation des 260 Lanceurs multiples de missiles de type BM-21, 9P140 Ouragan et 9A52-2 Smerch qu’elle détient.

 

En outre, l’Ukraine recevra les armées des pays de l’OTAN qui seront bientôt déployées dans le pays, intensifiant le génocide contre la population russe, transformant l’est de l’Ukraine en ruines. Ce sera en Europe centrale, la plus grande catastrophe humanitaire en temps de « paix », de par la volonté des Etats-Unis avec des millions de victimes civiles ukrainiens d’ethnie russe.

La Russie dispose d’une flotte de 140 bombardiers supersoniques Tupolev Tu- 22M3 armés chacun de 8 missiles de croisière, 15 Tu- 160 armés avec chacun 12 missiles de croisière, 55 bombardiers subsoniques Tu- 95 armés chacun de huit missiles de croisière. Le Kh-101 est le furtif de nouvelle génération, similaire à la version moderne américaine de l’AGM- 86 Tomahawk, qui est entré en dotation de l’armée russe depuis 2013, remplaçant une partie des missiles de croisière Kh-55/Kh-555. Les deux types de missiles de croisière, dont le nombre actuel équipant l’armée russe est de 2500 pièces, ont une portée de 2500 km. Après le début de la crise ukrainienne, l’armée russe a renoncé à retirer les près de 600 missiles Kh-555, déjà remplacés par les Kh-101. Ils ont été remis en état de fonctionnement par des tests non destructifs et l’installation de nouveaux microprocesseurs TERCOM. En raison de son grand rayon d’action (2500 km) le lancement des missiles de croisière à bord des bombardiers russes, se fait à partir de l’espace aérien russe. Comme le système national de surveillance de l’espace aérien, les radars de contrôle de l’aviation et la défense AA de l’Ukraine sont d’origine soviétique et de deux générations plus âgées que les équipements disponibles actuellement dans l’armée russe, la Russie n’aura aucun problème pour les neutraliser par brouillage. Ainsi, la probabilité de traverser la défense AA ukrainienne par les missiles de croisière russes est de 100 % plus élevée que pour les États-Unis en Libye, l’Irak ou la Yougoslavie. Une piste de dimensions 2500/60m est mise hors service par des frappes avec des missiles de croisière d’une charge anti- piste de 500 kg, visant dans le premier tiers, le tiers médian et le dernier tiers.

La destruction au sol des 40 hélicoptères d’attaque Mi-24 et des 30 de transport Mi-17, disposés dans deux bases aériennes ukrainiennes, stationnés à ciel ouvert sur des bretelles de roulement, est aussi très simple, grâce à des missiles de croisière lancés de bombardiers depuis l’espace aérien russe.

Contrairement aux pistes d’aérodrome, les troupes et les blindés Ukrainiens ont une certaine mobilité, la probabilité de destruction du dispositif ‘’antiterroriste’’ n’est pas de 100 %. Par conséquent, après la première vague de frappe de missiles de croisière et l’évaluation de l’efficacité sur le dispositif dit antiterroriste, suivent une deuxième, puis une troisième frappe et ainsi de suite, chacune d’une durée n’excédant pas une heure. Comme ni les bombardiers russes ni les missiles de croisière n’entrent dans le champ d’action des moyens de l’OTAN et que les bombardiers russes n’entrent pas dans le territoire de l’Ukraine, les armées de l’OTAN ne peuvent pas intervenir ni protéger l’aviation ukrainienne ou l’armée dans la région de Donetsk et Lougansk.

Etant donné qu’Odessa est située sur la mer Noire, la mission de destruction des éléments de l’appareil militaire ukrainien qui ont participé au pogrom de la Maison des syndicats peut être exécutée en dehors des eaux territoriales de l’Ukraine, avec des missiles P- 270 Moskit (portéee 120 km), lancés par la corvette de classe Bora appartenant à la flotte de la mer Noire. Si nécessaire, il pourrait être envisagé que le reste de l’armée ukrainienne, se retire complètement, dans les 24 heures, sur une ligne située à l’extrême ouest de l’Ukraine.

Traduction Avic – Réseau International

.

Assassinat de civils par l’armée ukrainienne. Attention : images très dures

 

 

 

Le dispositif de l’aviation militaire de l’Ukraine

Map-Ukraine

 

 


Ukraine : l'UE laisse faire le massacre de la population

Ukraine : l'UE laisse faire le massacre de la population

 

 

Des corps de civils coupés, déchiquetés, gisent dans des litres de sang ce 2 juin, une semaine après l'élection du nouveau président ukrainien. Vendredi dernier, Herman Van Rompuy a reçu, en Allemagne, le Prix Charlemagne, un prix qui récompense un constructeur de l'Europe. Van Rompuy était accompagné du Premier ministre par intérim ukrainien Arseni Iatseniouk, qui soutient la résurrection de l'idéologie nazie de Bandera et les bombardements sur le Donbass. BHL continue de vanter le gouvernement provisoire de Kiev après avoir soutenu Maïdan. L'horreur est au quotidien, en Ukraine. Le peuple français ne bouge pas quand le peuple allemand manifeste contre la guerre. Les responsables politiques et les médias français taisent l'ampleur des massacres. L'Europe s'enfonce dans la guerre et la barbarie en cette semaine du 70e anniversaire du débarquement.

Les massacres continuent, l’UE sable le champagne. Les instances internationales soutiennent les massacres en Ukraine comme les bombardements d'écoles, d'hôpitaux, de rues, de villages et de villes. L'OSCE est l'un de ces exemples, qui a invité l'armée ukrainienne à poursuivre ses bombardements et ses expéditions punitives sur les villes et villages du Donbass ce 31 mai. « Moscou est indigné par les appels du médiateur de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour l'Ukraine, le diplomate allemand Wolfgang Ischinger à +intensifier l'opération antiterroriste+ dans le Sud-est ukrainien », souligne samedi la diplomatie russe. Le 30 mai, Van Rompuy recevait en Allemagne à Aix-la-Chapelle le Prix Charlemagne. Arseni Iatseniouk était de la fête, à sabler le champagne. L'Allemagne et l'UE invitent selon les manifestants allemands un criminel de guerre et la population allemande l'accueille en hurlant « meurtrier » (https://www.youtube.com/watch?v=UJ-5ZWCee5E). Comment peut-on fêter la construction de l'Europe dans de telles conditions ? Comment peut-on continuer avec cette UE ? A regarder de plus près le Prix Charlemagne, on découvre que le juriste Walter Hallstein, un nazi devenu le 1e président de la Commission Européenne comme l'explique François Asselineau, a reçu le Prix Charlemagne en 1961 (https://www.youtube.com/watch?v=nwS0E1N1OCg%20).

Ce lundi 2 juin une femme, allongée sur le sol, devant un bâtiment administratif de Lougansk demande à l'aide en tentant de se soulever sur son torse (https://www.youtube.com/watch?v=05m9gLftj5M). Ses jambes ont été broyées dans l'attaque de l'armée de l'air ukrainienne de ce lundi dans le centre de la ville de Lougansk. Autour d'elle des corps de femmes mutilées inertes. Un homme est allongé, grièvement blessé. Dans la rue se trouvent des victimes (https://www.youtube.com/watch?v=HdqLGqRWKZg).

Arrivés de soldats. Des bataillons se forment des deux côtés du front pour mener le combat. Du côté des forces du gouvernement provisoire de Kiev, de nouvelles recrues arrivent dans les rangs de l'armée soutenue par Washington, l'OTAN et UE pour alimenter l’organisation paramilitaire fasciste ukrainienne Secteur Droit, créée par le leader du mouvement extrémiste Dmitri Iaroch, qui prend la forme d'un bataillon Donbass, sans oublier les mercenaires des sociétés privées comme Academi. Du côté des pro-Russes le bataillon Vostok composé de plus de 1000 soldats, défend le Donbass. Il est épaulé par le bataillon du colonel Strelkov Igor Ivanovich. Le soldat de l'élite de la RDA, qui a appelé à fonder le bataillon Ernst Thälmann, pour défendre le Donbass anti-Bandera, a disparu cette semaine du site qui l'employait pour former des forces spéciales privées. La guerre, le génocide des russophones, le massacre d'une même population, s'installent dans la durée comme nous le montre ces images du 3 juin. Le Donbass envoie ses enfants se réfugier en Crimée (https://www.youtube.com/watch?v=1HKz7ER7-LQ). N


les dictateurs n'aiment pas les élections ils préférent des farces facon lybie, ukraine, cote d'ivoire ou usa etc.....

 

 

Présidentielle en Syrie: l'OTAN ne reconnaîtra pas les résultats (Rasmussen)

Présidentielle en Syrie: l'OTAN ne reconnaîtra pas les résultats (Rasmussen)

BRUXELLES, 3 juin - RIA Novosti / La Voix de la Russie Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen estime qu'aucun des 28 pays membres de l'Alliance ne reconnaîtra les résultats de l'élection présidentielle en Syrie.

"La présidentielle syrienne est une farce. Elle ne correspond pas aux normes internationales réglementant des élections libres, honnêtes et justes. Je suis convaincu qu'aucun allié ne reconnaîtra les résultats de cette prétendue élection", a déclaré M. Rasmussen, commentant à la demande d'un journaliste l'élection présidentielle qui se déroule aujourd'hui en Syrie.

Les Syriens se rendent mardi aux urnes pour élire le chef de l'Etat. Pour la première fois dans l'histoire du pays, le scrutin oppose trois candidats : le président sortant Bachar el-Assad, le professeur de l'université de Damas Hassan Al-Nouri et le député du parlement national Maher al-Hajjar. Les deux derniers représentent l'opposition syrienne modérée.

Le président Assad est considéré comme le favori de la course présidentielle.

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : spartacus info
  • spartacus info
  • : notre volonté est d'informer et de combattre la désinformation des médias bourgeois aux ordres spartacus est un hommage à ce premier révolutionnaire de l'histoire et à rosa de luxemburg pour moi véritable continuatrice de l’œuvre de Marx elle meurt assassiné aux côtés de Karl Liebknecht par la sociale démocratie le 15 janvier 1919
  • Contact

Recherche

Pages