Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 00:48

propagande , dictatures , assassinats d'opposants , guerres sous aux drapeaux , attentas avec mercenaires soit disant islamiste etc etc ......... voilà le programme des monstres usraeliens qui se revendiquent fièrement sionistes cette idéologie raciste qui n'a rien à envier au nazisme ou au fascisme ils sont même bien pire , il nous faut réagir dans nos pays respectif , dénoncer leurs mensonges , manipulations , leurs assassinas de masse comme en Libye , Syrie ou actuellement en Ukraine nous concernant en France il est évident que notre gouvernement actuel valls et hollande en tête ne sont que les larbins zélé de l'administration israeloaméricaine bref sioniste tout comme le précédent gouvernement qui lui été un peu plus instrumentalisé par l'administration us , l'actuel est lui plus instrumentalisé par Tel-Aviv via le crif et la licra vrai gouvernement d'occupation!!!!!!!!! ces personnes devront être jugé pour haute trahison , intelligence avec une puissance étrangère mais en attendant il nous faut être sur tout les fronts pour contrer leurs manipulations qui mènent toujours à la barbarie , le temps nous est compté si nous voulons légué un monde vivable à nos enfants .

USA : administration Obama

Dans un remarquable effort de communication, l’Empire anglo-saxon a réussi à restaurer l’image d’États-Unis démocratiques et responsables que George W. Bush n’avait pas su préserver. Suscitant un vaste élan de sympathie, partout dans le monde, Barack Obama joue de son son titre de premier président noir des USA, de son charme et de son élégance pour poursuivre par d’autres moyens la politique de prédation de ses prédécesseurs. Il accorde l’immunité complète à l’administration Bush, poursuit l’occupation de l’Irak, étend celle de l’Afghanistan, utilise la crise économique pour renforcer l’exploitation du tiers-monde par le FMI et la Banque mondiale, contraint les capitaux placés dans des pays étrangers à se réfugier dans les paradis fiscaux anglo-saxons, utilise les crises écologiques pour imposer des normes économiques asymétriques, manipule la lutte contre les pandémies pour imposer une autorité supranationale, etc.

international

Parlementaire afghan: les soldats US ne quitteront jamais l'Afghanistan

Selon le député du parti Solidarité afghan Khafez Rasekh, les Etats-Unis créent une tête de pont sur le territoire afghan, qui pourrait leur servir à réaliser leurs projets stratégiques concernant la Russie, la Chine et l'Iran.

Les soldats américains ne quitteront jamais l'Afghanistan que les Etats-Unis considèrent comme une tête de pont pour des missions stratégiques en Russie, en Chine et en Iran, a déclaré Khafez Rasekh, parlementaire afghan.

"J'ai déclaré à maintes reprises que le contingent militaire américain ne quittera jamais l'Afghanistan. Les Etats-Unis ont de grands projets stratégiques concernant la Russie, la Chine et l'Iran. Ils sont en train de créer une tête de pont sur le territoire afghan, qui pourrait leur servir à accomplir des missions dans ces pays", a indiqué M.Rasekh, député du Parti Solidarité (Hezb-e Hambastagi-ye Afghanistan).

© US Army / Spc. Ken Scar, 7th MPAD

Afghanistan: le départ des troupes de l'Otan doit être différé (Kaboul)

La Maison blanche a annoncé mardi, à l'issue d'entretiens entre les présidents américain et afghan, Barack Obama et Ashraf Ghani, que les Etats-Unis comptent maintenir 9.800 soldats en Afghanistan jusqu'à la fin de 2015. Les deux pays adopteront un nouveau calendrier de retrait des troupes américaines compte tenu de la situation, mais les effectifs américains en Afghanistan seront réduits au nombre nécessaire pour garantir la sécurité des diplomates d'ici 2017.

Afghanistan: une nouvelle mission de l'Otan à partir de 2015

Selon Hossein Ruivaran, expert du Proche-Orient et professeur à l'Université de Téhéran, la présence des militaires américains ne fera qu'aggraver les problèmes de l'Afghanistan. "La présence des troupes sur le territoire afghan ne réglera jamais les problèmes de ce pays. Nous avons vu que la force militaire n'a pas réussi à éradiquer l'extrémisme religieux et le terrorisme en Afghanistan, mais a contribué à la propagation de ces fléaux en Asie centrale. A mon avis, la présence de 9.800 soldats en Afghanistan est tout à fait illégitime et erronée. L'Iran se prononce contre la présence militaire de l'Occident dans la région. L'Iran est persuadé que le contingent militaire américain n'aidera pas nos voisins afghans", a indiqué M.Ruivaran à Sputnik Persian.

Petits cadeaux entre amis


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150325/1015337455.html#ixzz3VRzXwryG


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150325/1015337455.html#ixzz3VRzIOxIE

République tchèque

Pour protester contre un passage de blindés US via le territoire tchèque, des militants ont placé des panneaux « Tanks? No, thanks! » sur les routes du pays.

Les militants tchèques ont placé des panneaux routiers portant l'inscription « Tanks? No, thanks! » (Chars? Non, merci!) le long du prochain passage de véhicules blindés américains, annoncent lundi les médias tchèques.

© REUTERS/ Ints Kalnins

La République tchèque accueillera des exercices de l'Otan

Les organisateurs des actions de protestation sont persuadés que le passage de véhicules se transformera en une sorte de défilé de la Victoire lors duquel les militaires américains "essaieront d’impressionner la population locale par la puissance militaire des Etats-Unis".

D'habitude, le matériel militaire est déplacé par rail, mais actuellement, alors que les relations entre la Russie et les Etats-Unis sont assez tendues, le commandement américain a décidé de transférer son convoi militaire par les routes des pays membres de l'Alliance atlantique.

"L'idée est de montrer aux habitants des pays alliés qui vivent à proximité de l'Ours que nous sommes tout près. Le président Poutine s'entraîne constamment à déplacer librement ses troupes. Il les déplace quand il veut et où il veut, à travers toute la Russie", a déclaré commandant des forces des Etats-Unis en Europe, le général Ben Hodges.

A son tour, le rédacteur en chef du portail Protiproud Petr Hajek a déclaré que "nous assistons à une démonstration de force, destinée concrètement à la société tchèque. Il s'agit d'une démarche choquante dans le cadre des visées impérialistes des Etats-Unis. Je prévois des protestations sérieuses de l'opinion publique – tant de la part d’individus que de groupes de personnes. Mais dans l'actuelle guerre de l'information, les médias essaieront de garder le silence. Le ministre de la Défense a déjà déclaré que tout serait fait pour empêcher les protestataires d'entrer en contact avec le convoi militaire. Je vois mal comment les autorités réussiront à empêcher les habitants de crier leur colère aux militaires américains qui parcourront les routes du pays".


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150323/1015295468.html#ixzz3VS8VnHYn

syrie

Idleb: Assad perd?!!

IRIB- Depuis cinq jours, les milices takfiris multiplient des assauts contre les positions

de l'armée, dans cette province : les assauts sont effectués à coups de canon dit "Canon de l'enfer" et de mortiers artisanaux. Idleb et les villages de cette province ont été pris pour cible de vastes attaques, réunies sous le nom de "Bataille d'Idleb". Le rif Nord de la ville a été le théâtre de très violents combats opposant les forces armées aux terroristes takfiris de Daesh et d'Al-Nosra. Mais comment la bataille a-t-elle été organisée? Les sources syriennes soulignent : des renseignements sécuritaires, sur le rassemblement des terroristes autour d'Idleb et de Deraa, ainsi que sur les frontières avec la Turquie, ont décidé l'aviation syrienne à multiplier ses raids contre les positions des terroristes. Il s'agissait, en effet, d'une action préventive menée contre les poches terroristes, dans les champs de Brouma et de Tal As, de Khan Cheikhoun, de Taftanaz. Les raids ont fait des dizaines de morts et de blessés, dans les rangs des terroristes. Une grande quantité d'équipements militaires et d'armements ont, également, été détruits. Les médias altantistes ont, ces derniers jours, fait état de la chute d'Idleb aux mains d'Al-Nosra, "information, totalement, mensongère", selon l'armée syrienne. "L'attaque des terroristes a été lancée, à partir de deux axes du Nord et du Sud de la ville d'Idleb, et elle a été, violemment, repoussée, alors que les terroristes continuaient à pilonner les deux cités de Fouaa et de Kfaria. Sur les réseaux sociaux, les terroristes ont fait accompagner leur offensive d'une large campagne médiatique, et ce, dans l'objectif de saper le moral des habitants de la ville. Or, Idleb est sous contrôle de l'armée. Mais où se trouvent, en ce moment, les rassemblements des terroristes ? Sur l'axe Nord et Nord-Est de la ville, soit dans les champs de Brouma, de Marat Massrin, de la prison centrale, à Baach, à Sarmin. sur l'axe Sud-Est , les repaires des terroristes se trouvent situés dans les cités de Ghaminas, ainsi que dans les champs de Sarmin et sur l'axe occidental, à Baklafoun, à Filoun, à Al-Pin Chayb, à Kfar Takharim. L'autorout Idleb -Harem est, aussi, aux mains des terroristes. Mais que cherchent les milices armées? Les terroristes nosratistes visent, en effet, à s'emparer de la ville d'Idleb et des deux cités d'Al-Foua et de Kfariya, qui se situent à 9 kilomètres de la ville d'Idleb. Il s'agit, pour les Takfiris, de prendre, surtout, le contrôle de Bab al-Hawa, qui constitue la principale voie d'approvisionnement des terroristes entre Alep, dans le Nord, et Lattaquié, dans l'Est. Les terroristes bénéficient du soutien logistique des Israéliens. Mardi l'armée syrienne a abattu un drone de reconnaissance des Takfiris, muni de caméras performantes, au-dessus duNord d'Idleb. Il s'agit du quatrième drone à avoir été abattu, en un mois, dans la ville d'Idleb.

France

MÊME PAS HONTE. Accusé d’« opacité », le spectacle de Dieudonné annulé par l’« in »-justice

NÎMES – Une représentation de Dieudonné, prévue samedi à Avignon, n’aura pas lieu, après la validation en justice ce mercredi 25 mars de la résiliation du contrat de location du parc des expositions, justifiée par son exploitant par l' »opacité » entourant le spectacle. Fichtre.

Mauvaise foi et aucune base juridique.

Le premier président de la cour d’appel de Nimes Bernard Keime Robert-Houdin, a refusé mardi l’appel urgent à jour fixe déposé par l’avocat de Dieudonné, après la validation lundi par un juge des référés du tribunal de grande instance d’Avignon de l’annulation du contrat de location.

Avignon tourisme, société d’économie mixte qui gère le parc des expositions, avait résilié le 2 décembre 2014 le contrat de location d’une salle pour un spectacle de l’humoriste signé quatre mois auparavant. L’annulation de ce contrat était contestée par la société de production de Dieudonné.

La filouterie pour censurer.

Trois noms de spectacle différents ? Or, tout le monde sait que l’humoriste sort un spectacle par an et par conséquent, il joue « La Bête Immonde ». Lors de la signature du contrat, la prestation scénique de l’humoriste était appelée Spectacles Dieudonné, puis les places ont été vendues en billetterie sous la dénomination Dieudonné en tournée, mais sur le site internet il était précisé qu’il s’agissait de La bête immonde, a expliqué l’avocate de la société gestionnaire, Maître Alvarez.

Avignon tourisme a estimé qu’il y avait (…) une certaine volonté de tromperie sur le spectacle qui serait joué Maître Alvarez, avocate d’Avignon tourisme.

Eviter d’être condamné pour refus de vente.

« Avignon tourisme a estimé qu’il y avait beaucoup d’opacité et une certaine volonté de tromperie sur le spectacle qui serait joué », a-t-elle indiqué. Selon une clause du document, la société de production avait l’obligation d’informer Avignon tourisme sur le contenu du one man show. Et pourtant, le Conseil d’Etat l’a bel et bien validé. Bref, il fallait trouver une faille pour censurer.

Ne pas perdre devant le tribunal administratif.

« La réalité c’est qu’on ne veut pas de Dieudonné, plutôt que de prendre un arrêté qui aurait été examiné par le tribunal administratif, on utilise un autre biais et on cherche dans le contrat un point de détail qui est le libellé du spectacle », a déclaré l’avocat de l’humoriste, Maître Verdier. Le conseil, qui s’est dit « effaré », va assigner Avignon tourisme pour obtenir des indemnisations.

« Sous nos yeux »

Netanyahu sonne la fin de la « solution à deux États »

par Thierry Meyssan

Les accords d’Oslo, que Yitzhak Rabin et Yasser Arafat avaient imposés à leurs peuples, sont morts durant la campagne électorale israélienne. Benjamin Netanyahu a emmené les colons juifs dans une impasse qui sera nécessairement fatale au régime colonial de Tel-Aviv. De même que la Rhodésie ne vécut que 15 ans, les jours de l’État hébreu sont désormais comptés.

Durant sa campagne électorale, Benjamin Netanyahu a affirmé avec franchise que, lui vivant, jamais les Palestiniens n’auraient d’État à eux [1]. Ce faisant, il a mis fin à un « processus de paix » qui traînait en longueur depuis les accords d’Oslo, il y a plus de 21 ans. Ainsi s’achève le mirage de la « solution à deux États ».

M. Netanyahu s’est présenté comme un fier-à-bras, capable d’assurer la sécurité de la colonie juive en écrasant la population autochtone.
Il a apporté son soutien à al-Qaïda en Syrie.
Il a attaqué le Hezbollah à la frontière du Golan, tuant notamment un général des Gardiens de la Révolution et Jihad Moghniyé.
Il est allé défier le président Obama en dénonçant au Congrès les accords que son administration négocie avec l’Iran.

Les électeurs ont choisi sa voie, celle de la force.

Pourtant, à y regarder de plus près, tout cela n’est pas glorieux et n’a pas d’avenir.

M. Netanyahu a remplacé la force d’interposition des Nations unies par la branche locale d’al-Qaïda, le Front al-Nosra. Il lui a offert un soutien logistique transfrontalier et s’est fait photographier avec des chefs terroristes dans un hôpital militaire israélien. Cependant, la guerre contre la Syrie est une défaite pour l’Occident et les pays du Golfe. Selon les Nations unies, la République arabe syrienne ne parvient qu’à sécuriser 60 % de son territoire, mais ce chiffre est trompeur puisque le reste du pays est massivement un désert, par définition incontrôlable. Or, toujours selon les Nations unies, les « révolutionnaires » et les populations qui les soutiennent, qu’il s’agisse de jihadistes ou de « modérés » (c’est-à-dire d’ouvertement pro-Israéliens), ne sont que 212 000 sur les 24 millions de Syriens. C’est-à-dire moins d’1 % de la population.

L’attaque contre le Hezbollah a certes tué quelques personnalités, mais il a été immédiatement vengé. Alors que M. Netanyahu affirmait que la Résistance libanaise était embourbée en Syrie et ne pourrait pas répliquer, le Hezbollah avec une froide précision mathématique a tué quelques jours plus tard, à la même heure, le même nombre de soldats israéliens, dans la zone occupée des Fermes de Chebaa. En choisissant les Fermes de Chabaa, la zone la mieux sécurisée par Tsahal, le Hezbollah lançait un message de puissance absolument dissuasif. L’État hébreu a compris qu’il n’était plus le maître du jeu et a encaissé ce rappel à l’ordre sans broncher.

Enfin, le défi lancé au président Obama risque de coûter cher à Israël. Les États-Unis négocient avec l’Iran une paix régionale qui leur permette de retirer l’essentiel de leurs troupes. L’idée de Washington, c’est de parier sur le président Rohani pour faire d’un État révolutionnaire une simple puissance régionale. Les États-Unis reconnaîtraient la puissance iranienne en Irak, en Syrie et au Liban, mais aussi à Bahrein et au Yémen, en échange de quoi Téhéran cesserait d’exporter sa Révolution en Afrique et en Amérique latine. L’abandon du projet de l’imam Khomeiny serait garanti par une renonciation à son développement militaire, particulièrement mais pas uniquement, en matière nucléaire (encore une fois, il ne s’agit pas de la bombe atomique, mais des moteurs à propulsion nucléaire). L’exaspération du président Obama est telle que la reconnaissance de l’influence iranienne pourrait aller jusqu’à la Palestine.

Benjamin Netanyahu endosse les habits de Ian Smith qui, en 1965, refusant de reconnaître les droits civiques des noirs de Rhodésie, rompit avec Londres et proclama son indépendance. Mais Ian Smith ne parvint pas à gouverner son État colonial qui fut dévoré par la résistance de l’Union nationale africaine de Robert Mugabe. Quinze ans plus tard, M. Smith devait renoncer tandis que la Rhodésie devenait le Zimbabwe et que la majorité noire arrivait au pouvoir.

Les gesticulations de M. Netanyahu, comme jadis celles de Ian Smith, visent à masquer l’impasse dans laquelle il a plongé les colons. En gagnant du temps, durant les six dernières années, au lieu d’appliquer les accords d’Oslo, il n’a fait qu’accroître la frustration de la population indigène. Et en annonçant qu’il a fait patienter l’Autorité palestinienne pour rien, il provoque un cataclysme.

D’ores et déjà, Ramallah a annoncé qu’il cesserait toute coopération sécuritaire avec Tel-Aviv si M. Netanyahu était à nouveau nommé Premier ministre et appliquait son nouveau programme. Si une telle rupture a lieu, la population de Cisjordanie, et bien entendu de Gaza, devrait se heurter à nouveau à Tsahal. Ce serait la Troisième Intifada.

Tsahal craint tellement cette situation que ses principaux officiers supérieurs à la retraite ont constitué une association, Commanders for Israel’s Security, qui n’a cessé de mettre en garde contre la politique du Premier ministre. Ce dernier s’est avéré incapable de constituer une autre association pour le défendre. En réalité, c’est toute l’armée qui s’oppose à sa politique. Les militaires ont bien compris qu’Israël pourrait encore étendre son hégémonie, comme au Sud-Soudan et au Kurdistan irakien, mais qu’il ne pourrait plus étendre son territoire. Le rêve d’un État colonial du Nil à l’Euphrate est irréalisable et appartient à un siècle révolu.

En refusant la « solution à deux États », Benjamin Netanyahu croit ouvrir la voie à une solution à la rhodésienne. Or, cet exemple a montré qu’il n’était pas viable. Le Premier ministre peut célébrer sa victoire, elle sera de courte durée.

En réalité, son aveuglement ouvre la voie à deux autres options : soit une solution à l’algérienne, c’est-à-dire l’expulsion de millions de colons juifs dont beaucoup n’ont pas d’autre patrie pour les accueillir, soit une solution à la sud-africaine, c’est-à-dire l’intégration de la majorité palestinienne dans l’État d’Israël selon le principe « un homme, une voix » ; la seule option humainement acceptable.

Thierry Meyssan

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : spartacus info
  • spartacus info
  • : notre volonté est d'informer et de combattre la désinformation des médias bourgeois aux ordres spartacus est un hommage à ce premier révolutionnaire de l'histoire et à rosa de luxemburg pour moi véritable continuatrice de l’œuvre de Marx elle meurt assassiné aux côtés de Karl Liebknecht par la sociale démocratie le 15 janvier 1919
  • Contact

Recherche